Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Marguerite Bach


Photo :
© Revue

Marguerite Bach

Luxembourg Luxembourg

Pseudonymes : M.B. ; Tata Marguerite

Marguerite Bach a été institutrice. Son premier poste la conduit en 1912 à l’hospice du Rham. Par la suite, elle enseigne à Gasperich et à Hollerich. En 1938, elle est la première institutrice laïque de l’école primaire supérieure du pensionnat Notre-Dame Sainte-Sophie, mais elle est réaffectée à l’école primaire de Bonnevoie en 1941. Pendant la bataille des Ardennes, elle passe ses après-midi à soigner les malades à l’hôpital militaire de Sainte-Sophie. Dans les années d’après-guerre, elle joue un rôle considérable dans la reconstruction de l’école primaire supérieure. Marguerite Bach est en outre à l’origine de la création de la fondation caritative Œuvre nationale de secours Grande-Duchesse Charlotte.

Sur le plan littéraire, Marguerite Bach s’est fait remarquer par la publication de trois récits pour enfants réunis dans Tita, das Zigeunerkind. Elle a acquis une certaine notoriété avec des articles consacrés à la famille grand-ducale, parus dans Revue et dans l’annuaire An der Ucht.

Cet article est signé Germaine Goetzinger

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    An der Ucht. Letzeburger Familjekalenner
    Noms utilisés
    Marguerite Bach
  • Titre des périodiques
    Benny a Jenny
    Noms utilisés
    Tata Marguerite
  • Titre des périodiques
    Letzeburger Kanner
    Noms utilisés
    Tata Marguerite
  • Titre des périodiques
    Morgenglocken. Luxemburger Kinderzeitung
    Noms utilisés
    Marguerite Bach
  • Titre des périodiques
    Revue / Lëtzebuerger illustréiert Revue
    Noms utilisés
    Marguerite Bach
    M.B.

Études critiques

Archives

Citation:
Germaine Goetzinger, « Marguerite Bach », sous : , mise à jour du 25.09.2020, consulté le .