Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Edmond Dune


Photo :
© Collection CNL

Edmond Dune

Edmond Hermann [né(e)]
Athus () Luxembourg

Pseudonymes : E.D. ; Edm. D. ; Paul Wittamer

Edmond Dune, Edmond Hermann de son vrai nom, est le fils d’un père luxembourgeois et d’une mère belge. Ses parents meurent de tuberculose lorsqu’il a deux ans. Edmond Dune fréquente les écoles primaires d’Athus et de Differdange, où sa tante dirige le Casino de l’Arbed, puis le Collège Saint-Joseph d’Arlon, dirigé par son oncle, le frère mariste Wittamer. Il est en partie élevé par sa sœur aînée Marie Hermann, qui voulait entrer dans les ordres et qui est morte en 1928, à l’âge de dix-neuf ans. Edmond Dune connaît, lui aussi, des périodes de religiosité intense.

Edmond Dune fait des études d’agronomie à Louvain, Bruxelles et Nancy. En 1935, il opte pour la nationalité luxembourgeoise afin d’échapper au service militaire en Belgique. À la suite d’une crise spirituelle, il fait, en 1937, une retraite au monastère Notre-Dame-de-la-Trappe à Soligny. En 1938, il s’engage pour cinq ans dans la Légion étrangère sous l’identité du Belge Hugues Dardenne ; les raisons exactes de cet engagement ne sont pas connues. Il sert dans les colonies françaises en Afrique. En 1940, il est aux ordres du régime de Vichy, dirigé par le maréchal Pétain. Après le débarquement des Alliés en Afrique du Nord en 1942, il rejoint la France libre. À la fin de son service dans la Légion, il intègre l’armée britannique, au sein de laquelle il participe au débarquement allié en Normandie et, par la suite, à la libération des territoires occupés. Avec une cinquantaine d’autres Luxembourgeois, dont Edmond Pepin, il fait partie de l’unité belgo-luxembourgeoise Brigade Piron, appelée aussi Luxembourg Battery.

Après son retour au Luxembourg en 1945, Edmond Dune travaille comme journaliste à La Meuse-Luxembourg, puis à Radio Luxembourg à partir de 1946. En 1947, il épouse la journaliste Margot Gengler à Esch-sur-Alzette. Après avoir envisagé d’exploiter un domaine agricole en Afrique du Nord, le couple finit par s’installer dans la ville de Luxembourg. En 1955, Edmond Dune participe à la création de Radio Télé Luxembourg, qu’il quitte au moment de son départ à la retraite en 1979. Il s’intéresse à la psychologie et à la caractériologie et fait des analyses graphologiques. Edmond Dune connaît une fin de sa vie appauvrie et isolée à Clausen.

Entre 1934 et 1937, il publie une série de poèmes, tantôt sous son vrai nom, tantôt sous son pseudonyme, Edmond Dune. Ces poèmes ont, entre autres, été publiés dans L’Avant-poste à Verviers et dans Les Cahiers luxembourgeois. À partir de 1938, il écrit exclusivement sous le nom de Dune. Son premier recueil de poèmes, Révélations, est publié en Normandie à la suite de son séjour à l’abbaye de la Trappe. Usage du Temps. Poèmes 1939-1944 est un recueil évoquant son vécu de légionnaire au Maroc. Au cours des quarante années suivantes, Edmond Dune publie des recueils de poèmes et d’aphorismes, des essais, des critiques et des pièces de théâtre. Il réalise certaines publications en collaboration avec son ami Jean Vodaine, graphiste, imprimeur et éditeur installé à Basse-Yutz en Lorraine. Plusieurs ouvrages d’Edmond Dune sont illustrés par Roger Bertemes. Au tournant des années 1950 et 1960, Edmond Dune travaille pour RTL à Paris. Il ne réussit toutefois pas à s’imposer en France sur le plan littéraire.

