Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Jean Bürlesk


Photo :
© Jean Bürlesk

Jean Bürlesk

Jean Beurlet [né(e)]
Luxembourg

Jean Bürlesk, de son vrai nom Jean Beurlet, fréquente l’école primaire de Boevange-sur-Attert de 1998 à 2004, puis, de 2004 à 2010, le Lycée de garçons de Luxembourg. Après ses études secondaires, il étudie l’histoire, les sciences politiques, les études islamiques et slaves à l’université de Heidelberg de 2010 à 2014. Il étudie ensuite l’histoire à l’Université du Luxembourg de 2014 à 2019. Depuis 2014, il exerce comme guide touristique officiel de la ville de Luxembourg.

Jean Bürlesk écrit principalement de la poésie et de la prose courte, en français et en allemand à ses débuts, puis en anglais. Ses textes ont été publiés dans divers journaux et revues, tels que Les Cahiers luxembourgeois, le Lëtzebuerger Journal et le supplément littéraire Livres-Bücher du Tageblatt. En 2016, il a participé avec onze autres auteurs au projet Impossible Readings 7, dans le cadre duquel un texte en douze parties a été créé sur le principe du cadavre exquis. En 2018, sa contribution multilingue Endstatioun Lëtzebuerg. Um conto de primavera a été publiée dans l’anthologie Le Goût du Luxembourg. D’autres textes courts paraissent dans Fundstücke/Trouvailles (2020) et le recueil Premières Amours (2021).

La première publication entièrement personnelle de Jean Bürlesk, The Pleasure of Drowning (2020), rassemble des textes qui se concentrent sur le concept de noyade, qu’elle soit réelle ou métaphorique. L’auteur se sert de contes de fées et de mythes bien connus pour en examiner le contenu subversif grâce à un changement de perspective souvent lié aux relations entre les sexes, ainsi que pour les décomposer de façon métafictionnelle. L’autoreprésentation caractéristique des textes de Jean Bürlesk va, à travers les jeux paratextuels, au-delà du processus narratif.

En 2021, la pièce Pas un pour me dire merci de Jean Bürlesk, coécrite avec Francesco Mormino, est créée au Théâtre d’Esch-sur-Alzette. En prenant l’exemple d’une famille dont la mère souffre de psychose, la pièce étudie les effets de la maladie mentale sur l’environnement familial immédiat. La même année, il est l’un des trois auteurs, avec Claire Thill et Jérôme Netgen, dont les courtes pièces de théâtre sont mises en scène par le collectif théâtral anglophone Collateral Drama sous le titre How to Get Rich in Luxembourg (Fast). La « promenade théâtrale » Nuetsgejäiz & Bëschgepëspers, écrite avec Mandy Thiery et inspirée par Eiser Soen de Mil Goerens, est présentée en 2022 par le collectif théâtral Maskénada.

En 2013, Jean Bürlesk reçoit la mention d’encouragement dans la catégorie jeunes auteurs du Concours littéraire national pour sa pièce Eine herrliche Frau ; des extraits en ont été joués lors de deux soirées au Théâtre des Casemates, dans le cadre du projet New Voices 2015. Le recueil The Pleasure of Drowning reçoit le prix d’encouragement de la Fondation Servais en 2019.

Cet article est signé Nathalie Jacoby

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Jean Bürlesk
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Journal / Letzeburger Journal / Journal / LJ. Politik, Finanzen a Gesellschaft
    Noms utilisés
    Jean Beurlet
  • Titre des périodiques
    Livres - Bücher. Un supplément du Tageblatt
    Noms utilisés
    Jean Bürlesk

Études critiques

Distinctions

Membre

  • A:LL Schrëftsteller*innen
Citation:
Nathalie Jacoby, « Jean Bürlesk », sous : , mise à jour du 08.07.2022, consulté le .