Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Pierre Biermann


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Pierre Biermann

Grevenmacher Luxembourg

Pseudonymes : -B- ; Peter Forsch ; Graukopf ; Jean-Jacques ; Ernst Morning ; P.B. ; -sch. ; Thomas Scharff ; M. Stich ; T.S.

Après avoir passé son baccalauréat à l’Athénée de Luxembourg et suivi des études de lettres et de philosophie aux Cours supérieurs et en Allemagne, Pierre Biermann acquiert, dans les années 1920, une certaine expérience de la pédagogie réformatrice en tant qu’enseignant dans un établissement d’éducation surveillée rural à Haubinda, près d’Iéna. Après son stage à l’Athénée de Luxembourg et au Gymnase de Diekirch, il enseigne le latin, la philosophie et l’histoire à l’Athénée de Luxembourg. Ses positions antifascistes et éclairées lui valent de nombreuses brimades de la part de la direction de l’école et du ministère dans les années 1930. En 1941, il est muté de force à Düsseldorf, puis, peu après, destitué de son poste et, comme Lambert Schaus, enrôlé comme terrassier dans le camp RAB (Reichsautobahn) à Steiningen près de Daun (Eifel). En 1942, il est arrêté à Trèves par la Gestapo et interné pendant trois ans dans les camps de concentration de Hinzert, Natzweiler et Buchenwald. Après la guerre, Pierre Biermann passe une année à l’École internationale de Genève, où le gouvernement le charge d’étudier les possibilités d’amélioration de la situation pédagogique et morale d’une jeunesse luxembourgeoise subissant les suites de la guerre. Il reprend ensuite ses activités à l’Athénée de Luxembourg jusqu’en 1961.

Tout au long de sa vie, Pierre Biermann se distingue en tant que journaliste combatif. À partir des années 1930, il s’affirme comme défenseur d’une pédagogie réformatrice et éclairée, ce dont témoignent les deux tomes de Geschichte des Mittelalters von Luxemburg aus gesehen (1935-1939) ainsi que Was uns die Schule nicht sagt. Kulturgeschichtliche Studien. Mit besonderer Berücksichtigung des Luxemburger Landes (1939). Pierre Biermann publie non seulement des textes pédagogiques, mais rédige également des articles pour le journal de gauche Die neue Zeit entre 1936 et 1940. Dans l’un de ces articles, So wurde der Pabst (1939), il prend position contre la papauté ; en d’autres occasions, il s’oppose à la loi muselière et réclame la réintégration des enseignants Kill et Urbany, suspendus à cause de leurs idées communistes. Dans Streiflichter aus Hinzert, Natzweiler, Buchenwald, Pierre Biermann décrit ses expériences dans les camps de concentration, notamment ses activités en tant qu’agent de liaison de la direction illégale du camp de Buchenwald, où il fait, entre autres, la connaissance de l’écrivain allemand Bruno Apitz. Plus tard, Pierre Biermann est attiré par le communisme et écrit des articles pour le journal Zeitung vum Lëtzebuerger Vollek avant de quitter le parti communiste après l’insurrection hongroise en 1956. Par la suite, Pierre Biermann, dont les convictions pacifistes étaient notoires, fonde le Mouvement national pour la paix. Il se préoccupe alors de la situation des Palestiniens et publie le mensuel Palästina. Monatsschrift der Luxemburger Solidarität mit Palästina et Profangeschichte des Judentums. Ein Beitrag zur Überwindung des Rassenwahns und des Antisemitismus (1978).

Dans les deux tomes de son autobiographie, Texte statt Memoiren, Pierre Biermann décrit le parcours d’un solitaire qui, en passant par un humanisme libéral, l’antifascisme et le communisme, évolue d’une libre pensée anticléricale vers un engagement sans étiquette politique en faveur de la compréhension entre les peuples et de la tolérance religieuse.

Cet article est signé Gast Mannes

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    P.B.
    Pierre Biermann
  • Titre des périodiques
    Journal des professeurs
    Noms utilisés
    Pierre Biermann
  • Titre des périodiques
    Neue Luxemburger Kalender (Der). Eine Publikation von Tony Jungblut
    Noms utilisés
    Pierre Biermann
  • Titre des périodiques
    neue Zeit (Die) [1936-1940]. Monatsschrift für Demokratie, Geistesfreiheit und Kultur
    Noms utilisés
    Thomas Scharff
    Graukopf
    Peter Forsch
    M. Stich
    Pierre Biermann
    T.S.
    -sch.
    Ernst Morning
  • Titre des périodiques
    Obermosel-Zeitung / OMZ
    Noms utilisés
    -B-
  • Titre des périodiques
    Tribüne (Die). Wochenzeitschrift für politisches und geistiges Leben
    Noms utilisés
    Pierre Biermann
    Jean-Jacques
    P.B.
  • Titre des périodiques
    Zeitung vum Lëtzebuerger Vollek / Zeitung vum Letzeburger Vollek / ZLV. Zentralorgan der KPL
    Noms utilisés
    Pierre Biermann

Études critiques

Archives

Citation:
Gast Mannes, « Pierre Biermann », sous : , mise à jour du 02.10.2020, consulté le .