Edmond Dune considérait la langue française comme sa patrie intellectuelle. Il a rédigé des articles pour plus de 50 journaux luxembourgeois et étrangers, comme Les Nouvelles Pages de la SELF, Les Cahiers luxembourgeois, Galerie, Les Cahiers du Sud, Simoun, L’Avant-poste, Le Temps parallèle, Le Journal des poètes, Dire, Critique, Revue générale des publications françaises et étrangères ou encore Origine, la revue de Franco Prete. Plusieurs de ses textes sont repris dans des anthologies, notamment dans Junge Lyrik aus Luxemburg de Nic Weber (Stierstadt im Taunus, 1961), Anthologie de la Troisième Décade 1950-1960 (Bruxelles, 1963) et Poésie sans frontières de Joseph Paul Schneider (Virton, 1969). Deux anthologies poétiques personnelles signifient pour lui la consécration : Poèmes en prose, aux éditions Naaman à Ottawa, et Des rives de l’aube aux rivages du soir, poèmes édités par l’Institut grand-ducal, section des arts et des lettres. Les textes d’Edmond Dune sont consacrés aux souvenirs, à l’enfance ainsi qu’à une nature qui échappe à toute forme de temporalité. Ses poèmes en prose, moins hermétiques que ses poèmes formels, partent souvent d’un objet concret, d’une atmosphère particulière, auxquels il arrive à conférer une valeur universelle. Une place fixe y est réservée au personnage du poète, un rêveur isolé, réceptif à l’égard des souffrances de l’humanité et qui met en scène une existence qu’il maudit : la sienne, celle d’un créateur marginal. Dans les années 1960, Edmond Dune travaille à un roman intitulé Le Chaudron, qui n’est jamais publié. Plus tard, il poursuit le projet d’écriture d’un autre roman, Histoire d’une pin-up, dont l’intrigue se déroule dans la ville américaine de Detroit. Ce projet est resté inachevé.

En octobre 1957, la pièce Les Taupes d’Edmond Dune est créée par la troupe de Marcel Lupovici au Théâtre du Vieux-Colombier à Paris. Elle s’inspire de faits réels. Après la guerre, cinq soldats allemands sont retrouvés vivants dans un bunker de Varsovie. Chacun des quatre actes se termine par la mort d’un des soldats, qui s’opposent par leur conception de la vie et de la politique. Le plus faible, étudiant en philosophie dans le privé, est le seul à survivre. La pièce Les Tigres a un point de départ similaire. Elle met en scène des soldats japonais qui survivent dans une île du Pacifique, longtemps après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Elle est représentée pour la première fois à Esch-sur-Alzette, tout comme la pièce Le Puits de Fuentès. Cette dernière raconte un épisode de la guerre civile espagnole. Sous des dehors parfois amers, des paroles volontiers cyniques et dans des situations extrêmes, ses personnages principaux cachent mal l’idéalisme qui les fait vivre. Dans ses pièces en un acte, dont certaines n’ont été créées qu’en 1993, Edmond Dune aborde des sujets sérieux comme la pureté et le refus de l’hypocrisie sous des traits humoristiques et farfelus. L’auteur fait l’éloge des hommes libres, affranchis des règles sociales, des idéologies dominantes et des fausses croyances. À côté de ces œuvres centrales, Edmond Dune a écrit de nombreuses autres pièces de théâtre, non publiées, parmi lesquelles Concerto pour un homme seul et silence, Le Marchand de voix, L’Affaire Payne, Scardanelli, Le Misogyne, Le Gant rouge, Comment faire se lever Sitting Bull, Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll, La Ballade de l’amour et de la mort du cornette Christophe Rilke, Quatuor, L’Aumônière, L’École de Pampelune, Le Dernier Roi, Le Testament de Jove, Gloire à Rudois, La Campagne de Russie, Agathe et Baudéa, Coups de théâtre et La Grande Fugue.

Edmond Dune a traduit aussi des textes allemands et italiens d’auteurs tels que Walther von der Vogelweide, Georg Trakl, Heinrich von Kleist, Friedrich Hölderlin, Georg Christoph Lichtenberg, Bonaventura, Friedrich Hebbel, Franco Prete, Gaetano Salveti et Vittorio Sereni. Il existe deux traductions inédites des Taupes en langue allemande : l’une réalisée par Ernest Bisdorff, l’autre par Emma Weber-Brugmann. Plusieurs de ses textes sont traduits en espagnol, en hongrois, en tchèque, en allemand, en italien et en hébreu. Par ailleurs, Edmond Dune a été peintre et a exposé des gouaches.

