Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Nic Weber


Photo :
© Wolfgang Osterheld/Collection CNL

Nic Weber

Nicolas Weber
Brachtenbach Luxembourg

Pseudonymes : B. ; M. Bauler ; Michel Bauler ; N.M. Bauler ; Bouquinus ; Demokrat ; F.G. ; Bernard Georges ; Ill. ; Interim ; Jean Jacoby ; J.G. ; Lector ; nw. ; S. ; F.G. Schmidt ; W.F. Schmidt ; F.G. Schmit ; Pierre Schmit ; F.G. Schmitt ; W.F. Schmitt ; W.F. Schmit ; T.B. ; w. ; W. ; W.L.

Nic Weber fréquente l’école primaire à Brachtenbach et, à partir de 1940, intègre la classe de sixième au Gymnase d’Echternach. En 1942, il participe à la grève scolaire et est envoyé au camp de rééducation de Burg Stahleck, puis à la défense antiaérienne à Esch-sur-Alzette. Après la guerre, il reprend ses études à l’Athénée de Luxembourg et passe son baccalauréat à Echternach. À partir de 1946, il fait des études de lettres anglaises et allemandes aux Cours supérieurs, puis à la Sorbonne à Paris. Il suit également des cours à la Haute École de journalisme, à l’École supérieure des affaires sociales et à l’École du Louvre.

Nic Weber a été journaliste de profession. Il entame sa carrière en 1950 dans les bureaux parisiens de l’agence américaine United Press. En 1953, de retour au Luxembourg, il commence par travailler pour l’hebdomadaire Revue avant de devenir rédacteur chargé de la politique étrangère au quotidien Escher Tageblatt au cours de la même année. En 1959, il est embauché à RTL Radio Lëtzebuerg, où il met en place le programme de radio en langue luxembourgeoise en continu. Plus tard, il devient rédacteur en chef, puis directeur des programmes. En 1977, il est nommé directeur des affaires internationales au sein de la CLT et directeur de RTL-Éditions. En outre, il dirige l’hebdomadaire français Téléstar. Il prend sa retraite en 1992.

Nic Weber a été engagé dans les domaines politique et syndical. Il a fait partie du comité de la Fédération des employés privés (FEP) et occupé entre 1961 et 1967 différentes fonctions au sein de l’Association luxembourgeoise des journalistes (ALJ), dont il a été notamment président. C’est en cette qualité que Nic Weber a été invité comme professeur de journalisme à l’université de Dakar (Sénégal). Il a été conseiller de l’homme politique libéral Gaston Thorn lors des élections de 1974 et cofondateur en 1974 du Centre d’études libérales, qu’il a présidé pendant un moment.

L’œuvre littéraire de Nic Weber se compose d’articles journalistiques, de récits et de poésie. Les textes journalistiques en composent la majeure partie. Il a publié de nombreux essais et feuilletons dans des monographies, des recueils et des livres hommages, mais aussi dans des périodiques comme le Lëtzebuerger Journal, d’Lëtzebuerger Land, Le Phare, Revue et Warte‑Perspectives, ainsi que dans des publications françaises et allemandes, comme Actuel, Dire et Streit-Zeit-Schrift. Ses colonnes de prédilection ont toutefois été celles des Cahiers luxembourgeois, qui ont publié ses premiers textes dans la rubrique La tribune des jeunes en 1947. Sous l’éditeur Raymon Mehlen, qui devait l’amener au poste de rédacteur-directeur, il publie des collaborations régulières entre 1949 et 1965. En 1988, Nic Weber fait renaître en tant qu’éditeur cette publication qui avait cessé sa parution en 1965. Il y contribue en allemand, plus rarement en français, par des critiques littéraires et dramatiques, des portraits d’auteurs et d’artistes, des essais consacrés à la vie et à la politique culturelles, mais aussi par des réflexions personnelles, par exemple Aus den Notizen eines Wurzelsuchers paru dans les années 1980. Dans ses essais et dans ses feuilletons, Nic Weber affiche une sympathie critique à l’égard de la vie culturelle luxembourgeoise et défend des valeurs libérales comme la démocratie, la tolérance et le pluralisme. Il a rapproché le Luxembourg d’un public étranger à travers des contributions dans le magazine Merian (1964) et dans l’anthologie Das ist Luxemburg (Stuttgart, 1983).

La première publication narrative de Nic Weber, parue en 1949 dans la revue Ons Equipe, est le récit Teerfrüchte, avec lequel l’auteur remporte le premier prix lors d’un concours littéraire organisé par Ons Jongen. Entre 1949 et 1964, il publie des histoires courtes et des récits dans Les Cahiers luxembourgeois, par exemple Pariser Autobusfahrt, Die Sehnsucht et Tim und Tine, dont des extraits ont été repris dans les deux récits de l’ouvrage Die lauen Bruchpiloten en 1980. Dans les années 1960, Nic Weber s’attache aux formes narratives brèves dans l’annuaire de l’AGEL/Assoss (1962), dans impuls (1965), dans l’anthologie Historische Miniaturen (1963) et dans des recueils allemands comme Deutsche Prosa (Stuttgart, 1963) de Horst Bingel et außerdem. Deutsche Literatur minus Gruppe 47 = wieviel? (Munich-Berne-Vienne, 1967) de Hans Dollinger. Les récits de Nic Weber s’inspirent du monde rural et de la vie dans les grandes villes modernes. Ils évoquent la quête d’épanouissement et l’irruption de l’inattendu dans le quotidien. De nombreux textes de l’auteur s’inscrivent dans la tradition du réalisme fantastique et poétique.

