Tit Schroeder

Théodore Henri Schroeder

New York, NY () - Luxembourg


Photo: Tit Schroeder
Tit Schroeder
Photo: ©

Tit Schroeder est né d'une mère française et d'un père luxembourgeois qui émigra aux États-Unis en 1900. Sa mère étant décédée en 1918, son père revint avec son fils en 1920 à Useldange. Celui-ci passa son baccalauréat au Gymnase de Diekirch en 1930, où il fut le camarade de classe de Jean Haan. Ensuite, il fit des études d'anglais et de latin aux Cours supérieurs à Luxembourg et aux universités de Paris, Londres et Munich. En 1935, il devint professeur d'anglais et de latin à l'Athénée de Luxembourg et à l'École industrielle et commerciale à Esch/Alzette. En 1941, Tit Schroeder fut réquisitionné à Benrath près de Düsseldorf. Ensuite, il rentra à Esch/Alzette. De 1949 à 1971, il enseigna au Lycée de garçons à Luxembourg. En 1965, il fut admis comme membre de l'Institut grand-ducal, Section des arts et des lettres, et, en 1967, de la Section de linguistique, de folklore et de toponymie. De 1964 à 1978, il contribua au dictionnaire Luxemburger Wörterbuch.

Tit Schroeder publia des poèmes et des pièces de théâtre dans Eis Sprooch (Association ES), Eis Sprooch (Association AL), Nouvelle revue luxembourgeois-Academia, Academia et Arts et lettres. Les pièces de Tit Schroeder se divisent en deux catégories. La première catégorie est celle des œuvres originales, comme De Scheffe vum ale Maart ou D’Pöltches Famill oder De Pöltches Bärend a seng Leit (1964). Le drame historique De Scheffe vum ale Maart s’est classé premier ex aequo avec Jean Chalop de Norbert Weber lors d’un concours de théâtre organisé dans le cadre des festivités pour le millénaire de la Ville de Luxembourg. La pièce a ensuite été publiée dans Academia. Elle a été créée par Philippe Noesen en 1990 dans le cadre des célébrations de l’indépendance du Luxembourg. La deuxième catégorie de pièces de Tit Shroeder consiste en la traduction et l’adaptation de comédies anglaises, telles que Besuch um Wudderhaff, inspirée de She Stoops to Conquer d’Oliver Goldsmith et créée en 1961 sur une musique de Pierre Nimax, ou encore De Stëmmche vun Arel, d’après The Dumb Wife of Cheapside d’Ashley Dukes, en 1962. La comédie Den Här Breedewee geet freien (1960), inédite du vivant de Schroeder, est basée sur The Matchmaker de Thornton Wilders. L’auteur a adapté des pièces de dramaturges anglophones, souvent du XVIIIe siècle, en transposant leurs événements et leurs lieux à la situation luxembourgeoise de son époque. En outre, il en a déplacé l’intérêt : le contexte historique et la caractérisation des milieux sociaux y laissent place à la représentation des caractères humains.

Au début des années 1960, Tit Schroeder était l’un des dramaturges les plus accomplis en langue luxembourgeoise. Toutes ses pièces ont été écrites entre 1960 et 1964, mais certaines ont été jouées jusque dans les années 1980. Après le succès de Besuch um Wudderhaff (1961) au Théâtre des Capucins, le tout nouveau Grand Théâtre à Luxembourg-ville a ouvert ses portes en 1964 avec D’Pöltches Famill oder De Pöltches Bärend a seng Leit dans une mise en scène d’Eugène Heinen. Tant les pièces originales que les adaptations mettent l’accent sur les conflits intergénérationnels et familiaux, ainsi que sur les tensions entre ville et campagne. À travers la juxtaposition des points de vue de protagonistes jeunes ou plus âgés sont évoqués des problèmes moraux et sociaux, où notamment les relations de confiance et de loyauté s’opposent aux traditions. Schroeder appuie souvent les contrastes au moyen de satires d’érudits ou de paysans, qu’il dépeint selon le principe de la comédie de caractère. Il développe également les modèles éprouvés du comique de quiproquo et de la comédie matrimoniale, tout en les complétant par la description de l’évolution d’une société confrontée à un processus de modernisation. Schroeder critique avant tout dans ses pièces les effets du capitalisme sur l’ordre social ; il y observe les changements dans les relations humaines provoqués par la richesse. Dans ses farces et comédies, le langage des protagonistes est souvent le moyen d’expression des jeux de pouvoir dans les conflits interpersonnels.

