Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Sandra Schmit


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Sandra Schmit

Luxembourg

Pseudonymes : cathar maiden

Sandra Schmit fréquente à partir de 1978 l’école primaire à Eischen et suit, de 1984 à 1991, des études secondaires au Lycée Robert Schuman et au Lycée de garçons à Luxembourg. Ensuite, elle travaille chez Siemens pendant quelques mois avant de passer deux ans à Los Angeles, où elle occupe différents emplois occasionnels. Elle rentre au Luxembourg en 1994 et travaille d’abord comme employée de bureau dans différentes sociétés et à l’administration communale de Sanem. En 1996, elle passe son baccalauréat après avoir suivi des cours du soir et enchaîne jusqu’en 2000 avec des études de lettres anglaises à l’université de Düsseldorf, études qu’elle achève avec un master sur la figure de Judith dans la littérature médiévale anglaise. Depuis 2001, elle est collaboratrice scientifique au Centre national de littérature à Mersch.

Sandra Schmit s’intéresse dans le cadre de ses recherches à la littérature luxembourgeoise depuis le XIXe siècle jusqu’à l’époque contemporaine. Elle est collaboratrice du Dictionnaire des auteurs luxembourgeois et s’occupe aussi des relations de transferts littéraires luxembourgeois avec les États-Unis (Vielheit und Einheit der Germanistik, 2012) ou de l’Union soviétique (Die Widmung, 2013 ; De la Mouselsbrauerei à Moscou, 2017) et d’auteurs étrangers participant à la vie littéraire du Luxembourg. De 2003 à 2015 paraissent dans le journal … am Äischdall, rebaptisé Regioun Lëtzebuerg West en 2009, des articles de sa plume sur des auteurs ayant un lien avec la vallée de l’Eisch, entre autres Pir Kremer, Amélie Picard ainsi que Nikolaus Welter, ou sur des textes littéraires se déroulant dans la région, comme les romans policiers d’Anita Kayser. Dans le livre du jubilé 100 Joer Esch (2006), elle publie un article sur les mutations sociales du bassin minier d’Esch-sur-Alzette dans la littérature. Elle a en outre publié sur Joseph-Emile Muller (Aufbrüche und Vermittlungen, 2010), Fernand Hoffmann (Die Widmung, 2013) et Rosemarie Kieffer (Fundstücke/Trouvailles, 2014). Depuis 2015, elle participe à la rubrique Zoom auf das Literaturarchiv de Die Warte-Perspectives avec des articles sur les études littéraires. Dans la série de publications Lëtzebuerger Bibliothéik du Centre national de littérature, elle a publié le roman Im Zeichen der Flamme, de Marie-Louise Tidick-Ulveling, sur l’époque de la chasse aux sorcières, ainsi que l’anthologie de poèmes Prairieblummen de Nicolas Gonner, qu’elle a également traduite en anglais. Sandra Schmit a été co-commissaire et co-autrice des catalogues des expositions Satirische Literatur in Luxemburg (2012) et Luxemburg und der Zweite Weltkrieg (2020) du Centre national de littérature.

Depuis 2010, elle traduit en anglais des textes en prose et des poèmes d’auteurs luxembourgeois et allemands, entre autres de Heinrich Heine, de Till Lindemann, le chanteur du groupe Rammstein, de Willy Goergen, de Robert Schaack-Étienne et de Marcel Gérard, tout comme elle a traduit des extraits du récit Amateur de Jean Back. En 2016 sont publiées ses traductions en anglais d’un extrait de Mauvais Œil, de Ian De Toffoli, et de textes courts en prose de Guy Rewenig regroupés sous le titre Your Heart of Ice Is Hot as Vice. Sandra Schmit a également traduit en luxembourgeois des poèmes du bush poet australien Henry Lawson ; ils paraissent en 2022 dans une édition bilingue sous le titre Eppes Besseres/Something Better. Les traductions luxembourgeoises commentées sont disponibles sous forme de fichiers audio sur le site de l’autrice.

Sandra Schmit est écrivaine. En 2005, elle publie son premier roman sous le pseudonyme de cathar maiden, qu’elle utilise sur le forum du site internet du groupe rock Iron Maiden. Les poèmes qu’elle publie sur l’internet sont entrelacés de manière intertextuelle avec les chansons du groupe de rock. A Winter Tale s’inscrit dans la tradition de la littérature pop. Le roman raconte une constellation érotique et sexuelle entre une étudiante et trois hommes, dans le cadre de laquelle différents schémas de vie sont présentés. En 2009, le récit est réédité au Luxembourg sous le nom de Sandra Schmit ; des extraits du roman ont été traduits en espagnol et publiés dans la revue abril (2009). En 2012 paraît la suite sous le titre Rights of Spring.

En outre, Sandra Schmit a publié deux nouvelles dans Saz fir Saz (2010) et Im Reich der Mitte (2007). Le récit Reality Check a été repris dans l’anthologie Lies de bal (2014). Les récits de voyage en Europe de l’Est, notamment dans les Balkans, sont publiés comme blog sur le site web de l’auteure.

Depuis 2015, Sandra Schmit s’engage auprès de la bibliothèque numérique de livres audio Librivox en tant que donneuse de voix et conceptrice de couvertures. Dans ce cadre, elle a lu en 2021 des parties du recueil de poésie Prairieblummen. Début avril 2020, elle lance la plateforme coronaliterature.org, qui se veut une contribution littéraire et artistique au débat global autour de la covid-19. La plateforme présente, en langue originale allemande, anglaise, française, luxembourgeoise et russe avec des traductions de l’autrice, des poèmes et textes inédits, entre autres de Nico Helminger, Josiane Kartheiser, Jean-Michel Klopp et Giulio-Enrico Pisani. En 2022, Sandra Schmit fonde la maison d’édition Sarya (qui signifie « crépuscule » en russe).

Cet article est signé Claude D. Conter et Fabienne Gilbertz

Publications

Participations diverses

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    abril
    Noms utilisés
    Sandra Schmit
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Sandra Schmit
  • Titre des périodiques
    Neueste Melusine (Die). Zeitschrift der Literarischen Gesellschaft Saar-Lor-Lux-Elsass
    Noms utilisés
    Sandra Schmit
  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    Sandra Schmit
  • Titre des périodiques
    Warte (Die) = Perspectives. Supplément culturel du Wort
    Noms utilisés
    Sandra Schmit
  • Titre des périodiques
    …am Äischdall. Informatiounsblat
    Noms utilisés
    Sandra Schmit

Études critiques

Citation:
Claude D. Conter/Fabienne Gilbertz, « Sandra Schmit », sous : , mise à jour du 14.05.2024, consulté le .