Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Cathy Clement


Photo :
© Cathy Clement

Cathy Clement

Esch-sur-Alzette

Pseudonymes : Cathynka mit dem Sonnenstern

Après avoir fréquenté les écoles primaires de Kayl et de Belvaux, puis le Lycée classique de Diekirch et le Lycée de garçons à Esch-sur-Alzette, Cathy Clement accomplit une formation d’infirmière au Lycée technique pour professions de santé à Ettelbruck. À partir de 2001, elle travaille au Centre hospitalier neuropsychiatrique et, depuis 2003, au Centre hospitalier du Nord à Ettelbruck.

Cathy Clement commence sa carrière littéraire par la publication de romans pour la jeunesse en luxembourgeois et en allemand. Elle y décrit les angoisses et les modes de vie des jeunes filles avant d’accéder au monde des adultes. Par ailleurs, elle met en cause la mentalité petite-bourgeoise des Luxembourgeois. Les drogues, l’alcool, la grossesse, les conflits familiaux et scolaires ainsi que les expériences de l’amour et de la migration sont ses sujets principaux. Ses romans mettent en scène la culture adolescente des années 1990 (musique, cinéma, télévision) et se distinguent aussi par la diversité de forme des textes, qui sont tantôt des extraits de journaux intimes, tantôt des lettres, mais aussi des poèmes ou encore des chansons.

Son premier roman, Aleng (1996), qu’elle écrit à l’âge de seize ans, connaît quatre éditions en une seule année. En 2023, il est réédité pour un usage scolaire avec un commentaire d’Elise Schmit dans la série Allerhand du SCRIPT. De Fäert-Uasch (2018) se place du point de vue de Maude, en pleine puberté, et de son alter ego, un monstre fantastique qui lui apporte la confiance. La vie familiale et scolaire de la protagoniste y est évoquée, ainsi que ses points de vue changeants sur ses parents et amis. Grâce à l’accroissement de sa confiance en elle, Maude, d’abord anxieuse et renfermée, se transforme en une personne indépendante qui affronte les problèmes et les surmonte. Le fils de Cathy Clement, Benjamin Frank, a illustré le texte.

Avec la nouvelle Rondel (2023), dont la narratrice est une adulte, Cathy Clement quitte pour la première fois le genre de la littérature jeunesse. La mort des parents et du mari de la protagoniste ainsi que la restructuration de son entreprise et le changement de profession involontaire qui s’ensuit entraînent chez elle une crise existentielle et une quête de sens. Dans ce texte, qui se situe pendant la pandémie de covid-19, l’autrice s’intéresse en outre aux théories du complot et au scepticisme de nombreuses personnes vis-à-vis de la vaccination.

Cathy Clement a aussi publié de courts récits et des critiques dans la chronique Cathynka mit dem Sonnenstern, qu’elle a animée dans le woxx. En 2002, sa pièce de théâtre Schreiet still, ihr Weiber est représentée dans le cadre de la Foire du théâtre européen de Mersch. Clément s’est également consacrée à la critique littéraire, publiant des articles pour le site internet de RTL de 2005 à 2009. En 2017, elle participe à l’International Children’s Literature Hay Festival à Aarhus (DK). Dans ce contexte, son récit Mediterrean Cruise paraît en traduction anglaise et danoise dans l’anthologie Odyssey.

Cathy Clement est membre de l’association d’écrivains A:LL Schrëftsteller*innen, fondée en 2020.

Cet article est signé Claude D. Conter et Fabienne Gilbertz

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Cliärrwer Kanton (De) / DCK
    Noms utilisés
    Cathy Clement
  • Titre des périodiques
    woxx (Grénge Spoun). déi aner Wochenzeitung = l’autre hebdomadaire
    Noms utilisés
    Cathynka mit dem Sonnenstern

Études critiques

Membre

  • A:LL Schrëftsteller*innen
Citation:
Claude D. Conter/Fabienne Gilbertz, « Cathy Clement », sous : , mise à jour du 24.01.2024, consulté le .