Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Màxim Serranos Soler


Photo :
© Claude Piscitelli

Màxim Serranos Soler

Màxim Serranos
Vilanova I la Geltrú ()

Màxim Serranos Soler naît à Vilanova i la Geltrú au sud de Barcelone et y fait ses études primaires et secondaires. À l’université à Barcelone, il entreprend des études de traduction et d’interprétariat (1993-1997) puis de sciences humaines (des études combinant l'histoire de l'art, la littérature espagnole et catalane, l'histoire et la philosophie ; 1997-2000), entrecoupées de séjours Erasmus en Irlande et en France. Il travaille comme traducteur indépendant à Barcelone de 1998 à 2002, avant de s’installer au Luxembourg pour un projet initialement temporaire. Finalement, il reste au Grand-Duché et intègre en 2009 en tant que traducteur le Parlement européen. Il participe au Festival des migrations, des cultures et de la citoyenneté du CLAE ainsi qu’au Printemps des poètes et s’engage au sein du Centre Català de Luxemburg. Il s’engage aussi dans un projet d’alphabétisation et de soutien au Nicaragua ; un séjour de six mois et différents voyages entre 2005 et 2010 sont documentés par un blog avec de nombreux textes et photos.

Sur le plan littéraire, Màxim Serranos Soler est à la fois traducteur et auteur. Il traduit vers le catalan des textes non littéraires, comme la biographie de l’ingénieur Eugène Freyssinet (Madrid 2003) ou les guides de l’entraineur de chiens Cesar Millan, El líder del grup et L'encantador de gossos (Madrid 2008), mais également le roman Les gens du Balto de l’auteure franco-algérienne Faïza Guène.

Depuis l’âge de 18 ans, Màxim Serranos Soler écrit uniquement en catalan, il publie des recueils de nouvelles. Le premier livre, Incipit vila nova (i la Geltrú) (2002), tourne autour de sa ville d’origine ; le deuxième, La seducció de la vida (2005), présente des relations amoureuses et le troisième, Paramites (2006), reprend onze petites visions ironiques sur des mythes grecs, médiévaux et modernes et le fantastique en général. Le deuxième titre a été traduit en espagnol et en italien. Neuf des onze nouvelles du troisième recueil, traduites en français par l’auteur en collaboration avec deux collègues, ont paru sous le titre de Le suicide du Phénix et autres évènements improbables (2011).

Depuis 2009, le périodique abril fait paraître aussi bien des textes rédigés par Màxim Serranos Soler que ses traductions en espagnol de textes de Claudine Muno, Carine Krecké, Raoul Precht ou Luc van den Bossche.

Màxim Serranos Soler rédige la préface de Fuga de fantasmas. Las noches exiliadas (2008) de Tin Bojanić, qui traite d'un poète argentin qui se révolte contre la dictature. Il édite L'iceberg de la punta (2016) d'Òscar Mercadé Garcia.

Cet article est signé Nicole Sahl

Publications

Traductions

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    abril
    Noms utilisés
    Màxim Serranos Soler

Études critiques

Citation:
Nicole Sahl, « Màxim Serranos Soler », sous : , mise à jour du 10.07.2020, consulté le .