Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Roger Frisch


Photo :
© Collection CNL

Roger Frisch

Roger Frisch-Thoss
Biwer Howald

Fils d’instituteur, Roger Frisch passe une partie de son enfance à Esch-sur-Alzette. Il fréquente l’Athénée de Luxembourg, puis, de 1939 à début 1943 l’École normale d’instituteurs, rebaptisée Lehrerbildungsanstalt sous l’occupation allemande. À partir de 1943, il doit intégrer le RAD, Service du travail obligatoire. En octobre 1943, il est enrôlé de force et envoyé tour à tour en Pologne, en Autriche, en Slovaquie et finalement en Allemagne et en Normandie. Il déserte des troupes nazies et arrive à rejoindre les troupes alliées. Après un séjour en Écosse et en Angleterre, il intègre, avec Edmond Pepin, son condisciple à l’École normale d’instituteurs, et Edmond Dune la Brigade Piron, ou First Belgian Field Regiment. Cette brigade participe jusqu’en 1945 à la libération de la Belgique et des Pays-Bas. Après la guerre, Roger Frisch travaille comme instituteur, tout d’abord à Consthum, de 1948 à 1951, à Alzingen, puis, jusqu’à son départ à la retraite en 1983, à Hesperange. Il s’engage dans les comités de la Fraternelle de la Brigade Piron et auprès des Enrôlés de force de Steinsel.

Roger Frisch est membre fondateur des Geschichtsfrënn vun der Gemeng Hesper et rédige de nombreuses études sur l’histoire locale dans des brochures commémoratives, comme Hesperinger Gemeindesorgen im Jahre 1865, Schnurren um den Jangeli ou Wie das Hesperinger Gemeindeschiff an den Klippen des Ersten Weltkrieges (1914 - 1918) vorbeimanövrierte …

En tant qu’auteur littéraire, Roger Frisch écrit avant tout des poèmes en langue allemande, plus rarement en luxembourgeois. Ils paraissent à partir du début des années 1950 dans les journaux Die Warte-Perspectives, De Wënzer et dans le recueil Mosaïque mosellane (1962). Certains poèmes ont été intégrés dans l’anthologie Warte Jahrbuch 1957. Il est en outre l’auteur d’une pièce de théâtre en langue luxembourgeoise, De Muselschaatz, publiée en 1976 dans Contact, la revue de la Confrérie Saint-Cunibert.

Roger Frisch ouvre son recueil de poésie Spätlese eines 84-ers, illustré de nombreux dessins de sa plume, avec le récit Episode anno 44, des souvenirs de la fin de la guerre en Normandie. Les poèmes et les dessins parlent souvent de voyages, notamment dans le sud de l’Europe, mais évoquent également la nature, la religion ou le temps qui passe.

Cet article est signé Nicole Sahl

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Contact. Organe officiel de la Confrérie Saint Cunibert
    Noms utilisés
    Roger Frisch
  • Titre des périodiques
    Jeune poésie européenne. mensuel de création et d'information poétique culturelle et artistique
    Noms utilisés
    Roger Frisch
  • Titre des périodiques
    Revue de la Jeunesse. éditée par la Croix-rouge luxembourgeoise
    Noms utilisés
    Roger Frisch
  • Titre des périodiques
    Warte (Die) = Perspectives. Supplément culturel du Wort
    Noms utilisés
    Roger Frisch
  • Titre des périodiques
    Wënzer (De). Organ vum Lëtzebuerger Wënzerverband
    Noms utilisés
    Roger Frisch

Études critiques

Citation:
Nicole Sahl, « Roger Frisch », sous : , mise à jour du 07.05.2021, consulté le .