Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Gaston Scholer


Photo :
© Photothèque de la Ville de Luxembourg

Gaston Scholer

Luxembourg Esch-sur-Alzette

Gaston Scholer est le neveu d’Albert Bousser. En 1938, ce fils de tenanciers d’un café à Alzingen est immédiatement admis en troisième classe de l’école primaire et fréquente, à partir de 1941, le lycée à Luxembourg, ensuite les Cours supérieurs. En 1948, il commence des études de droit à la Sorbonne, à Paris, mais les abandonne en 1951. De 1952 à 1956, il étudie l’archéologie, l’histoire de l’art et les sciences du théâtre à Vienne, puis à partir de 1959 à Francfort-sur-le-Main et à l’université Humboldt à Berlin. Peu avant la construction du Mur, en août 1961, il quitte Berlin et étudie de 1962 à 1964 à Bonn, sans mener à bonne fin ses études. Après la naissance de sa fille, il rentre au Luxembourg et travaille de 1965 à 1966, avec Michel Raus, comme rédacteur au Lëtzebuerger Journal, pour lequel il rédige des comptes rendus du conseil communal de Luxembourg. Il tient en outre la rubrique culturelle, où il publie plusieurs articles, entre autres sur le roman Tynset de Wolfgang Hildesheimer. De 1968 à 1976, il est employé à l’Administration des ponts et chaussées. Ensuite, il travaille de façon irrégulière, entre autres pour l’administration de la Centrale d’achat du Parlement européen et comme journaliste indépendant. À partir des années 1980, il vit à Belvaux, puis à Esch-sur-Alzette.

Avec Cornel Meder, Lambert Schlechter, Rolph Ketter et Pierre Puth, Gaston Scholer fait partie des écrivains qui se sont orientés vers la littérature contemporaine de l’Allemagne fédérale et se sont réunis au café Chez Malou à Clausen. Gaston Scholer a organisé en 1964-1965 les réunions d’artistes et d’écrivains à la Grange de Consdorf et a fondé en collaboration avec Roger Manderscheid la maison d’édition lochness-verlag luxemburger autoren, qui voulait rénover le monde littéraire luxembourgeois avec des textes provocateurs au niveau du contenu et de la forme. Il n’existe pas de texte original de la plume de Gaston Scholer. En revanche, il a publié plusieurs récits dans la revue doppelpunkt (1/1963, 4/1968) et dans la série de publications impuls, tout comme dans les organes de publication Voix des Jeunes (1/1954), Les Cahiers luxembourgeois et dans la publication annuelle de l’Assoss (9/1962). Dans Interférences, il a publié deux essais sur le théâtre (thespiskarren in richtung…, 1/1960) et sur le cabaret (monstren unter geburtenkontrolle, 2/1960). Gaston Scholer était étroitement lié d’amitié avec Tony Jungblut et Evy Friedrich.

Gaston Scholer, qui a déclaré être le successeur esthétique de Karl Kraus, Walter Benjamin, Bertolt Brecht et Hans Henny Jahnn, a avant tout écrit, à part des critiques de théâtre, des récits à connotation satirique. Dans ses récits, il dévoile l’hypocrisie du comportement humain face à son entourage direct et retrace des situations dans lesquelles le regard porte sur les sphères marginales de la société. Les protagonistes sont pour la plupart des solitaires, qui examinent avec recul les circonstances sociales, qu’ils analysent en partie dans des commentaires moqueurs. Les récits renferment avant tout des comptes rendus des réflexions du narrateur, tout comme des descriptions minutieuses d’espaces, de situations et d’êtres humains.

En 1980, Gaston Scholer est le président du Lëtzebuerger Konschtgewerkschaft. Il a fait partie du courant politique de gauche, du Clan des jeunes, de l’Assoss, et, dans les années 1970, du Comité pour la libéralisation politique espagnol et d’associations de solidarité en faveur des sandinistes au Nicaragua. Comme intellectuel, il s’est placé dans l’entourage des théoriciens marxistes Ernest Mandel, Theodor W. Adorno, Walter Benjamin et Ernst Bloch.

Cet article est signé Claude D. Conter

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Annuaire de l'Association générale des étudiants luxembourgeois
    Noms utilisés
    Gaston Scholer
  • Titre des périodiques
    Doppelpunkt
    Noms utilisés
    Gaston Scholer
  • Titre des périodiques
    Interférences. Revue mensuelle
    Noms utilisés
    Gaston Scholer
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Journal / Letzeburger Journal / Journal / LJ. Politik, Finanzen a Gesellschaft
    Noms utilisés
    Gaston Scholer
  • Titre des périodiques
    lochnessheft
    Noms utilisés
    Gaston Scholer
  • Titre des périodiques
    Phare (Le). Kulturelle Beilage - Point de vue culturel
    Noms utilisés
    Gaston Scholer

Études critiques

Membre

  • Lëtzebuerger Konschtgewerkschaft
  • lochness Gruppe
Citation:
Claude D. Conter, « Gaston Scholer », sous : , mise à jour du 14.05.2021, consulté le .