Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Mathias Esch


Photo :
© Collection CNL

Mathias Esch

Kaundorf Luxembourg

Pseudonymes : L. ; M.E. ; Passant (Le) ; Témoin (Le)

Mathias Esch est le fils d’un enseignant. Après le Gymnase de Diekirch, il fait de 1901 à 1905 des études de philologie classique et de lettres françaises, d’abord aux Cours supérieurs, puis à Paris, à Berlin et à Strasbourg. Lors du semestre d’hiver 1903-1904, lui et René Engelmann sont en contact avec Norbert Jacques à Berlin. Pendant l’année scolaire 1905-1906, Esch est déchargé de ses obligations professionnelles pour se consacrer à l’étude linguistique du luxembourgeois. Tout comme Charles Becker, il suit des cours à la Sorbonne et à l’École pratique des hautes études, entre autres le cours Aperçu général sur la phonétique luxembourgeoise de Paul Passy. Par la suite, il enseigne à l’Athénée de Luxembourg. En 1916, il rejoint, à la demande d’Aline Mayrisch-de Saint Hubert, le Lycée de jeunes filles, où il enseigne le français jusqu’en 1927.

Mathias Esch était l’un des intellectuels libéraux les plus en vue de son époque et a régulièrement organisé des conférences au sein de l’Association pour l’éducation populaire et de l’Alliance française. Il a été membre des comités du Touring Club, de l’Association pour l’éducation populaire et de l’Association des professeurs de l’enseignement supérieur et moyen, mais aussi cofondateur des Cahiers luxembourgeois, pour lesquels il a rédigé l’éditorial programmatique. Il s’est engagé en faveur d’une révision de l’Éducation nationale et a présenté ses idées dans La réforme de notre enseignement supérieur. Rapport de la Commission d’Études Universitaires de l’AGEL (1919), Notre métier. Notes d’un professeur (1921) et Étude concernant la réforme des examens pour la collation des grades (1927).

En tant que critique littéraire, Mathias Esch s’est consacré principalement à la littérature française. Ses études sur Maurice Maeterlinck, Émile Verhaeren, qu’il connut personnellement dans le cercle des Mayrisch, et Guy de Maupassant ont suscité également de l’intérêt au-delà des frontières du Luxembourg. À partir de 1921, il est membre de la Société des gens de lettres à Paris. À l’instar d’autres intellectuels luxembourgeois, Esch veut être un médiateur entre la France et l’Allemagne, par le biais d’articles sur des auteurs allemands dans la presse française et encore davantage dans des critiques d’écrivains français dans des journaux allemands, comme Die neueren Sprachen. Par ailleurs, Esch publie sous pseudonyme de nombreux articles consacrés à la pédagogie et à la littérature, dans Touring Club, Escher Tageblatt, Journal des professeurs, La Voix des Jeunes, Luxemburger Volksbildungskalender et Luxemburger Zeitung. Il est aussi coéditeur du recueil de textes de René Engelmann Auf heimatlichen Pfaden, publié à titre posthume.

Mathias Esch fait ses débuts littéraires avec des esquisses et des poèmes en allemand. Selon Joseph Tockert, il aurait ébauché un roman en allemand se jouant dans les Ardennes luxembourgeoises. En 1929, des fragments d’un roman en partie autobiographique en français paraissent à titre posthume dans Les Cahiers luxembourgeois, sous le titre Visages de l’Oesling. Idylles ardennaises.

Cet article est signé Pierre Marson

Publications

Participations diverses

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Mathias Esch
    M.E.
  • Titre des périodiques
    Indépendance luxembourgeoise (L')
    Noms utilisés
    Témoin (Le)
  • Titre des périodiques
    Journal des professeurs
    Noms utilisés
    Mathias Esch
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Volksbildungskalender
    Noms utilisés
    Mathias Esch
    M.E.
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Zeitung III [1868-1941] / LZ
    Noms utilisés
    Mathias Esch
  • Titre des périodiques
    neueren Sprachen (Die). Zeitschrift für Forschung und Unterricht auf dem Fachgebiet der modernen Fremdsprachen
    Noms utilisés
    Mathias Esch
  • Titre des périodiques
    Pages de la SELF (Les)
    Noms utilisés
    Mathias Esch
  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    Passant (Le)
    Mathias Esch
  • Titre des périodiques
    Touring Club luxembourgeois. alliance pour propager le tourisme dans le Grand-Duché
    Noms utilisés
    Mathias Esch
  • Titre des périodiques
    Voix des Jeunes (La) (Voix (La))
    Noms utilisés
    Mathias Esch

Études critiques

Membre

  • Alliance française
  • APESS - Association des professeurs [avant 1940: de l’enseignement supérieur et moyen, après guerre: de l'enseignement supérieur et secondaire]
  • ASSOSS/AGEL - Association générale des étudiants luxembourgeois (1912)
  • Société des Gens de Lettres, Paris
  • Volksbildungsverein = Allgemeiner Volksbildungsverein für das Großherzogtum Luxemburg = Association d'éducation populaire

Archives

Citation:
Pierre Marson, « Mathias Esch », sous : , mise à jour du 30.10.2020, consulté le .