Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Henri Rock


Photo :
© Collection CNL

Henri Rock

Bruder Henri ; Frère Henri ; Hary Rock ; Wilhelm Michel Rock [né(e)]
Beyren Phalsbourg ()

Pseudonymes : Henge Misch ; H.M. ; H.R. ; M.R ; vun engem Brongen

Fils d’agriculteurs, Henri Rock intègre en 1923 l’ordre des franciscains à Metz sous le nom de frère Henri. En 1927, il rejoint le monastère d’Esch-sur-Alzette, au sein duquel il œuvre en tant que cuisinier, portier, sacristain et organiste. Au début de la Seconde Guerre mondiale, il est évacué à Mâcon, en compagnie d’Hubert Clement et d’autres habitants d’Esch-sur-Alzette. Il compose des poèmes, des chansons et des prières, parus dans le journal clandestin Neies vun Dohém. En juillet 1943, il est arrêté au monastère franciscain de Lyon et, après avoir transité par diverses prisons, il est déporté aux camps de concentration de Buchenwald et de Dora. Après la guerre, il revient au monastère franciscain d’Esch-sur-Alzette. En 1959, il suit son ordre à Phalsbourg.

Henri Rock raconte dans KZ Dora ses souvenirs de guerre sous forme épistolaire. Il a dirigé le centre paroissial et culturel de l’église Saint-Henri à Esch-sur-Alzette et participé aux représentations de théâtre locales. Il est l’auteur des comédies Berta als "Porte-Bonheur" et Dornréisschen (1951), de l’opérette Ditty vun der Deissmillen (1953), du conte musical Zauberflütt (1953), du drame social Jidderen op senger Plâtz (1950) et de la pièce D’Spill vun der J.O.C. (1955). Toutes ces œuvres sont restées inédites.

Cet article est signé Nicole Sahl

Publications

Études critiques

Membre

  • JOC - Jeunesse ouvrière catholique

Archives

  • - Theaterstückesammlungen LGS (Lëtzebuerger Guiden a Scouten) und ACFL (Action catholique féminine Luxembourg)
Citation:
Nicole Sahl, « Henri Rock », sous : , mise à jour du 23.02.2021, consulté le .