Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Jean-Pierre Welter


Photo :
© Collection CNL

Jean-Pierre Welter

Ernster Luxembourg

Pseudonymes : Perigelon ; Picothériente ; Pitti ; Pitty ; Th. ; Thériente ; wr.

Jean-Pierre Welter est l'oncle de Joseph Welter. Jean-Pierre Welter passa son enfance à Steinfort, où son père, Edouard Welter, fut instituteur. Depuis son adolescence, il pratiqua l'improvisation de vers et de ballades amusantes et humoristiques. Cet intérêt fut entre autres éveillé par le chanteur de rues et joueur d'orgue de Barbarie Michel Bernard, appelé De Mischi vun Äischen. Dans sa vie professionnelle, Jean-Pierre Welter fut journaliste et correspondant des journaux Luxemburger Zeitung, Luxemburger Volksblatt et Escher Tageblatt. En collaboration avec Eugène Forman, il édita le journal satirique De Gukuk, dans lequel il publia la série Pitti's Landbriefe. Par ailleurs, il écrivit des articles dans De Mitock et il fut coéditeur de l'hebdomadaire Revue, paru une première fois en décembre 1940.

Sur le plan littéraire, Jean-Pierre Welter se distingua dans les années 1930 avec des revues, qui analysent l'actualité politique et sociale de manière critique et satirique et qui d'un autre côté affichent une philosophie plutôt épicurienne en faisant l'éloge de la convivialité et du chant. À Jean-Pierre Welter nous devons entre autres les chansons Cojellico's Jang, Den dëcken Heng, D'Lidd vum Sweepstake, Rose Märry et De Sto'ssneckel. Alles fällt op mech. Rédigée en 1945, sa chanson Un der Atert, une adaptation de la ballade Darling Clementine des chercheurs d'or américains, reste populaire jusqu'à ce jour. Elle remonte à l'amitié qu'entretint l'auteur avec le major américain Wally, en poste à Redange. C'est en compagnie de ce même Wally que Jean-Pierre Welter fut victime d'un accident de voiture tragique au début de l'année 1945.

Son pseudonyme le plus connu, Thériente, est une anagramme du nom de sa maîtresse, Henriette. Le pseudonyme de Picothériente entre dans le cadre de sa collaboration avec Robert Roller. Il se cachait également derrière le nom de Perigelon dans Gukuk, comme le montre une découverte récente.

Cet article est signé Germaine Goetzinger

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Galerie. Revue culturelle et pédagogique
    Noms utilisés
    Jean-Pierre Welter
  • Titre des périodiques
    Gukuk (De). erausgi vum Eugène Forman
    Noms utilisés
    Pitti
    Jean-Pierre Welter
    Perigelon
    Th.
  • Titre des périodiques
    Junge Welt. Literatur-Kunst-Sport-Schönheit
    Noms utilisés
    Thériente
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Volksblatt (1933-1941). Unabhängige Tageszeitung
    Noms utilisés
    Jean-Pierre Welter
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Zeitung III [1868-1941] / LZ
    Noms utilisés
    Jean-Pierre Welter
  • Titre des périodiques
    Mitock (De). E Wocheblad fir Jux an Zodi
    Noms utilisés
    Jean-Pierre Welter
  • Titre des périodiques
    Neue Luxemburger Kalender (Der). Eine Publikation von Tony Jungblut
    Noms utilisés
    Thériente
  • Titre des périodiques
    Revue / Lëtzebuerger illustréiert Revue
    Noms utilisés
    Jean-Pierre Welter
  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    wr.
    Pitti
    Jean-Pierre Welter

Études critiques

Membre

  • Hémechtssprôch / Heemechtssprooch
  • Revue (Theater)

Archives

Citation:
Germaine Goetzinger, « Jean-Pierre Welter », sous : , mise à jour du 14.01.2021, consulté le .