Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Henri Koch-Kent


Photo :
© Wolfgang Osterheld/Collection CNL

Henri Koch-Kent

Henri Koch
Luxembourg Luxembourg

Pseudonymes : DAC. ; rouspéteur (Le)

Henri Koch, par la suite Koch-Kent, est le fils d’un député libéral. Après avoir fréquenté l’Athénée de Luxembourg et le Gymnase d’Echternach, il fait de 1927 à 1935 des études de droit aux Cours supérieurs à Luxembourg et aux universités d’Alger, de Caen, de Toulouse, de Paris et de Bruxelles. Ensuite, il assure la représentation générale de sociétés allemandes au Luxembourg. Après l’arrivée au pouvoir de Hitler, il abandonne cette activité professionnelle pour s’engager dans la lutte antifasciste en participant à l’établissement d’un réseau d’espionnage pour le compte des services de renseignement français. Membre de l’AGEL/Assoss et correspondant de la Voix des Jeunes, il fait partie des adversaires de la loi dite muselière. En outre, il entretient des contacts avec des émigrants allemands et s’engage en faveur des Juifs luxembourgeois. Le 10 mai 1940, il quitte le Luxembourg et entre au service des autorités militaires françaises. En juin de la même année, il rallie Londres, où il est d’abord rédacteur pour l’agence Inbel, puis directeur d’un département du ministère belge de l’Information. Parallèlement, il est responsable des programmes luxembourgeois, belges et français à la BBC. Après son mariage avec l’Anglaise Alison Kent, il ajoute le nom de famille de son épouse à son propre nom afin de ne pas être confondu avec un homonyme, professeur de français à Esch-sur-Alzette et futur directeur du Lycée de garçons. Avec son collègue journaliste Armand « Mac » Schleich, il fonde à Londres un comité pour la création des États-Unis d’Europe.

Après 1945, Henri Koch-Kent devient secrétaire général adjoint de l’Union européenne des fédéralistes à Paris et à Genève, puis secrétaire général du Mouvement universel pour une Confédération mondiale. Parallèlement, il est correspondant à Londres des journaux luxembourgeois Obermosel-Zeitung et L’Indépendant, mais aussi des périodiques francophones imprimés à Londres La Belgique Indépendante et La France. De 1952 à 1953 il devient correspondant de l’Agence France-Presse, avant d’être chargé de direction et éditorialiste à L’Écho de la Bourse belge de 1959 à 1954. De 1959 à 1963, il dirige le Lëtzebuerger Journal. Il publie jusqu’à son départ à la retraite en 1971 des articles dans Lëtzebuerger Journal, Luxemburger Wort, d’Lëtzebuerger Land, Le Phare, An der Ucht, Galerie, Hémecht et dans de nombreuses publications étrangères.

En 1960, le couple Koch-Kent s’installe au Luxembourg. Journaliste critique et engagé, Henri Koch-Kent signe des ouvrages parfois polémiques sur des scandales judiciaires et des évènements politiques et militaires auxquels il assiste : 10 mai 1940 en Luxembourg (Mersch, 1971), Hitlertum in Luxemburg 1933-1944 (1972), Luxemburger als Freiwild (1972), Luxemburg im SD-Spiegel (1973), Sie boten Trotz (1974), Putsch à Luxembourg ? (1979), Ils ont dit non au fascisme. Rejet de la loi muselière par le référendum de 1937 (1982), Doudot. Figure légendaire du contre-espionnage français (Tournai, 1986) et Halte à la falsification de l’Histoire. Le procès Gomand (1988). Henri Koch-Kent se méfie de l’historiographie officielle qui se réfère exclusivement à des documents écrits, voire imprimés, se fiant lui-même également au témoignage oral. En 1970, il publie sa propre Bibliographie d’articles. En 1998, Henri Koch-Kent est le premier lauréat du prix Témoignage et Présence créé par Nic Weber et Les Cahiers luxembourgeois. Il a été membre des associations d’écrivains SELF et LSV.

