Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Norbert Jacques


Photo :
© Collection CNL

Norbert Jacques

Eich (alors commune d'Eich) Coblence ()

Pseudonymes : Jakob Luxburg

Norbert Jacques est issu d’une famille de commerçants. Après son baccalauréat au Gymnase de Diekirch, il entame des études de droit aux Cours supérieurs et à l’université de Bonn, qu’il interrompt toutefois pour se faire journaliste à Beuthen, à Berlin et à Hambourg. Tout en alimentant régulièrement la rubrique culturelle du journal Frankfurter Zeitung, il écrit pour les périodiques littéraires Hyperion, Die Rheinlande, März, Die Neue Rundschau, Die Aktion et Die Weißen Blätter. Parallèlement, Jacques s’essaye à l’agriculture, à la culture fruitière et à la pisciculture. Par la suite, il entreprend quelques voyages en Europe, un continent qu’il quitte une première fois en 1907 pour se rendre au Brésil, première étape d’une longue série de pérégrinations. Entre 1912 et 1914, il fait une expédition autour du monde au cours de laquelle il visite Ceylan, Macao, Sumatra, l’Océanie et la Chine. En Extrême-Orient, il entreprend notamment la remontée du Yang-Tsé Kiang en bateau jusqu’aux frontières du Tibet. Ensuite, il rallie l’Australie, puis le Pérou à bord d’un paquebot avant de se rendre au Chili, en Argentine et à Rio de Janeiro. En 1924, il est conseiller au service d’une société de production de films au Brésil. En 1928, il parcourt les Andes à cheval, entre l’Équateur et la Colombie, et visite aussi Panama, le Venezuela, les Antilles et l’île de Curaçao. En 1929, il traverse l’Afrique, de l’Égypte jusqu’à l’actuelle Namibie, en bateau, en train et en jeep et en 1931, il accompagne le réalisateur Fritz Lang en Turquie. Durant toutes ces années, Jacques est romancier, reporter de voyage, journaliste, essayiste, scénariste et commentateur indépendant. Pendant la dernière décennie de sa vie, il vit entre Hambourg et le lac de Constance, où, au début des années 1920 déjà, il s’est installé dans une ferme à Schlachters, près de Lindau.

Norbert Jacques est l’auteur de 55 romans et d’un grand nombre de récits, recueils de poésie, essais, livres de voyage et critiques littéraires, tout en étant éditeur, traducteur et rédacteur d’ouvrages illustrés. Il connaît son premier succès littéraire avec le roman Funchal, dans lequel il dénonce l’intolérance et les préjugés racistes. Son deuxième roman, Piraths Insel, évoque la lassitude de la vie moderne, thème également abordé dans le roman Landmann Hal, qui présente l’idylle rurale comme une occasion de se ressourcer dans la société d’après-guerre. En 1921, Jacques publie Dr. Mabuse, der Spieler, roman policier à caractère social qui se place dans l’air du temps en mettant en scène un joueur criminel, hypnotiseur despotique qui parvient à séduire les masses. Par la suite, il écrit d’autres romans policiers comme Ingenieur Mars, Mensch gegen Mensch et Plüsch und Plümowski, mais aussi des romans d’aventures exotiques comme Der Kaufherr von Shanghai, Der Feueraffe et Mann und Teufel. Ces derniers exploitent les connaissances géographiques de l’auteur, tout comme ses livres de voyage, à l’image de Auf dem chinesischen Fluß, Südsee ou encore Afrikanisches Tagebuch. Le roman Leidenschaft est consacré à la biographie de Schiller. Dans son autobiographie Mit Lust gelebt, Jacques présente toutes les étapes importantes de sa vie et de son œuvre par ordre chronologique jusqu’en 1930 et dresse un tableau de l’histoire culturelle et sociale de l’Allemagne et de l’Europe de 1901 à 1930. Cet ouvrage est réédité en 2004 avec un complément documentant la période d’avant la Seconde Guerre mondiale jusqu’à la fin des années 1940.

Les relations que Norbert Jacques a entretenues avec le Luxembourg sont particulièrement intéressantes. À plusieurs reprises, il évoque son pays d’origine dans ses ouvrages littéraires, par exemple dans le roman Der Hafen, dans lequel il raconte les relations tendues qu’il entretient avec ses parents de même qu’avec le Grand-Duché. Die heilige Lant, Die Pulvermühle et Mit Lust gelebt témoignent également des relations ambiguës entre Jacques et le Luxembourg, marquées par une série de crises. En 1900, l’auteur choisit l’exil volontaire, tandis qu’après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il est expulsé du pays par les autorités. Au début des années 1920, il acquiert la nationalité allemande. Pendant la Première Guerre mondiale, son passeport luxembourgeois permet pourtant à Jacques de travailler comme reporter de guerre et de couvrir les évènements en Belgique, aux Pays-Bas, en France et en Angleterre. Son parti pris en faveur de l’Allemagne lui ayant toutefois attiré l’animosité et le mépris des Luxembourgeois, l’auteur est par la suite boycotté au Grand-Duché, malgré une tentative de réhabilitation par de jeunes intellectuels luxembourgeois comme Albert Hoefler et Pol Michels au début des années 1920. En réponse à ces inimitiés, Jacques affiche ostensiblement son attachement au Luxembourg dans ses ouvrages littéraires, tout en dénonçant la société luxembourgeoise avec une ironie distante. Pour lui, le Luxembourg est un pays placé entre deux grands peuples voisins, avec deux langues et marqué par le provincialisme, le conservatisme et le cléricalisme. Dans ce contexte, le roman Die Limmburger Flöte, écrit dans la tradition du grotesque rabelaisien, s’est vu reprocher une vision déformée du Luxembourg.

