Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Nicolas Gonner


Photo :
© Collection CNL

Nicolas Gonner

N. Gonner ; Nicholas Gonner ; Ns. Gonner
Luxembourg-Pfaffenthal Dubuque, IA ()

Pseudonymes : N.G. ; Patriot (E) ; von einem Luxemburger

Fils de jardinier, Nicolas Gonner fréquente l’Athénée de Luxembourg et l’École industrielle à Luxembourg entre 1848 et 1853, puis intègre comme volontaire le bataillon du contingent fédéral luxembourgeois à Echternach. En 1859, il devient cantonnier à l’Administration des ponts et chaussées à Remich. Sa participation à la construction du pont sur la Moselle lui permet d’acquérir des connaissances techniques dans le domaine du bâtiment. Au milieu des années 1860, Nicolas Gonner émigre aux États-Unis. Il dirige d’abord la scierie et la tonnellerie de son beau-frère à Cape Girardeau, MO (USA). Parallèlement, il travaille comme ingénieur pour la municipalité et les chemins de fer. Début 1872, il contracte la malaria, ce qui l’amène à s’installer à Dubuque (Iowa). Après avoir travaillé comme technicien de construction pendant quelques mois, il devient rédacteur de l’hebdomadaire Luxemburger Gazette. Für Recht und Wahrheit. Im Dienste der hl. Kirche, fondé en 1871, journal qu’il dirige de 1872 jusqu’à sa mort. À partir de 1875, il édite aussi le journal diocésain Iowa, dont le contenu est en grande partie identique à celui de la Luxemburger Gazette. Nicolas Gonner joue un rôle important au sein des associations des Luxembourgeois d’Amérique et préside entre 1887 et 1889 l’association de la presse catholique allemande. Tout au long de sa vie, il entretient des contacts avec le Luxembourg et pose sa candidature au poste de consul du Luxembourg à Chicago. À partir de 1865, il devient membre correspondant de la Société pour la recherche et la conservation des monuments historiques dans le Grand-Duché de Luxembourg, par la suite Institut grand-ducal, section historique.

Inspiré par le mouvement romantique, Nicolas Gonner s’intéresse très tôt à l’histoire et à la mythologie de son pays d’origine. Il recueille au Luxembourg des mythes et légendes, intégrés en partie dans Sagenschatz des Luxemburger Landes de Nicolas Gredt. Il fait déjà à Remich la connaissance de Dicks et publie des articles sur les édifices religieux luxembourgeois. Devenu auteur et éditeur aux États-Unis, il cherche à renforcer l’identité catholique des Luxembourgeois d’Amérique dans un environnement marqué par le protestantisme, mais aussi à exposer les réalités américaines à ses compatriotes. La maison d’édition de la Gazette publie une série de livres consacrés à l’histoire et à la mythologie, de même que les recueils Prairieblummen et Onserer Lider a Gedichter an onserer Letzeburger-deitscher Sprooch, la toute première anthologie de poésie en langue luxembourgeoise. Les thèmes centraux de l’œuvre littéraire de Nicolas Gonner sont ses patries d’origine et d’adoption, les saisons ainsi que la religion. Une édition commentée ainsi qu’une traduction en anglais de Prairieblummen paraissent, par les soins de Sandra Schmit, dans la collection Lëtzebuerger Bibliothéik du Centre national de littérature.

Nicolas Gonner s’est fait principalement connaître à travers son ouvrage Die Luxemburger in der neuen Welt, qui connaît une réédition augmentée en 1985 et une traduction en anglais en 1987. L’auteur y retrace l’émigration luxembourgeoise en Amérique latine et surtout en Amérique du Nord, expose la vie économique, sociale, culturelle et religieuse des Luxembourgeois aux États-Unis, présente des colonies ainsi que des personnalités luxembourgeoises et donne des conseils pratiques aux candidats à l’émigration. Ses ouvrages sont à la base de nombreux travaux de recherche consacrés à l’émigration luxembourgeoise vers le continent américain. Par ailleurs, les connaissances techniques de Nicolas Gonner en matière de construction sont publiées dans les opuscules Die Moselbrücke zu Remich (1863) et Rathschläge beim Baue katholischer Kirchen im Westen der Ver. Staaten Amerika’s (1872).

Cet article est signé Pierre Marson

Publications

Participations diverses

Traductions

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Luxemburger Gazette [Dubuque]
    Noms utilisés
    Nicholas Gonner
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Land (Das). Organ für vaterländische Geschichte, Kunst und Literatur
    Noms utilisés
    Nicholas Gonner

Études critiques

Membre

  • Institut grand-ducal Section historique
  • Société archéologique (Luxembourg) = Société Royale Grand-Ducale pour la recherche et la conservation des monuments historiques dans le Grand-Duché de Luxembourg

Archives

Citation:
Pierre Marson, « Nicolas Gonner », sous : , mise à jour du 07.05.2021, consulté le .