Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Fernand Weirich


Photo :
© Collection CNL

Fernand Weirich

Rodange

Pseudonymes : Fern ; F.W.

Après l’École professionnelle à Esch-sur-Alzette et une série d’emplois occasionnels, Fern Weirich se porte volontaire pour le service militaire avant d’intégrer en 1969 l’Administration des postes. En 1963, il est membre fondateur du groupe rock The Misteries, dont est issu le duo The Outlaws, qu’il forme jusqu’en 1969 avec Luke Haas. Depuis son entrée en retraite, Fern Weirich vit en Rhénanie-Palatinat.

Sur le plan littéraire, Fern Weirich a collaboré pendant un moment avec Charles Édouard Schmit. Il débute en 1978 avec le recueil d’aphorismes Den Nagel auf den Kopf. De 1979 à 1985, il collabore au Lëtzebuerger Journal, pour lequel il signe entre autres un supplément littéraire hebdomadaire. À la même époque, il réunit une série de portraits d’écrivains contemporains dans Luxemburger Autoren. En 1984, il publie Chronik der Luxemburger Lyrik. Par ailleurs, il écrit des articles pour le Luxemburger Wort, Schliessfach, Revue, d’Lëtzebuerger Land et Kunststoff.

Influencé depuis son enfance par Gab Weis, Fernand Weirich se consacre de plus en plus à l’illustration et à la bande dessinée à partir des années 1990. De 1998 à 2003, il réalise des illustrations et des caricatures pour l’hebdomadaire Le Jeudi et, de 2004 à 2006, il est collaborateur du journal Le Quotidien. En 1998, il illustre une réédition du récit Der Raubritter von Heringen und der Kreuzfahrer von Fels (1881) de Heinrich Adolph Reuland. Depuis 1998, il publie parfois en collaboration avec Jean Portante et Jemp Schuster une série de bandes dessinées qui se distinguent par leur humour noir : De Nächsten. Medizynesches (1998), Plein-air (2000), De Bréifdréier (2001), Chaque jeudi (2001), Vive l’école (2002), Pater-noster (2004).

En 2017, parait la bande dessinée Max la chasse à l’homme qui raconte l’histoire de Max Turbo, un dur à cuire qui entre dans le collimateur de la criminalité organisée après avoir provoqué involontairement la capture d’un chef de bande fugitif.

Au début des années 2010, Fern Weirich entre en collaboration avec Beate Paul et s’adonne au genre de la fantasy. Il commence par illustrer la série en sept parties Die Siegelwelt Chroniken (2011-2012) et enchaîne avec Twirkes Fund (2013). À lui seul, il publie plusieurs tomes rassemblant des dessins à l’encre de chine, comme Artwork (2018), Grotesques (2019), Women (2020) et Carbonara (2020). En 2020, il publie quatre volumes de la série Mythen und Legenden (2020), dans lesquelles il présente les sources d’inspiration littéraire et stylistique de ses univers fantastiques.

La bande dessinée Le Petit Peuple, paru en 2020, s’insère dans la tradition de la BD franco-belge et se déroule dans le même univers qu’il avait inventé avec Beate Paul pour Twirkes Fund. La BD suit les aventures d’un peuple de kobolds qui rentre en contact avec l’humanité après des siècles de repliement.

Cet article est signé Pierre Marson et Claude Kremer

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Jeudi (Le). l'hebdomadaire luxembourgeois en français
    Noms utilisés
    Fernand Weirich
  • Titre des périodiques
    Kunststoff. Kulturmagazin [für Trier, Luxemburg, Saarbrücken]
    Noms utilisés
    Fernand Weirich
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Journal / Letzeburger Journal / Journal / LJ. Politik, Finanzen a Gesellschaft
    Noms utilisés
    Fernand Weirich
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Land (d') / d'Letzeburger Land / LL. unabhängige Wochenschrift für Politik, Wirtschaft und Kultur
    Noms utilisés
    Fernand Weirich
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    Fernand Weirich
  • Titre des périodiques
    Quotidien (Le)
    Noms utilisés
    Fernand Weirich
  • Titre des périodiques
    Revue / Lëtzebuerger illustréiert Revue
    Noms utilisés
    Fernand Weirich
    F.W.
  • Titre des périodiques
    Schliessfach. Zeitschrift für Literatur und Grafik
    Noms utilisés
    Fernand Weirich

Études critiques

Membre

  • CartoonArt.lu (Ex Kiischpelter Cartoonale)
  • Cercle Comics asbl
Citation:
Pierre Marson/Claude Kremer, « Fernand Weirich », sous : , mise à jour du 10.06.2021, consulté le .