Avec la montée du national-socialisme en Allemagne, Norbert Jacques change d’attitude à l’égard de son pays d’origine, à partir de 1931, en abandonnant ses opinions radicales pour tenter de promouvoir une compréhension mutuelle sur les problèmes nationaux. En 1934, il est chargé par les autorités du Grand-Duché d’éditer trois guides illustrés consacrés au Luxembourg et destinés aux touristes étrangers. Avec l’aide d’amis luxembourgeois, il réussit à obtenir la nationalité luxembourgeoise pour ses filles et, après son divorce, pour son ex-épouse Greta Samuely, de confession juive, qui passe par le Luxembourg avant de s’exiler aux États-Unis. De son côté, Jacques ne peut se résoudre à quitter l’Allemagne, malgré une série de représailles, notamment un séjour de deux semaines dans les geôles de la Gestapo ainsi qu’une interdiction de publication temporaire. En mai 1940, il commence à travailler au service de la propagande culturelle nazie au Luxembourg et, à partir de 1941, il publie des prises de position fidèles à la ligne du parti national-socialiste sur le problème du Luxembourg : Luxemburg. Altes deutsches Land dans Rheinland in Wort und Bild et Die Luxemburger und ihre Sprache dans Das Reich. En 1940, 1941 ainsi qu’en 1943-1944, Jacques entreprend également trois tournées de conférences dans dix-sept localités luxembourgeoises sur invitation de la Gedelit, l’association de promotion de la littérature et de l’art allemands. En 1945, il est accusé de collaboration, de propos germanophiles, de dénonciation et de haute trahison. Incarcéré pendant quatre mois, il est finalement expulsé vers l’Allemagne en juillet 1946, sans avoir fait l’objet d’un acte d’accusation officiel.

Au Luxembourg, la mise à l’index du personnage de Norbert Jacques perdure après sa mort. En Allemagne, l’auteur est également plus ou moins tombé dans l’oubli. Pourtant, ses ouvrages ont connu des tirages importants et ont été traduits en français, en néerlandais, en suédois et en anglais. L’adaptation cinématographique de Dr. Mabuse par Fritz Lang en 1921 jouit toujours d’une grande notoriété, tout comme la série de romans Mabuse, qui continue à être rééditée jusqu’à aujourd’hui.

Cet article est signé Gast Mannes

Publications

Traductions

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Aktion (Die). Wochenschrift für Politik, Literatur und Kunst
    Noms utilisés
    Norbert Jacques
  • Titre des périodiques
    Frankfurter Zeitung
    Noms utilisés
    Norbert Jacques
  • Titre des périodiques
    Hyperion. eine Zweimonatschrift
    Noms utilisés
    Norbert Jacques
  • Titre des périodiques
    März. Wochenschrift für deutsche Kultur
    Noms utilisés
    Norbert Jacques
  • Titre des périodiques
    Moselland. kulturpolitische Monatshefte
    Noms utilisés
    Norbert Jacques
  • Titre des périodiques
    Neue Luxemburger Kalender (Der). Eine Publikation von Tony Jungblut
    Noms utilisés
    Norbert Jacques
  • Titre des périodiques
    Reich (Das). deutsche Wochenzeitung
    Noms utilisés
    Norbert Jacques
  • Titre des périodiques
    Rheinland in Wort und Bild. Monatsschrift für Landschaft u.Verkehr, Volkstum und Kultur
    Noms utilisés
    Norbert Jacques
  • Titre des périodiques
    Rheinlande (Die). Vierteljahrsschr. d. Verbandes der Kunstfreunde in den Ländern am Rhein
    Noms utilisés
    Norbert Jacques
  • Titre des périodiques
    Tage-Buch (Das). Hrsg. Stefan Grossmann und Leopold Schwarzschild
    Noms utilisés
    Norbert Jacques
  • Titre des périodiques
    Touring Club luxembourgeois. alliance pour propager le tourisme dans le Grand-Duché
    Noms utilisés
    Norbert Jacques
  • Titre des périodiques
    weißen Blätter (Die). soziologische Probleme der Gegenwart
    Noms utilisés
    Norbert Jacques

Études critiques

Membre

  • Bund rheinischer Dichter (Koblenz)
  • GEDELIT

Archives

  • - Literaturarchiv Saar-Lor-Lux-Elsaß Saarbrücken
Citation:
Gast Mannes, « Norbert Jacques », sous : , mise à jour du 11.12.2020, consulté le .