Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Hary Godefroid


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Hary Godefroid

H. Godefroid ; Henri Godefroid
Jemeppe () Rodange

Pseudonymes : Hary ; H.G. ; Diego / Dyago Rheindorf

Né en Belgique d’un père luxembourgeois et d’une mère allemande, Hary Godefroid fréquente l’école primaire à Villaer près de Liège avant de s’installer, en 1889, au Luxembourg, où il gagne sa vie comme valet dans des fermes à Hoffelt, Troine, Maulusmühle et Neumühle. Après un séjour à Bruxelles, où il est employé dans un hôtel, Godefroid s’installa à Lullange, où le curé Wilhelm Zorn et l’instituteur Blau, en dehors de leurs fonctions, le préparent au cycle d’études de l’École normale d’instituteurs. Après avoir accompli sa formation, il devient instituteur à Boxhorn en 1898 et, par la suite, il enseigne à Godbrange, Schouweiler et Rodange, où il vit de 1905 à 1936. Pendant la Première Guerre mondiale, Godefroid se fait membre de la Nationalunio'n et, plus tard, des associations Hémechtssprôch et Letzeburger Sprôchgesellschaft (1924-1935) ainsi que de l’Institut grand-ducal, section de linguistique, de folklore et de toponymie. En 1961, dans le cadre d’une série de festivités, la commune de Rodange lui rend hommage pour ses mérites en tant qu’instituteur, pédagogue, musicien, linguiste et écrivain et inaugure une pierre commémorative en son honneur.

À Rodange, Hary Godefroid rédige des écrits pédagogiques. Parallèlement, il cherche à rapprocher les familles et l’école en fondant l’association Haus und Schule (1917), le magazine éponyme ainsi que la Ligue des chefs de famille (1923). Il défend également ses idées dans des ouvrages comme Eltern und Lehrpersonal (1920). Une étude sous le titre Un peu de pédagogie est restée inédite. Par ailleurs, Godefroid s’intéresse à l’eugénisme et donne plusieurs conférences à ce sujet au Luxembourg et en Belgique.

Le chant et la musique tiennent un rôle important dans la vie de Hary Godefroid. Avec la loi scolaire de 1912, ces deux disciplines gagnent en importance au sein de l’enseignement. Plus tard, Godefroid analyse les tâches qui incombent au chant au niveau de l’enseignement et de l’éducation, mais aussi dans la vie en société, et il publie entre autres ses idées de réformes dans un article consacré aux chants populaires, intitulé E critesche rant durech texten a weisen an tact et publié dans Jonghémecht. Il est secrétaire de la chorale des instituteurs luxembourgeois et chef d’orchestre des sociétés musicales Cäcilia à Lamadelaine et La Concorde à Rodange. Son œuvre musicale comprend les textes et les mélodies de nombreux chants choraux, de chœurs parlés, de cantates festives ainsi que de chants populaires religieux et miniers, dédiés aux régions du bassin minier, de l’Oesling et de la Moselle.

Les études scientifiques de Hary Godefroid sur la lexicologie, la syntaxe, le style et l’art poétique témoignent de son intérêt et de son engagement en faveur de la langue luxembourgeoise. L’étude Leceburger sprôch a literatur et la proposition de réforme de l’orthographe Leceburger schreifweis sont publiées dans Jonghémecht entre 1938 et 1940. Godefroid est également l’auteur d’articles scientifiques parus dans les journaux et périodiques Volksblatt, Luxemburger Wort, Morgenglocken, Jonghémecht, De Gukuk ainsi que dans différentes publications de circonstance.

Sur le plan littéraire, Hary Godefroid s’illustre par une série de poèmes parus dans d’Natio'n ainsi que par des recueils de poésie, de chansons et de saynètes. Son sujet favori est la vie rurale, avec les lois qui lui sont propres et ses personnages typiques. Il accorde aussi beaucoup d’importance à l’humour et aux mélodies, comme l’illustrent les titres Musek mat butek et Liderklank an hemechtsdank.

Hary Godefroid a rédigé par ailleurs des manuscrits en allemand, dont un roman eugénique inspiré du naturalisme, Das erbgut der ahnen, une nouvelle et une pièce de théâtre populaire, tous restés inédits, tout comme une série de pièces en luxembourgeois, le livre de prières Gebietbuch op leceburgesch, la Leceburgesch Anthologie ainsi que les textes religieux D’buch Tobias, D’buch Ruth, D’buch Jonas et 7 leceburger bousspalmen.

Cet article est signé Gast Mannes

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Bauerekalenner / Letzeburger Bauere-Kalenner
    Noms utilisés
    Hary Godefroid
  • Titre des périodiques
    Eis Sprooch (Eis Sprooch). Veräinsblaat fir alles waat lëtzebuurgesch ass
    Noms utilisés
    Hary Godefroid
  • Titre des périodiques
    Gukuk (De). erausgi vum Eugène Forman
    Noms utilisés
    Hary Godefroid
  • Titre des périodiques
    Haus und Schule = École et famille. Monatschrift für Haus- und Schulerziehung
    Noms utilisés
    Hary Godefroid
  • Titre des périodiques
    Jonghémecht / Jong-Hémecht. Zeitschrift für heimatliches Theater, Schrift- und Volkstum
    Noms utilisés
    Hary Godefroid
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Volksblatt (1933-1941). Unabhängige Tageszeitung
    Noms utilisés
    H.G.
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    Hary Godefroid
    H.G.
  • Titre des périodiques
    Morgenglocken. Luxemburger Kinderzeitung
    Noms utilisés
    Hary Godefroid
    Diego / Dyago Rheindorf
  • Titre des périodiques
    Natio'n (D'). Nationalistesch Revue / Rewü
    Noms utilisés
    Hary Godefroid
    H.G.
  • Titre des périodiques
    Revue de la Jeunesse. éditée par la Croix-rouge luxembourgeoise
    Noms utilisés
    Hary Godefroid

Études critiques

Membre

  • Haus und Schule
  • Hémechtssprôch / Heemechtssprooch
  • Institut grand-ducal Section de linguistique, de folklore et de toponymie (1935-97)
  • Landwûol-Bewegung = Luxemburger Verein für ländliche Wohlfahrts- und Heimatpflege = [Société pour le] Retour à la Terre
  • Nationalunio'n - Letzeburger Nationalunio'n

Archives

Citation:
Gast Mannes, « Hary Godefroid », sous : , mise à jour du 20.11.2020, consulté le .