Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Bernd Marcel Gonner


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Bernd Marcel Gonner

Bernd Gonner
Luxembourg

Bernd Marcel Gonner est un Luxembourgeois vivant dans le Bade-Wurtemberg. Entre 1988 et 1994, il fait des études de lettres allemandes, de philosophie et d’histoire de l’art, mais aussi d’allemand en tant que langue étrangère (DaF) à l’université Otto-Friedrich de Bamberg. De 1994 à 2011, il travaille surtout dans le domaine DaF en tant qu’assistant d’allemand à l’université Charles de Prague (1994-1997), en tant qu’enseignant de langues à l’université Ludwig-Maximilian à Munich (1997-2009) et en tant qu’enseignant spécial au Centre de langues de la FU Berlin (2011). Un des temps forts de son travail est l’étude de l’allemand en tant que langue étrangère utilisée par des scientifiques étrangers. Depuis 2009, il travaille comme auteur professionnel et comme indépendant dans le domaine DaF, entre autres pour le Goethe-Institut à Munich.

Bernd Marcel Gonner, qui s’est engagé déjà en tant qu’étudiant dans le comité de rédaction de la revue Die Palette, écrit des poèmes, des textes en prose, des livres pour enfants et des pièces de théâtre en langue allemande. Des récits et poèmes ont été publiés dans des revues  – entre autres lauter niemand, sterz, Matrix, orte, Der Maulkorb –, des anthologies  – entre autres Osten (2003), Schlafende Hunde (2004 et 2015), Queerlyrik (2015), Lyrik der Gegenwart (2015 et 2016) – et dans des revues en ligne comme satt.org ou levurelitteraire.com. Le poème qui figure dans le livre d’artiste naupliamond (2006), avec des images de Katinka Molde, est à ranger dans les catégories de la poésie pour enfants et de la poésie du non-sens. "Grasland", oder, Wie ich Schriftsteller wurde, un essai poético-autobiographique, est inclus dans le catalogue de l’exposition Aufbewahrt du Centre national de littérature à Mersch (2017).

À Bamberg, Bernd Marcel Gonner a été cofondateur et membre de l’équipe de théâtre estudiantine Die Lemuren. Certains de ses textes dramatiques inédits sont lus ou mis en scène dans plusieurs villes : Liebig 14 lors du Stückemarkt du Théâtre national du Luxembourg (2014) ainsi que des extraits de Penelopesound au Westbahntheater Innsbruck (2015). Des nouvelles sont lues dans d’autres festivals : Blaugluth au Literaare Theaterfestival à Thoune (2015) ou encore Kleines Tedeum lors du Lit.Fest. – Literaturfest à Stuttgart (2016). Également en 2016, Grimmia sessitana oder Einfache Seligpreisungen est mis en espace sous la direction du metteur en scène luxembourgeois installé à Berlin Fränk Heller lors du Kurzdramenfestival à Marbourg, où le texte a reçoit le prix spécial pour pièce courte. Sous le même titre de Grimmia sessitana oder Einfache Seligpreisungen, d’après le nom d’une fougère, Gonner adapte de façon totalement différente le sujet du minidrame de 2016 sous forme de pièce radiophonique, avec laquelle il remporte le 100,7 Radiopräis 2017. Il coopère avec les musiciens et compositeurs Bernhard Ruchti et Michael Maria Ziffels, entre autres pour des drames musicaux.

L’épopée en vers Oderberger (2020) se concentre sur l’amitié de quatre punks et fugueurs homosexuels, dont la vie de quartier et la vie amoureuse sont racontées dans des descriptions richement illustrées avec abondance de dialogues. La rue qui donne son titre au recueil, dans le quartier berlinois de Prenzlauer Berg, se terminait à Berlin-Est en impasse devant le Mur avant la chute de celui-ci ; elle apparaît comme un lieu de mémoire énigmatique de l’art de vivre hédonisto-anarchiste pour la scène culturelle et les squatteurs dans le Berlin-Est de l’après-1989. Sur le plan formel, la couleur locale est artistiquement renforcée par un sociolecte adéquat, le mépris délibéré des règles d’orthographe, la sacralisation stylistique du profane ou les métaphores souvent sexuelles et parfois sibyllines. Les quatrains à trois syllabes accentuées et à rimes croisées, qui alternent cadences féminines et masculines, font ironiquement référence à la tradition des vers de chansons folkloriques, ce qui non seulement relie l’ensemble à la poésie épique médiévale, mais souligne également l’aspect communautaire d’un style de vie décadent qui tend au folklore.

Le roman d’aventures pour enfants Pirat, oder Seeräuber sterben nie (2017) relate du point de vue du hérisson Pirat l’amitié de celui-ci avec le garçon Paul. Le livre aborde des thèmes comme les relations entre les humains et les animaux, la fugacité et la recherche du sens de la vie. La liberté et l’indépendance du garçon et du hérisson s’opposent au cocon familial douillet.

Le texte de Bernd Marcel Gonner Ihr wisst ja nicht oder Die beste aller möglichen… a reçu en 2013 le prix Hans-Bernhard-Schiff à Sarrebruck. Le cycle de poèmes (n)immer / müder / Flug. Liebeslieder est récompensé lors du 15e Feldkircher Lyrikpreis. L’auteur a également été primé lors du Concours littéraire national au Luxembourg, avec le premier prix en 2016 pour Pirat dans la catégorie de la littérature pour enfants et avec le deuxième prix en 2017 pour le recueil de nouvelles Volk der Freien. En 2020, il reçoit le prix d’encouragement Gustav-Regler pour le collage en prose Transitverkehr.

Cet article est signé Nicole Sahl et Tim Reuter

Publications

Études critiques

Distinctions

Archives

Citation:
Nicole Sahl/Tim Reuter, « Bernd Marcel Gonner », sous : , mise à jour du 11.01.2021, consulté le .