Henri Koch-Kent est l’auteur de deux tomes de mémoires intitulés Vu et entendu. Dans le premier, Souvenirs d’une époque controversée, il raconte son enfance au sein d’une famille d’origine française de Mondorf-les-Bains, qui affiche ses réserves à l’égard de l’hégémonie économique, militaire et politique de l’Empire allemand. Un chapitre est consacré à une manifestation organisée par de jeunes radicaux de gauche luxembourgeois à l’occasion de l’inauguration de la Maison Victor Hugo à Vianden en 1935. Cette contre-manifestation avait pour but de célébrer Victor Hugo en tant que symbole de l’idée d’une société humanitaire. Dans le deuxième tome, Années d’exil, Henri Koch-Kent règle ses comptes avec les ministres du gouvernement luxembourgeois en exil. Il leur reproche leur négligence, leur égoïsme et leur disposition à falsifier des données historiques à travers des procès manipulés. Son épouse, la dessinatrice, graphiste et illustratrice Alison Koch-Kent, a réalisé une rétrospective illustrée, intitulée Joyeuse domesticité. Une tranche de vie en images (1989), consacrée à leur vie commune.

Cet article est signé Frank Wilhelm

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    An der Ucht. Letzeburger Familjekalenner
    Noms utilisés
    Henri Koch-Kent
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Henri Koch-Kent
  • Titre des périodiques
    drapeau (Le)
    Noms utilisés
    Henri Koch-Kent
  • Titre des périodiques
    Galerie. Revue culturelle et pédagogique
    Noms utilisés
    Henri Koch-Kent
  • Titre des périodiques
    Hémecht (d') - La Patrie. Erausgi vun der Unio'n vun de Letzeburger Freihêtsorganisatio'nen
    Noms utilisés
    Henri Koch-Kent
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Journal / Letzeburger Journal / Journal / LJ. Politik, Finanzen a Gesellschaft
    Noms utilisés
    Henri Koch-Kent
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Land (d') / d'Letzeburger Land / LL. unabhängige Wochenschrift für Politik, Wirtschaft und Kultur
    Noms utilisés
    Henri Koch-Kent
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    Henri Koch-Kent
  • Titre des périodiques
    neue Zeit (Die) [1936-1940]. Monatsschrift für Demokratie, Geistesfreiheit und Kultur
    Noms utilisés
    Henri Koch
    rouspéteur (Le)
  • Titre des périodiques
    Pages de la SELF (Les)
    Noms utilisés
    Henri Koch-Kent
  • Titre des périodiques
    Phare (Le). Kulturelle Beilage - Point de vue culturel
    Noms utilisés
    Henri Koch-Kent
  • Titre des périodiques
    Rappel. Organ vun der L.P.P.D. = organe de la Ligue luxembourgeoise des prisonniers et déportés politiques
    Noms utilisés
    Henri Koch-Kent
  • Titre des périodiques
    Revue / Lëtzebuerger illustréiert Revue
    Noms utilisés
    Henri Koch-Kent
  • Titre des périodiques
    Tribüne (Die). Wochenzeitschrift für politisches und geistiges Leben
    Noms utilisés
    Henri Koch
  • Titre des périodiques
    Voix des Jeunes (La) (Voix (La))
    Noms utilisés
    DAC.
    Henri Koch-Kent

Études critiques

Distinctions

Membre

  • ASSOSS/AGEL - Association générale des étudiants luxembourgeois (1912)
  • LSV - Lëtzebuerger Schrëftstellerverband [1986-2016]
  • SELF / S.E.L.F. - Société des écrivains luxembourgeois de langue française
  • Société des écrivains ardennais (Charleville-Mézières)

Archives

Citation:
Frank Wilhelm, « Henri Koch-Kent », sous : , mise à jour du 10.05.2021, consulté le .