Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Jean-Baptiste Nau

Tétange Tétange

Jean-Baptiste Nau est le fils d’un maréchal-ferrant. Après avoir fréquenté l’Athénée de Luxembourg, il travaille comme gérant dans une mine à Esch-sur-Alzette. En 1880, il émigre aux États-Unis, où il travaille comme dessinateur à Detroit (Michigan). Après quelques années, il rentre au Luxembourg.

Jean-Baptiste Nau a entretenu des relations amicales avec Nicolas Gonner. En 1883, ce dernier intègre neuf poèmes de Jean-Baptiste Nau dans le recueil de poésie d’Américains de souche luxembourgeoise Prairieblummen. L’auteur y décrit le mal du pays et son amour de la patrie fondé sur sa langue maternelle, qui lui manque à l’étranger. Outre un sentiment d’abandon, il évoque sa soif de voyages et de découvertes. L’image de l’Amérique de Jean-Baptiste Nau se limite à la petite communauté des émigrés luxembourgeois et sa littérature se réfère aux traditions culturelles entretenues dans les chansons, les écrits et le théâtre. En 1890, il publie en outre cinq poèmes dans le journal luxembourgeois Der Arbeiter. Le principal modèle littéraire de Jean-Baptiste Nau est Michel Lentz.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Traductions

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Arbeiter (Der) [1889-1890]. Organ der Luxemburger Arbeiter-Bevölkerung
    Noms utilisés
    Jean-Baptiste Nau

Études critiques

Archives

Citation:
Claude D. Conter, « Jean-Baptiste Nau », sous : , mise à jour du 10.05.2021, consulté le .