De 1978 à 1986, Edmond Dune est membre de l’Institut grand-ducal, section des arts et des lettres. En 1987, il reçoit le prix Batty-Weber, nouvellement créé. Après sa mort, Les Cahiers luxembourgeois publient des extraits de son roman inédit Les Hasards de Paris ; sous le titre de Patchwork paraît un choix de ses textes en prose. Certains textes d’Edmond Dune ont inspiré six livres d’artistes, dont trois ont paru à titre posthume auprès des éditions de Vodaine. Quelques-uns de ses poèmes ont été mis en musique par Norbert Stelmes et René Mertzig. Deux de ses recueils poétiques restent complètement ou partiellement inédits : Le Miroir double, annoncé en 1955, n’a jamais paru, alors que certains poèmes de Mémoires d’un terrien, qui figure dans son legs littéraire, ont été intégrés dans le recueil La Roue et le Moyeu.

En janvier 2010 est fondée l’association Les Amis d’Edmond Dune, qui a pour but de faire connaître l’auteur et son œuvre. Dans le cadre d’un projet de publication de ses œuvres complètes en quatre tomes (englobant poésie, théâtre, correspondance et prose), un premier volume rassemblant l’œuvre poétique de l’auteur, édité et commenté par Jean Portante, est publié en 2011. En 2018 suit le deuxième tome de l’édition complète qui, édité et commenté par Frank Wilhelm, contient les pièces de théâtre d’Edmond Dune.

Cet article est signé Frank Wilhelm et Pascal Seil

Publications

Traductions

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Avant-poste. Revue de Littérature et de Critique
    Noms utilisés
    Edmond Dune
  • Titre des périodiques
    Cahiers du Sud (Les)
    Noms utilisés
    Edmond Dune
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Edm. D.
    Edmond Dune
    E.D.
  • Titre des périodiques
    Clarté (L). Hebdomadaire politique et littéraire
    Noms utilisés
    Edmond Dune
  • Titre des périodiques
    Courrier de Poésie (Le)
    Noms utilisés
    Edmond Dune
  • Titre des périodiques
    Critique. revue générale des publications françaises et étrangères
    Noms utilisés
    Edmond Dune
  • Titre des périodiques
    Dire. Revue européenne de poésie
    Noms utilisés
    Paul Wittamer
    Edmond Dune
  • Titre des périodiques
    Galerie. Revue culturelle et pédagogique
    Noms utilisés
    Edmond Dune
  • Titre des périodiques
    Grand-Ducal (Le). moniteur littéraire et politique du Luxembourg
    Noms utilisés
    Edmond Dune
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Almanach. Red.: Georges Hausemer ; Gestalt.: Heng Ketter
    Noms utilisés
    Edmond Dune
  • Titre des périodiques
    Meuse[-Luxembourg] (La)
    Noms utilisés
    Edmond Dune
  • Titre des périodiques
    Neue Luxemburger Kalender (Der). Eine Publikation von Tony Jungblut
    Noms utilisés
    Edmond Dune
  • Titre des périodiques
    nos cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur
    Noms utilisés
    Edmond Dune
  • Titre des périodiques
    Nouvelles Pages de la SELF (Les)
    Noms utilisés
    Edmond Dune
  • Titre des périodiques
    Origine I. revue franco-italienne de poésie
    Noms utilisés
    Edmond Dune
  • Titre des périodiques
    Pages de la SELF (Les)
    Noms utilisés
    Edmond Dune
  • Titre des périodiques
    Phare (Le). Kulturelle Beilage - Point de vue culturel
    Noms utilisés
    Edmond Dune
  • Titre des périodiques
    Simoun. revue littéraire et artistique
    Noms utilisés
    Edmond Dune
  • Titre des périodiques
    Temps parallèle (Le)
    Noms utilisés
    Edmond Dune

Études critiques

Distinctions

Membre

  • Institut grand-ducal Section des arts et des lettres
  • Mondorfer Dichtertage
  • SELF / S.E.L.F. - Société des écrivains luxembourgeois de langue française

Archives

Citation:
Frank Wilhelm/Pascal Seil, « Edmond Dune », sous : , mise à jour du 07.05.2021, consulté le .