Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Pierre Hentges


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Pierre Hentges

Pierre Hentges sen.
Bonnevoie (alors commune de Hollerich) Luxembourg

Pseudonymes : Hapé ; HEP ; Pierchen

Pierre Hentges passe son enfance et sa jeunesse à Bonnevoie et fréquente l’École industrielle et commerciale de Luxembourg de 1901 à 1908. De 1912 à 1918, il est comptable pour la Gelsenkirchener Bergwerks-Aktiengesellschaft à Esch-sur-Alzette. Après la Première Guerre mondiale, il reprend à Bonnevoie le café de son père, décédé lors d’un bombardement en 1918. Plus tard, Pierre Hentges devient propriétaire de l’hôtel Mille Colonnes à Luxembourg, puis, de 1922 à 1962, marchand de vin.

Pierre Hentges se fait d’abord connaître comme gymnaste, puis, à partir de 1922, comme fonctionnaire au sein de différentes fédérations sportives nationales et internationales. En 1909, il participe aux championnats du monde de sa discipline et, en 1912, aux Jeux olympiques de Stockholm. En 1949, il introduit un système de notation pour les compétitions de gymnastique et devient, en 1954, directeur technique de la Fédération internationale de gymnastique. En 1928, il fonde le premier club de gymnastique féminine, Gym, et introduit, en 1930, le volleyball au Luxembourg. Il expose ses conceptions de la gymnastique en tant que science du mouvement dans Le Gymnaste, publication de la fédération de gymnastique qu’il fonde en 1917, et dans les manuels Luxemburger Handbuch für Leibesübungen (1936) et Beiträge zur Physiologie der Leibesübungen (1948).

L’œuvre littéraire de Pierre Hentges, entamée en 1910, est liée à ses activités éducatives au sein de son club de gymnastique. Il présente une série de chorégraphies de ballet (entre autres Rêves de fleurs, Mimosa, Estudiantina et De Gassebouwendanz), représentées par des groupes de gymnastes. Plus tard, il écrit des pièces en un acte, des farces et des comédies en luxembourgeois. Ses comédies de quiproquos se caractérisent par leur comique de situation, leur comique verbal et l’interaction entre la vérité et le mensonge. Pierre Hentges traduit aussi des pièces allemandes en luxembourgeois, telle Blitz-Block oder Geschwönnegkét as kéng Hexerei. Par ailleurs, il met lui-même en musique les couplets de ses comédies et compose des chansons ainsi que des mélodies pour des pièces de divertissement de Pol Stümper et Adolphe Amberg. Par ailleurs, Pierre Hentges publie des chansons et des poèmes en luxembourgeois et en allemand sous forme de feuilles volantes. Il s’agit de poèmes de circonstance, de chansons à boire et de poèmes comiques. Après 1945, il conçoit des chansons et des poèmes en luxembourgeois à la gloire de la patrie et de la dynastie.

En collaboration avec son gendre, le photographe Tony Krier, Pierre Hentges documente également une série d’évènements historiques : la libération du Luxembourg, la gratitude envers les Alliés et l’accueil enthousiaste réservé à la famille grand-ducale. Ils réalisent des reportages photographiques, des brochures et des livres commémoratifs comme Faithful Luxembourg to her Liberators (1944), Luxembourg martyr 1940-1945 (1945-1946) et Le Souverain et son peuple (1965). Ensemble, ils sont également les auteurs d’ouvrages illustrés consacrés aux paysages luxembourgeois, comme Notre Moselle riante et belle (1967).

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Études critiques

Membre

  • Verein für Volks- und Schulhygiene
  • Volksbildungsverein = Allgemeiner Volksbildungsverein für das Großherzogtum Luxemburg = Association d'éducation populaire

Archives

Citation:
Claude D. Conter, « Pierre Hentges », sous : , mise à jour du 07.05.2021, consulté le .