Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Pino Mariano


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Pino Mariano

Giuseppe Mariano
Minervino di Lecce ()

Pino Mariano émigre des Pouilles vers la Suisse avec ses parents alors qu’il est adolescent. Il fréquente le lycée à Ascona et passe son baccalauréat à Maglie (I). Ensuite, il étudie les lettres allemandes, françaises et italiennes à Zurich, Venise (1968-1972), Milan (1973-1978) et Urbino (1978-1980). Après avoir fait la connaissance de Paul Henkes, il consacre en 1972 son mémoire de fin d’études à Nikolaus Hein. L’étude est publiée en 1979. De 1972 à 1982, Pino Mariano est linguiste et traducteur au service des Communautés européennes à Luxembourg. Il participe à la constitution de thésaurus techniques multilingues et à l’élaboration du système de traduction informatisée Eurodicautom. Il publie également dans la Revue européenne de terminologie. À partir de 1982, il enseigne la langue et la littérature italiennes à l’université de Lecce, où il travaille également, de 1988 à 1998, comme chercheur au Centre Charles Péguy. De 1998 à 2004, il enseigne l’italien (LEA, LCE) à l’université de Franche-Comté à Besançon. En 2004, il retourne à Lecce pour enseigner le français et la traduction. À présent, Pino Mariano partage sa vie entre Lecce et Luxembourg, où réside son épouse.

Sur le plan littéraire, Pino Mariano se signale en publiant des traductions, des essais, des textes en prose ainsi que des poèmes en italien et en français, mais aussi en dialecte salentin. Il est l’auteur et l’éditeur de plusieurs essais sur l’intégration européenne et les relations entre la politique et la culture, tels qu’Europa Lingua comunità identità = Langue communauté identité (1997), Europe. Politique et culture (2000) ou encore Europe, Politics and Culture. Defending Cultural Exception (2017). Par ailleurs, il publie une série de réflexions théoriques sur la traduction, principalement la traduction poétique : Belles & infidèles (1991), L’Émule, le copiste et les Traductibilités plurielles (2004, version remaniée de sa thèse de doctorat) ou encore Dicotomie e dinamiche nella teoria della traduzione (2005). L’étude La parola premeditata (2018) aborde sous forme d’essai le sens de la langue et des mots et reprend des concepts et des théories de philosophie des langues et de linguistique.

À partir de 1971, Pino Mariano est collaborateur, puis rédacteur en chef du journal NEeuropa, édité par Mimmo Morina, en collaboration avec lequel l’auteur organise depuis 1982 le World Congress of Poetry. Pino Mariano est coéditeur de recueils de poésie bilingues ainsi que d’anthologies comme Thalatta (1985), Espaces (1989) et Famiglia, gioie e dolori (1994). Il fait paraître des critiques littéraires dans le Luxemburger Wort et NEeuropa.

Pino Mariano traduit les œuvres de nombreux poètes vers l’italien : ses adaptations partent du français (entre autres Eugène Guillevic, André Chouraqui, René Depestre, Léopold Sedar Senghor, Georges Astalos), du suédois (Östen Sjöstrand), de l’allemand (Heidi Pataki), de l’espagnol (Rubén Vela), du grec (Nicholas Kyriazis, Títos Patríkios) et du maltais, avec l’anthologie de poésie contemporaine Hagar Qim (1985). Il traduit également des auteurs luxembourgeois comme Henri Blaise, Daniel Parfait, Vincent Rindone ou Nikolaus Hein, dont il réunit un choix de poèmes dans le volume Hein - Poesie - Gedichte (2014). Des poèmes de Pino Mariano sont traduits en français, en anglais et en luxembourgeois. Dans ce dernier cas, les traductions de Grekìa (2005) sont l’œuvre de l’épouse luxembourgeoise de l’auteur, Mara Merolli, et d’Henri Blaise. Grekìa a également connu une traduction grecque.

Les migrations sont le sujet principal dans l’œuvre de Pino Mariano. Il traite aussi de ce thème dans l’article Lingua e parola dell’emigrazione (2005). La thématique des textes et des poèmes de Pino Mariano est l’impossibilité de l’intégration et l’absence de patrie, ressentie comme un exil permanent par les migrants. D’autres thèmes abordés sont les doutes et questions au sujet de la fugacité du temps, de la vie, de l’amour et de l’amitié. Pino Mariano considère le bassin méditerranéen comme un lieu de brassage des cultures, où l’Occident chrétien côtoie la Grèce antique ainsi que les cultures arabes et africaines. Le recueil de poésie bilingue andante spianato et le recueil de récits, de poèmes et d’articles Carretieri emigrati, qui sont les premières publications de Pino Mariano, ont un caractère autobiographique. Dans son œuvre, le Sud se caractérise par la pauvreté, les injustices sociales et l’émigration, mais aussi par la beauté des paysages, le soleil et la chaleur. Les recueils poétiques Pè nnu stozzu de pane (1980), Lingua paterna (2005), sunetti galate (2016) et Storie Paṭrie (2019) sont entièrement rédigés en dialecte salentin ; les deux derniers titres sont des éditions bilingues avec traduction italienne par l’auteur.

Cet article est signé Nicole Sahl

Publications

Participations diverses

Traductions

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    Pino Mariano
  • Titre des périodiques
    Nuova Europa = Nouvelle Europe = NEeuropa. arts, letters, science
    Noms utilisés
    Pino Mariano

Études critiques

Citation:
Nicole Sahl, « Pino Mariano », sous : , mise à jour du 10.05.2021, consulté le .