Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Marcel Simon


Photo :
© Wolfgang Osterheld/Collection CNL

Marcel Simon

Echternach Luxembourg

Pseudonymes : M.S. ; Simcel

Fils d'un employé de l'usine sidérurgique Servais à Weilerbach, Marcel Simon fréquente le Gymnase d'Echternach, où il passe son baccalauréat en 1927. Par la suite, il estemployé à l'Administration de l'enregistrement et des domaines à Echternach, puis, jusqu'à son départ à la retraite en 1958, au ministère des Transports à Luxembourg.

Dans les années 1930, Marcel Simon publie une série d'écrits satiriques sur l'actualité politique, dont Kammerwahlen 1931. E Billerbuch fir de Wähler (Esch/Alzette, 1931) ou encore Referendum vum 6. Juni 1937. E Billerbuch fir de Wähler (Esch/Alzette, 1937), écrit consacré au référendum sur la loi dite muselière visant l'interdiction du parti communiste. Marcel Simon est membre fondateur et secrétaire de la GEDELIT qu'il quitte toutefois lorsqu'elle commence à se rapprocher des idées du national-socialisme. Après la Seconde Guerre mondiale, Marcel Simon est membre du parti libéral et collaborateur du journal Lëtzebuerger Journal. De 1950 à 1954, il rédige des feuilletons au sujet de la vie quotidienne pour le quotidien Lëtzebuerger Journal, par exemple Die versteinerte Liebe. Par ailleurs, il publie des articles dans Revue et An der Ucht.

Avant 1940, Marcel Simon publie des poèmes en allemand dans le journal satirique De Gukuk sous le pseudonyme de Simcel. Après 1945, il raconte des anecdotes satiriques en luxembourgeois dans la rubrique De Metzleschjong schreiwt hém aus der Stadt du journal Peckvillchen, illustrées par Albert Simon (sans lien de parenté avec l'auteur). Une série de récits en allemand publiés dans Tageblatt fut recueillie dans Jupp und Sohn. Les textes les plus connus de Marcel Simon sont ses amusantes anecdotes caricaturant des originaux epternaciens vivant à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Recueillies dans Echternach, liebe alte Stadt, ces anecdotes accordent une attention particulière au dialecte de la région de la Basse-Sûre. Le texte a connu une d’une adaptation partielle dans le spectacle Ultima Ora monté en 2009 à Echternach, une ballade-opéra avec des textes de Jean-Claude Degrell et Danielle Hoffelt, mis en musique par Jean-Marie Kieffer et Georges Urwald.

Cet article est signé Frank Wilhelm

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    An der Ucht. Letzeburger Familjekalenner
    Noms utilisés
    Marcel Simon
  • Titre des périodiques
    Gukuk (De). erausgi vum Eugène Forman
    Noms utilisés
    Marcel Simon
    Simcel
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Journal / Letzeburger Journal / Journal / LJ. Politik, Finanzen a Gesellschaft
    Noms utilisés
    M.S.
    Marcel Simon
  • Titre des périodiques
    Obermosel-Zeitung / OMZ
    Noms utilisés
    Marcel Simon
  • Titre des périodiques
    Peck-villchen (De). sengt a peckt all Woch fir 2 Frang
    Noms utilisés
    Marcel Simon
  • Titre des périodiques
    Revue / Lëtzebuerger illustréiert Revue
    Noms utilisés
    Marcel Simon
  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    Marcel Simon

Études critiques

Membre

  • GEDELIT
  • SELF / S.E.L.F. - Société des écrivains luxembourgeois de langue française

Archives

Citation:
Frank Wilhelm, « Marcel Simon », sous : , mise à jour du 09.03.2020, consulté le .