Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Henri Losch


Photo :
© Éditions Guy Binsfeld

Henri Losch

Diekirch

Henri Losch fréquente les écoles primaires de Diekirch, de Redange-sur-Attert et d’Useldange. De 1945 à 1948, il suit des études secondaires à Diekirch avant d’accomplir de 1948 à 1952 une formation à l’École normale d’instituteurs. Il enseigne à Gralingen, Oberpallen et Luxembourg ainsi qu’au Centre de logopédie. Par ailleurs, il est chargé de cours à l’Institut supérieur d’études et de recherches pédagogiques de 1989 à 1993 et donne de 1966 à 1996 des cours de diction allemande et française au Conservatoire de musique d’Esch-sur-Alzette.

Depuis 1997, Henri Losch enseigne le luxembourgeois et participe à l’élaboration de plusieurs manuels, entre autres en collaboration avec Jhemp Hoscheit et Josy Braun. Citons : Da lass. Land, Leit a Sprooch (1999), Deutsch-luxemburgisches Wörterbuch (2003), Les Verbes luxembourgeois (2005) ou encore Grammaire de la langue luxembourgeoise (2005).

Henri Losch est conférencier, acteur de théâtre et de cinéma et auteur de scénarios. De 1962 à 1973, il suit des cours d’art dramatique auprès d’Eugène Heinen, fait partie de la troupe des Compagnons de la scène et joue dans des pièces de théâtre luxembourgeoises, allemandes et françaises. En 1973, il est cofondateur du Théâtre ouvert Luxembourg. Il est l’auteur de la biographie Tun Deutsch auf der Bühne des Lebens (1995) et écrit des articles sur le théâtre luxembourgeois dans nos cahiers et Luxemburger Marienkalender. Losch est collaborateur indépendant des émissions Hei Elei Kuck Elei et De ronnen Desch sur RTL Télé Lëtzebuerg. Il a écrit deux scénarios de téléfilms consacrés à l’histoire du Luxembourg : Di zwéi vum Bierg, dont le manuscrit orignal est repris dans Sou laang een drun denkt, et De falschen Hond (1989), une adaptation du roman Der Verräter de Nikolaus Hein.

Henri Losch publie de la prose autobiographique ainsi que de la littérature pour enfants et adolescents, entre autres dans Eis Sprooch (association Actioun Lëtzebuergesch) et Galerie. Ses nouvelles autobiographiques portent sur des souvenirs de guerre et décrivent la vie quotidienne dans le Luxembourg occupé. À partir de 2004, Losch présente une œuvre autobiographique en cinq parties, qui raconte des souvenirs de nature privée et professionnelle tout en offrant un aperçu de l’histoire du Luxembourg et de son évolution sociale. Le scénario de Di zwéi vum Bierg présente la guerre depuis la perspective des adultes, tandis qu’E Bouf erzielt rassemble à travers les yeux d’un enfant des souvenirs et des descriptions de la vie quotidienne du Luxembourg occupé. Les 40 histoires courtes parues dans Koppeges a Bosseges racontent, à travers les yeux d’un instituteur d’école primaire, les changements de mentalité et de société des années 1950 aux années 2000. D’Rennscheier parle des vacances en famille tout comme de ses activités comme guide touristique dans des villes et pays de différents continents, entre autres pour l’agence de voyages Sales Lentz. De Kregéiler nous parle de sa relation avec la nature et des beautés de la nature au Luxembourg, surtout à l’ouest et dans l’Oesling. Losch associe des souvenirs de famille aux jardins, plantes, animaux et à la vie champêtre, et sensibilise à la protection de l’environnement. Les 30 récits se veulent un plaidoyer pour un rapport avec la nature basé sur le respect.

Henri Losch écrit également des livres pour enfants et adolescents dans la tradition des récits d’aventures en série d’Enid Blyton. Un groupe d’enfants y résout des énigmes et perce des secrets de vieux trésors et de châteaux : En drolege Schlasshär, Am grujelegen Tunnel an En Däiwelsgesiicht ont été illustrés par Patty Thielen. 3 clever Butzen, qui contient des illustrations de Sabrina Kaufmann, mélange des savoirs locaux sur les communes de Mamer, Capellen et Holzem avec des légendes de la région.

Henri Losch a également traduit en luxembourgeois des livres pour enfants de Dieter Konsek, Ina Vandewijer et Charles Dickens. Les contes de fées musicaux Eng Zaubertéingeschicht (1998) et Piccolo, Saxo, Compagnie (1990) sont utilisés dans l’enseignement de la musique pour les enfants. En 2016, Losch traduit également le récit Pareil et différent de Sarah Salmona.

Henri Losch a été membre de la LSV jusqu’à la dissolution de celle-ci en 2016. En 1986, sa nouvelle Den Hielännerstack remporte le deuxième prix du concours de nouvelles pour enfants d’Actioun Lëtzebuergesch.

Cet article est signé Claude D. Conter et Nathalie Jacoby

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Eis Sprooch (Actioun Letzebuergesch)
    Noms utilisés
    Henri Losch
  • Titre des périodiques
    Galerie. Revue culturelle et pédagogique
    Noms utilisés
    Henri Losch
  • Titre des périodiques
    Marienkalender / Luxemburger Marienkalender / Lëtzebuerger Panorama
    Noms utilisés
    Henri Losch
  • Titre des périodiques
    nos cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur
    Noms utilisés
    Henri Losch

Études critiques

Distinctions

Membre

  • Actioun Lëtzebuergesch - Eis Sprooch (1971- )
  • Compagnons de la scène
  • Institut grand-ducal Section des arts et des lettres
  • Lëtzebuerger Theater
  • LSV - Lëtzebuerger Schrëftstellerverband [1986-2016]
  • T.O.L. - Théâtre Ouvert Luxembourg
Citation:
Claude D. Conter/Nathalie Jacoby, « Henri Losch », sous : , mise à jour du 18.01.2021, consulté le .