Nic Weber a publié également des poèmes en allemand et en français dans Les Cahiers luxembourgeois et Le Journal des poètes, mais aussi dans des recueils comme Zyklen - beispielsweise (Stierstadt, 1957), Deutsche Lyrik (Stuttgart, 1961), réalisé par Horst Bingel, Le Poète et la Société (1963), Témoignages contre la torture (1973), Dichters en dichtkunst uit Europa 1950-1980 (Louvain, 1980) et Dialogues (Capellen, 1984). Il a traduit en allemand des poèmes de l’auteur flamand Paul Snoek. L’un de ses poèmes, Dem Dichter, est mis en musique par René Mertzig en 1962.

Enfin, Nic Weber a joué un rôle important au niveau de la promotion de la littérature au Luxembourg. Il a contribué notamment à la diffusion de la littérature luxembourgeoise au Grand-Duché et à l’étranger et s’est engagé en faveur de contacts littéraires transfrontaliers. Il a édité l’anthologie Junge Lyrik und Graphik aus Luxemburg (Stierstadt, 1961-1962) et coédité l’anthologie Lyrik in Luxemburg (1979). En 1962, il lance en collaboration avec Anise Koltz les Journées littéraires de Mondorf. Dans Les Cahiers luxembourgeois, il a offert à des auteurs luxembourgeois et étrangers la possibilité de publier leurs textes. Directeur de RTL-Éditions et des éditions des Cahiers luxembourgeois, il publie dès le début des années 1980 des ouvrages d’auteurs luxembourgeois : Roger Bertemes, Paul Cerf, Edmond Dune, Pol Greisch, Jhemp Hoscheit, Lex Jacoby, Paul Katow, Nic Klecker, Pir Kremer, Joseph Leydenbach, Henri Losch, Joseph-Émile Muller, Léon N. Nilles, Pol Pütz, Anne Schmitt, Liliane Thorn-Petit ou encore Liliane Welch. Par ailleurs, Nic Weber s’est engagé en faveur des auteurs en herbe en publiant aux éditions des Cahiers luxembourgeois toute une série de livres d’auteurs débutant leur carrière littéraire, notamment ceux de Ian De Toffoli, Danielle Hoffelt, Isabelle Kronz, Laurent Mignon et Olivier Vandivinit.

Nic Weber a été membre de l’Institut grand-ducal, section des arts et des lettres. En 1999, il reçoit le prix Batty-Weber pour l’ensemble de son œuvre.

Cet article est signé Pierre Marson

Publications

Participations diverses

Traductions

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Annuaire de l'Association générale des étudiants luxembourgeois
    Noms utilisés
    Nic Weber
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    T.B.
    F.G. Schmitt
    B.
    Bouquinus
    W.F. Schmidt
    F.G. Schmit
    W.F. Schmit
    J.G.
    F.G.
    Bernard Georges
    Nic Weber
    Jean Jacoby
    F.G. Schmidt
    W.F. Schmitt
    W.
    N.M. Bauler
    S.
    M. Bauler
  • Titre des périodiques
    Dire. Revue européenne de poésie
    Noms utilisés
    Nic Weber
  • Titre des périodiques
    impuls. Luxemburger Textversuche
    Noms utilisés
    Nic Weber
  • Titre des périodiques
    Journal des poètes (Le)
    Noms utilisés
    Nic Weber
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Journal / Letzeburger Journal / Journal / LJ. Politik, Finanzen a Gesellschaft
    Noms utilisés
    Nic Weber
    S.
    Demokrat
    Pierre Schmit
    nw.
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Land (d') / d'Letzeburger Land / LL. unabhängige Wochenschrift für Politik, Wirtschaft und Kultur
    Noms utilisés
    Lector
    nw.
    Michel Bauler
    Interim
    F.G. Schmitt
    Ill.
    W.L.
    B.
    w.
    Nic Weber
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    Nic Weber
  • Titre des périodiques
    Merian. das Monatsheft der Städte und Landschaften
    Noms utilisés
    Nic Weber
  • Titre des périodiques
    Nuova Europa = Nouvelle Europe = NEeuropa. arts, letters, science
    Noms utilisés
    Nic Weber
  • Titre des périodiques
    Ons Equipe. [JEC]
    Noms utilisés
    Nic Weber
  • Titre des périodiques
    Ons Jongen. organe de la ligue des conscrits luxembourgeois réfractaires au service militaire allemand
    Noms utilisés
    Nic Weber
  • Titre des périodiques
    Phare (Le). Kulturelle Beilage - Point de vue culturel
    Noms utilisés
    Nic Weber
  • Titre des périodiques
    Revue / Lëtzebuerger illustréiert Revue
    Noms utilisés
    Nic Weber
  • Titre des périodiques
    Streit-Zeit-Schrift
    Noms utilisés
    Nic Weber
  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    Nic Weber
  • Titre des périodiques
    Warte (Die) = Perspectives. Supplément culturel du Wort
    Noms utilisés
    Nic Weber

Études critiques

Distinctions

Membre

  • ALJ - Luxemburger Journalistenverband (1925-2017)
  • ASSOSS/AGEL - Association générale des étudiants luxembourgeois (1912)
  • Institut grand-ducal Section des arts et des lettres
  • Mondorfer Dichtertage
  • RTL / Radio Luxemburg

Archives

Citation:
Pierre Marson, « Nic Weber », sous : , mise à jour du 14.05.2021, consulté le .