Maria Gleit

Herta Gleitsmann [né(e)]; Hertha Hofmann-Gleitsmann

Pseud.: M.Gl. ; Mgl.

Crimmitschau () - Locarno/Brissago ()


Photo: Maria Gleit
Maria Gleit
Photo: ©

Maria Gleit, Herta Gleitsmann de son vrai nom, grandit bien protégée comme fille unique au sein d'une famille ouvrière. Après avoir fréquenté l'école primaire et accompli une formation de sténotypiste, elle entra comme stagiaire au Sächsisches Volksblatt à Zwickau, où elle écrivit des poèmes et des contes pour le supplément enfants et jeunesse Hans und Grete. Elle y fit la connaissance de son futur époux, le rédacteur socialiste Walther Victor. Elle le suivit à Berlin, où elle travailla comme rédactrice responsable des rubriques féminines à l'agence de presse Höger. En outre, elle écrivit des articles pour le journal 8-Uhr-Abendblatt ainsi que des critiques littéraires et dramatiques, la plupart sur des sujets spécifiquement féminins. Lors de l'arrivée au pouvoir des nazis, Maria Gleit et son époux quittèrent l'Allemagne. Après une escale sur l'île de Reichenau en 1934, Walther Victor partit pour la Suisse en 1935, où Maria Gleit le rejoignit en 1936. En 1938, le couple évita de justesse l'expulsion de la Suisse avec l'aide du directeur de journal Hubert Clement qui, par l'intermédiaire de Karl Schnog, les aida à s'installer au Luxembourg, où ils gagnèrent leur vie avec des travaux journalistiques pour les périodiques Escher Tageblatt et A-Z. Walther Victor et Maria Gleit écrivirent par ailleurs des articles pour le Pariser Tageblatt ainsi que pour le journal Die Naturfreunde, publié en Suisse. Au Luxembourg, le couple entretint des contacts amicaux avec Hubert Clement et son épouse Henriette Clement-Besseling, Emil Marx, Marie Biwer, Frantz Clément, Evy Friedrich, Victor Bodson, Jean Fohrmann, Ely Hack, Lily Krier-Becker, Laure Müller et Karl Schnog.

En 1939, Maria Gleit et son époux quittèrent le Luxembourg pour la France et gagnèrent les États-Unis, après être passés par l'Espagne et le Portugal. À New York, où leurs activités journalistiques ne leur permirent plus de gagner leur vie, ils durent faire face au manque d'argent et furent sujets à des dépressions. En 1947, Walther Victor rentra en Allemagne seul et en 1949, le couple divorça. Maria Gleit s'installa en Suisse, à partir de 1950, avec son deuxième époux, Leo Hoffmann. N'ayant plus rien publié depuis, elle se donna la mort en 1981.

Maria Gleit écrivit des textes engagés, aussi bien pour adultes que pour enfants. Ses premiers romans Abteilung Herrenmode ou Macht nichts, Barbara!, s'inspirent de la nouvelle objectivité des années 1930 et mettent en scène des femmes en quête d'indépendance. Les livres pour enfants de Maria Gleit sont des plaidoyers en faveur de la tolérance et de la compréhension entre les peuples. Dans Du hast kein Bett mein Kind, elle règle ses comptes avec les nazis qui utilisent la violence, le chantage et le meurtre pour rester au pouvoir. Elle décrit les dangers et les menaces pesant sur les gens qui ont dû prendre la fuite. Lors de son séjour au Luxembourg, elle publia une série de portraits d'artistes, des essais consacrés à la littérature dans le Escher Tageblatt, où son roman Junges Weib Veronika parut sous forme de feuilleton ainsi que les récits Die Geschichte vom kleinen Cheng et Der Schokoladen-Tank dans le supplément Kinderecke. Une série de sept récits de même que le roman-feuilleton Kleine Liebe in Sankt Moritz parurent dans l'hebdomadaire A-Z. En outre, Maria Gleit est l'auteure des séries Frauen im Hintergrund. Sie opferten ihr Leben für die Grossen der Kunst et Liebe und Leidenschaft in der Französischen Revolution, mettant en valeur des femmes qui se sont illustrées par leurs performances culturelles et humanistes. En tant que correspondante en France du Escher Tageblatt, elle rédigea plusieurs reportages sur Paris. Aux États-Unis, Maria Gleit présenta des livres pour enfants en anglais et qui traitent la résistance au national-socialisme, les conséquences à long terme du régime nazi et l'obligation de préserver la nature. Dans Katrina qu'elle dédia à ses amis du Luxembourg, elle décrit la lutte contre le nazisme dans un contexte luxembourgeois. Ce roman met en scène Katrina Specht, une Luxembourgeoise de quinze ans, engagée dans la Résistance qui prête main forte à l'organisation d'un pèlerinage interdit chez la Consolatrice des affligés en 1942.

Germaine Goetzinger

Œuvres

Titre Année Langue Genres yearsort
Junges Weib Veronika
Maria Gleit [Auteur(e)]
1936
DEU
1936
Katrina. Illustrated by Nedda Walker
Maria Gleit [Auteur(e)]
1945
ENG
1945

Collaboration à des périodiques

Titre du périodique Noms utilisés
8-Uhr-Abendblatt / Nationalzeitung
Maria Gleit
A-Z Luxemburger Illustrierte
Maria Gleit
Naturfreunde (Die)
Maria Gleit
Pariser Tageblatt
Maria Gleit
Sächsisches Volksblatt
Maria Gleit
Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
Mgl.

Études critiques (auteur & œuvre)

Auteur Année Info
Carlo Sowa
1991 Maria Gleit und Walther Victor. Ein Schriftstellerehepaar auf Zwischenstation in Luxemburg. In: Galerie 9 (1991) 3, S. 404-417
Barbara Asper
2000 Maria Gleit. In: Deutschsprachige Exilliteratur seit 1933. Bd. 3, Teil 1: USA. Hrsg. von John M. Spalek, Konrad Feilchenfeldt Sandra H. Hawrylchak. Bern/München 2000, S. 142-153
Zlata Fuss Philipps
2001 Maria Gleit (recte Hertha Hofmann-Gleitsmann, 1909-1981). In: Philipps, Zlata Fuss: German Children's and Youth Literature in Exile 1933-1950. Biographies an Bibliographies, S. 88-92
Anke Heimberg
2002 "Schreiben kann man überall. Das ist das Gute an meinem Beruf." Die Schriftstellerin Maria Gleit (1909-1981) im Exil. In: Gender-Exil-Schreiben. Hg. v. Julia Schöll, S. 41-66
Anke Heimberg
2006 Die Exilschriftstellerin und -journalistin Maria Gleit (1909-1981). Ein Porträt zum 25.Todestag. In: Galerie 24 (2006) 1, S. 114-144
Pierre Marson
2007 Exilland Luxemburg, 1933 - 1947. Schreiben - Auftreten - Musizieren - Agitieren - Uberleben [Ausstellungskatalog]
2013 Unerfüllte Zukunftswünsche. Zwei Frauen im Exil: Maria Gleit und Irma Fechenbach. In: Die Widmung = La dédicace, S. 118-123
Dernière mise à jour 18.02.2014