Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Nikolaus Leonardy


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Nikolaus Leonardy

N. Leonardy ; Nicolas Leonardy
Olingen Luxembourg-Clausen

Pseudonymes : E. Christian ; E. Feierabend ; H. Klächen ; Leo Kühner ; L. ; L.K. ; Leo Nardy

Nicolas Leonardy fréquente l’école primaire à Olingen et l’Athénée de Luxembourg. Après son baccalauréat en 1878, il suit des études de théologie et de philosophie au Grand Séminaire à Luxembourg et est ordonné prêtre en 1882. Ensuite, il enseigne l’allemand au Petit Séminaire à Reims et occupe parallèlement un poste d’aumônier au sein d’une cité ouvrière à Val-des-Bois, une localité voisine. Malgré de nombreuses opportunités en France et au Luxembourg, Nicolas Leonardy préfère devenir vicaire dans le faubourg du Pfaffenthal en 1885. Vice-président et secrétaire de la chorale Sainte-Cécile locale de 1885 à 1891, il fait la connaissance du chef d’orchestre et compositeur Laurent Menager, qui met en musique quelques-uns de ses poèmes, dont un chant en l’honneur de la sainte patronne de l’association.

En 1891, Nicolas Leonardy s'installe à Bruxelles et prend la charge d’aumônier au Gesellenverein allemand, le foyer d’un cercle de jeunes catholiques. Parallèlement, il s’occupe d’un foyer pour des domestiques et de la mission allemande. Il fonde également la première association d’assistance pour femmes à Bruxelles, où il enseigne l’allemand à l’Institut Saint-Louis pendant trois ans. Pendant cette période, Nicolas Leonardy publie le livre de prières Vergissmeinnicht. Novene für die Armen Seelen (Regensburg 1893). En 1896, il rentre au Luxembourg et s’installe comme curé à Clausen. Il est membre fondateur de la Fauna - Société des naturalistes luxembourgeois et a influencé le mouvement Landwûol à ses débuts.

Dans les années 1880, Nicolas Leonardy commence à publier sous de nombreux pseudonymes des poèmes, des pièces de théâtre, des articles, des feuilletons ainsi que des récits de ses séjours en France et en Belgique dans les périodiques Luxemburger Wort, Luxemburger Sonntagsblatt, Das Luxemburger Land, Luxemburger Volksblatt, llustrierter Familien-Kalender, Das Volkswohl, Bulletin de la Société des Naturalistes ou encore Ons Hémecht. Parmi ses reportages souvent à caractère romanesque on peut citer Durch Prüfung geläutert et Der Luxemburger Peter in der Fremde.

Nicolas Leonardy rassemble dans le volume Levitenweisen (1895) une série de poèmes dédiés à Notre-Dame, à des dignitaires catholiques et à des festivités religieuses, mais aussi des panégyriques hagiographiques et de la poésie chantant la nature. Un volume posthume similaire au titre de travail Nicht edierte Gedichte, dont Mathias Kass avait prévu l’édition, existe en tant qu’exemplaire unique. Quelques textes de Nicolas Leonardy ont été mis en musique par J.-P. Barthel.

Influencé par le mouvement catholique-nationaliste, Nicolas Leonardy a écrit des tragédies patriotiques ayant pour sujet l’histoire du Luxembourg et l’émergence d’une conscience nationale, fondée sur la religion et la fidélité à la monarchie, comme la pièce Jung-Siegfried von Luxemburg, créée en 1899 par le Gesellenverein. En collaboration avec son condisciple Martin Schweisthal, il a écrit le drame politico-historique Klöppelkrieg (1890). Cette mise en scène est la première adaptation dramatique du sujet de la guerre des gourdins et précède de quelques années celle de Batty Weber, intitulée De Schěfer vun Aasselburn (1897).

Dans les années 1890, Nicolas Leonardy suit le courant du naturalisme littéraire. Ainsi, la tragédie Der Teufel im Glas (1901) défend des thèses environnementales, biologistes et sociodarwinistes. Les conditions de travail dans l’usine de Val-des-Bois ont amené Nicolas Leonardy à traiter de sujets sociologiques comme la pauvreté des ouvriers, dans des articles de journaux ou dans le poème Die Fabrikherren zu Rom und Val-des-Bois.

Cet article est signé Claude D. Conter et Nicole Sahl

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Bulletin de la Société des Naturalistes ([aka Fauna])
    Noms utilisés
    Nikolaus Leonardy
  • Titre des périodiques
    Hémecht / Ons Hémecht / 'T Hémecht
    Noms utilisés
    Nikolaus Leonardy
  • Titre des périodiques
    Illustrierter Familien-Kalender zur Unterhaltung und Belehrung
    Noms utilisés
    Nikolaus Leonardy
    L.K.
    Leo Kühner
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Sonndesblad / Luxemburger Sonntagsblatt / Luxemburger Sonntagsblättchen (Luxemburger Sonntags-Blättchen für Stadt und Land)
    Noms utilisés
    H. Klächen
    Nikolaus Leonardy
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Land (Das). Organ für vaterländische Geschichte, Kunst und Literatur
    Noms utilisés
    Nikolaus Leonardy
    Leo Nardy
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Volksblatt (1880-1891). Politisches Beiblatt zum Luxemburger Sonntagsblatt
    Noms utilisés
    H. Klächen
    Nikolaus Leonardy
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    Nikolaus Leonardy
    E. Feierabend
    L.
    E. Christian
  • Titre des périodiques
    Marienkalender / Luxemburger Marienkalender / Lëtzebuerger Panorama
    Noms utilisés
    Nikolaus Leonardy
  • Titre des périodiques
    Volkswohl (Das). Organ des Luxemburger antialkoholischen Vereins
    Noms utilisés
    Nikolaus Leonardy

Études critiques

Membre

  • Landwûol-Bewegung = Luxemburger Verein für ländliche Wohlfahrts- und Heimatpflege = [Société pour le] Retour à la Terre
  • Société des naturalistes luxembourgeois
Citation:
Claude D. Conter/Nicole Sahl, « Nikolaus Leonardy », sous : , mise à jour du 26.10.2021, consulté le .