Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Jean-Paul Maes


Photo :
© Collection CNL

Jean-Paul Maes

Esch-sur-Alzette

Jean-Paul Maes passe son enfance et sa jeunesse à Niederkorn. Il fréquente l’École professionnelle de l’État à Esch-sur-Alzette et entre en apprentissage comme imprimeur au Tageblatt. Gagnant sa vie par des emplois occasionnels, il se consacre de plus en plus au théâtre, suit des cours au Conservatoire de musique d’Esch-sur-Alzette et se produit au sein de l’Union théâtrale de Differdange et au Théâtre ouvert Luxembourg (TOL). Il fonde la troupe de théâtre indépendante Bühne 77, qui crée la pièce Am Schied vum Walzwierk de Guy Rewenig. En 1978, Jean-Paul Maes obtient son diplôme d’acteur à la Hochschule für Musik und darstellende Kunst de Graz. À partir de 1981, il se produit sur des scènes de Brégence, de Bamberg, d’Osnabrück (1985-1988) et de Francfort-sur-le-Main. Il rentre en 1988 au Luxembourg, où il s’établit comme acteur, metteur en scène et auteur indépendant. Il travaille principalement pour le Théâtre municipal d’Esch-sur-Alzette, le Théâtre des Capucins et le Théâtre du Centaure.

Depuis 2001, Jean-Paul Maes est chargé de cours d’art dramatique et de diction au Conservatoire de musique d’Esch-sur-Alzette. En 2012, il fonde le Kaleidoskop-Theater dans le but de mettre en scène de nouvelles pièces d’auteurs luxembourgeois, par exemple de Raoul Biltgen, tout comme des classiques, tel Renert de Michel Rodange. Le répertoire, visant à inviter les écoles au théâtre, comprend des textes comme Homo Faber de Max Frisch, Draußen vor der Tür de Wolfgang Borchert ou Faust de Goethe. Les pièces sont jouées à la Schungfabrik de Tétange et au château de Bettembourg. Jean-Paul Maes a été membre de la LSV jusqu’à la dissolution de celle-ci en 2016.

Les pièces de théâtre en luxembourgeois de Jean-Paul Maes ont pour sujet l’histoire et la société luxembourgeoises et s’inscrivent dans la tradition du théâtre populaire sociopolitique. L’auteur jette un regard critique sur une société en pleine mutation, désorientée entre tradition et modernité. Ainsi, les petits-bourgeois sont représentés comme des personnages avides d’argent et de reconnaissance, qui dissimulent leurs actions égoïstes derrière un monde d’apparences. Les pièces de Jean-Paul Maes se déroulent généralement dans le milieu rural et thématisent les changements sociétaux dans le microcosme de la famille ; elles montrent également des relations conjugales et intergénérationnelles perturbées. Angoissés, désespérés, traumatisés, rancuniers, jaloux, carriéristes et convaincus d’être exposés aux caprices du destin, ces personnages s’inscrivent dans la tradition du théâtre de l’absurde, notamment aussi dans la pièce Meat me – eat me, Sing A Pur (2008), créée au Théâtre des Capucins, ou dans De Rousegaart (2014) et Déi aner Halschent (2016), créées par le Kaleidoskop-Theater. Depuis les années 2010, les pièces de Jean-Paul Maes critiquent les discriminations liées à l’homosexualité, l’obésité et aux questions transgenres dans la société luxembourgeoise, tel en 2013 dans Vollmondbetrachtungen.

Jean-Paul Maes a en outre adapté les pièces Op der Juecht & D’Kirmesgèscht (1989) de Dicks et Frësch bestued (1990) d’Ernst Binder. Il se livre à des réflexions sur la littérature luxembourgeoise, aussi bien dans la pièce Eitopomar, créée en 2003 à Trèves et qui évoque des épisodes de la biographie et des extraits de l’œuvre de Norbert Jacques, que dans la pièce en un acte Déi gestéiert Hexeversammlong zu Käerch (1995), qui se réfère au recueil Luxemburger Sagenschatz de Nicolas Gredt. La pièce Quick Step a été représentée au Théâtre des Capucins en 1993.

Jean-Paul Maes promeut le théâtre à travers une série d’activités. En collaboration avec Jean Asselborn, il fonde en 1991 le Festival de théâtre de Steinfort, manifestation qui propose des représentations de pièces de théâtre populaire sociocritiques d’auteurs luxembourgeois historiques come André Duchscher ou contemporains comme Josy Braun ou Serge Tonnar. Y ont été représentées, entre autres, ses pièces Gléck (2006) et Wat d’Mécken denken (2011). En 2001, Jean-Paul Maes fonde la biennale Act In, festival européen de la création théâtrale contemporaine avec des pièces dans des langues européennes moins répandues.

En 2017, il publie le récit Wat geet mech de Bertemes iwwerhaapt un? sur l’âge et la relation d’hommes agés avec de jeunes femmes.

La metteuse en scène Eva Paulin, qui a été l’épouse de Jean-Paul Maes, a traduit en allemand la pièce Mir gesinn eis jo nëmmen eng Kéier hei am Abrëll sous le titre Wir sehen uns doch nur einmal im Jahr hier im April (Francfort-sur-le-Main, 2002). Elle assure aussi la mise en scène de bon nombre des pièces de Jean-Paul Maes.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    Jean-Paul Maes

Études critiques

Distinctions

Membre

  • Bühne 77
  • LSV - Lëtzebuerger Schrëftstellerverband [1986-2016]
  • Théâtre des Capucins
  • Théâtre du Centaure
  • T.O.L. - Théâtre Ouvert Luxembourg
  • Union Amicale et Théâtrale, Differdange = Den Déifferdanger Theater

Archives

Citation:
Claude D. Conter, « Jean-Paul Maes », sous : , mise à jour du 10.05.2021, consulté le .