Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Lexi Brasseur


Photo :
© Collection CNL

Lexi Brasseur

Alexis Brasseur
Luxembourg Luxembourg

Pseudonymes : Leop. Döring

Après son baccalauréat à l’Athénée de Luxembourg, Lexi Brasseur suit des études de droit à Bonn. Il s’inscrit au barreau dès 1886 et se présente à l’examen d’avoué en 1892. Toutefois, il préfère se consacrer au commerce du drap et de l’acier. Il devient donc associé au sein des Draperies de Schleifmühle-lez-Luxembourg, fonde la société Brasseur et Wagener et part s’établir pour quatre ans à Paris en 1907. À la fin de la Première Guerre mondiale, Lexi Brasseur loue un fort abandonné sur l’île de Houat en Bretagne, dans la baie de Quiberon. Après avoir chargé Pierre Blanc de la décoration, il y accueille ses amis luxembourgeois à l’occasion de fêtes conviviales, évoquées par Batty Weber dans son roman Inseltraum. Sur le plan politique, Lexi Brasseur était libéral. Il est le grand-père de l’écrivain français Pierre Viallet, dont le roman La Foire se déroule dans la société des notables luxembourgeois au début du XXe siècle.

Lexi Brasseur a rendu populaire au Luxembourg le genre de la revue, un mélange de vaudeville et de cabaret comprenant chant et danse, humour et moqueries, polémiques et railleries autour de l’actualité politique locale. Il débute en 1896 avec Letzebuerger Flautereien. Les dialogues des personnages du compère et de la commère, qui animent les spectacles et assurent le lien entre les différentes scènes, sont un élément caractéristique de ses revues. À partir de 1897, Lexi Brasseur collabore avec Pol Clemen, avec qui il présente de nombreuses revues jusqu’en 1916. Elles sont jouées par les troupes de théâtre Union dramatique, Enfants du Luxembourg et Treize. À l’occasion de De Mononk Phlëpp, Lexi Brasseur s’assure la collaboration de Batty Weber.

Lexi Brasseur était en outre passionné de musique et s’est engagé en faveur de la fondation du Conservatoire municipal. On lui doit la musique de nombreuses revues, les cantates festives qui accompagnaient l’inauguration du monument Dicks-Lentz en 1903 ainsi que de la chanson De Niklés'chen.

Cet article est signé Germaine Goetzinger

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Hémecht (d') - La Patrie. Erausgi vun der Unio'n vun de Letzeburger Freihêtsorganisatio'nen
    Noms utilisés
    Lexi Brasseur
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Land in Wort und Bild (Das). Illustrierte Wochenschrift für inländische Geschichte, Altertumskunde, [...]
    Noms utilisés
    Lexi Brasseur

Études critiques

Membre

  • Les Enfants de Luxembourg - Theatertruppe
  • Revue (Theater)
  • Société des Treize
Citation:
Germaine Goetzinger, « Lexi Brasseur », sous : , mise à jour du 07.05.2021, consulté le .