En 1961, Tit Schroeder remporta le Prix de littérature luxembourgeois avec le recueil de poésie Um haalwe Wee, paru en 1966 dans Nouvelle Revue luxembourgeoise-Academia et réédité en 1991 par l'Actioun Lëtzebuergesch dans De gaunze Wee avec une sélection de poèmes ultérieurs. Les poèmes de Tit Schroeder rédigés en dialecte de la région du Pratzerthal et évoquant la nature et les émotions s'inscrivent dans la tradition de la poésie impressionniste. Avec Marcel Reuland, Tit Schroeder fait partie des rénovateurs de la poésie luxembourgeoise. En 1985, l'Actioun Lëtzebuergesch lui décerna la plaquette en argent Dicks-Rodange-Lentz pour l'ensemble de son œuvre. Quelques poèmes de Tit Schroeder furent traduits en anglais par Jul Christophory. Les poèmes de Tit Schroeder ont été mis en musique par Fernand Koenig et Pierre Nimax. 

Roger Muller

Collaboration à des périodiques

Titre du périodique Noms utilisés
Academia. Mitteilungen aus dem Luxemburger Katholischen Akademiker-Verein
Tit Schroeder
Arts et lettres. publication de la Section des arts et des lettres de l'Institut grand-ducal
Tit Schroeder
Bauerekalenner / Letzeburger Bauere-Kalenner
Tit Schroeder
Eis Sprooch (Actioun Letzebuergesch)
Tit Schroeder
Eis Sprooch (Eis Sprooch). Veräinsblaat fir alles waat lëtzebuurgesch ass
Tit Schroeder
Luxemburger Wort / d'Wort / LW
Tit Schroeder
nos cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur
Tit Schroeder
Nouvelle Revue luxembourgeoise : Academia. éditée par l'Association luxembourgeoise des universitaires catholiques
Tit Schroeder

Études critiques (auteur & œuvre)

Auteur Année Info
1964-1967 Geschichte der Luxemburger Mundartdichtung. Erster Band: Von den Anfängen bis zu Michel Rodange. Zweiter Band: Von Aendréi Duchscher bis zur Gegenwart. Mit einer Bibliographie von Carlo Hury und einem Geleitwort von Prof. Dr Hugo Moser
1964 Gespräch mit Tit Schroeder. In: Die Warte-Perspectives, 13.05.1964, p.[2]
John Rinnen
1991 Den Tit Schroeder. In: De gaunze Wee, S. 8-17.
Ernest Salentiny
1992 De 1923 à 1930 au Gymnase de Diekirch. In: Livre d'Or du Lycée classique de Diekirch, p. 331-341.
1992 Luxemburgische Literaturgeschichte. Autoren deutscher, französischer, luxemburgischer Sprache
1995 Dem Tit Schroeder séng Sprooch. In: 100 Joer Useldénger Musek. 1995, S. 424-428
2005 Précis d’histoire de la littérature en langue luxembourgeoise
Georges Calteux
John Rinnen
2011 [Einleitung, Kommentar und Erinnerungen an Tit Schroeder]. In: De gaunze Wee, p. 4-11 et 115-154

Études critiques sur les œuvres individuelles

Titre Année yearsort
D'Pöltches Famill; oder De Pöltches Bärend a seng Leit. Eent Stéck an zing Biller vum Tit Schroeder. Tiré-à-part aus de "Academia" Nr.2 an 3 / 1964. 1965 1965
De gaunze Wee. Gedichte 1991 1991
De gaunze Wee. Editioun 2011 vum Syndicat d'Initiative Uselding zesumme mat der Actioun Lëtzebuergesch fir d'100-Joer-Feier vum Auteur. [Zeechnongen: Tony Haagen, Pe’l Schlechter; an der offizieller Schreifweis vun 1999] 2011 2011

Archives

Prix littéraires

Nom Prix-Mention Œuvre primée Année
Prix de littérature II Luxembourg [Prix de littérature, de science et d'art ou Prix national de littérature] 2e prix Um haalwe Wee 1961
Dicks-Rodange-Lentz Plakette plaquette en argent 1985

Membre

Nom
Institut grand-ducal Section de linguistique, de folklore et de toponymie (1935-97)
Institut grand-ducal Section des arts et des lettres
Luxemburger Wörterbuch (50er Jahre)
Dernière mise à jour 13.03.2020