Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Camille Frieden


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Camille Frieden

Machtum Luxembourg

Camille Frieden est le fils d’un instituteur et le frère de Maria Frieden. Après son baccalauréat au Gymnase d’Echternach, il étudie à l’Institut supérieur des beaux-arts Saint-Luc de Liège. En 1940, il achève sa formation d’architecte. Par la suite, il travaille pour le Wiederaufbauamt de Sarrebourg et le Preußisches Hochbauamt à Trèves. En 1944, il s’installe comme architecte indépendant à Luxembourg. Camille Frieden remporte plusieurs prix pour ses projets d’architecture au Luxembourg et à l’étranger. Il enseigne à l’Institut supérieur de technologie et expose ses idées en matière d’architecture dans des conférences et des émissions à la radio. De 1972 à 1982, il est président du Cercle artistique de Luxembourg.

La conception que Camille Frieden se fait de l’architecture et qui comprend l’urbanisme, le bâtiment et l’aménagement du territoire est exposée, avec des réflexions d’ordre philosophique et culturel, dans le recueil d’essais et d’aphorismes Kultur oder Untergang. Dans ses études Das Architektur-Schicksal des 20. Jahrhunderts (1959) et Erwähnte Baugestalter nebst Kartographen betreffend das Luxemburger Territorium (1996), il analyse des sujets existentiels et renvoie à la dimension créatrice de l’homme. Camille Frieden est le fondateur et le rédacteur en chef des magazines culturels Formes nouvelles (1953-1955), Luxemburger Bau-Forum (1957-1959) et Europäisches Bau-Forum (1960-1972). Par ailleurs, il a publié des articles dans le Luxemburger Wort, Les Cahiers luxembourgeois et dans la presse spécialisée étrangère.

Auteur de poèmes et d’aphorismes en allemand et en français parus dans les recueils Gedichte und Gedanken et Camille Frieden, il s’inspire des idéaux de beauté de l’humanisme classique. Ses poèmes illustrent sa conception de l’épanouissement personnel à travers la création et l’art. Quelques textes de Camille Frieden ont été mis en musique par René Mertzig et Jeannot Heinen. L’oratorio Le Chant des saisons – Das Lied der Jahreszeiten est créé par Jean-Pierre Kemmer à Liège en 1966. La pièce radiophonique Kinfried. Ein Dialog et la pièce Psyche und Logos sont inédites.

Cet article est signé Frank Wilhelm

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Bau-Forum. Monatsschrift für Architektur
    Noms utilisés
    Camille Frieden
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Camille Frieden
  • Titre des périodiques
    Europäisches Bauforum. Monatsschr. für mobile u. avant-gardistische Architektur = Forum européen d'architecture
    Noms utilisés
    Camille Frieden
  • Titre des périodiques
    Formes nouvelles. revue mensuelle luxembourgeoise "construction + habitation + santé"
    Noms utilisés
    Camille Frieden
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Bau-Forum. Kultur und Technik
    Noms utilisés
    Camille Frieden
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Quartal. Zeitschrift für Literatur
    Noms utilisés
    Camille Frieden
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    Camille Frieden
  • Titre des périodiques
    Neue Luxemburger Kalender (Der). Eine Publikation von Tony Jungblut
    Noms utilisés
    Camille Frieden

Études critiques

Membre

  • CAL - Cercle artistique
  • SELF / S.E.L.F. - Société des écrivains luxembourgeois de langue française

Archives

Citation:
Frank Wilhelm, « Camille Frieden », sous : , mise à jour du 07.05.2021, consulté le .