Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Willy Gilson


Photo :
© Collection CNL

Willy Gilson

Guillaume Gilson
Eich (alors commune d'Eich) Thionville ()

Pseudonymes : Glossomodo ; Roger de Hautfort ; Jean Lilot ; Prodicos ; W.G.

Willy Gilson est le frère de Franz Gilson. Après son baccalauréat à l’Athénée de Luxembourg, il accomplit une formation commerciale dans l’industrie sidérurgique. À partir de 1910, il suit des cours d’ingénieur à l’École supérieure des travaux publics et au Conservatoire des arts et métiers à Paris. De plus, il étudie les lettres et les sciences humaines à la Sorbonne. Lors de la Première Guerre mondiale, Gilson se porte volontaire pour rejoindre l’armée française. En 1917, il est nommé directeur du Comptoir des charbons à Luxembourg. Préférant vivre en France, il s’établit peu après comme ingénieur et représentant à Paris. Parallèlement, il suit des études à la Sorbonne, au Collège de France, à l’École du Louvre, à l’École supérieure de commerce et à l’École supérieure des travaux publics. Dans les années 1930, Gilson est secrétaire général de l’administration du Domaine thermal de Mondorf-les-Bains. Installé à partir de 1938 à Thionville, il devient interprète au service de l’armée américaine en 1945. Par la suite et jusqu’à sa retraite en 1967, il donne des cours de français à la Chambre de commerce de Luxembourg.

Willy Gilson a tenté de promouvoir la langue et la culture françaises au Luxembourg. Pendant ses études à Paris, il écrit des articles pour le journal parisien L’Intransigeant et est correspondant de L’Indépendance luxembourgeoise. En 1934, il devient membre fondateur de la SELF. Franc-maçon et membre correspondant de la Société des gens de lettres de France, il fait partie des membres fondateurs de l’Institut grand-ducal, section des arts et des lettres en 1962. En 1945, il fonde le journal éphémère Le Grand-Ducal, dans lequel il publie un fragment de poème épique intitulé Mon pays. Histoire du Luxembourg en vers, ainsi que des articles sous le pseudonyme de Roger de Hautfort.

En 1933, Willy Gilson propose sur Radio Luxembourg une série de conférences consacrées aux auteurs francophones luxembourgeois Marcel Noppeney, Paul Palgen, Félix Thyes, Charles Becker, Anne Beffort, Joseph Hansen, Nicolas Ries et Mathias Tresch. Les textes sont repris dans la deuxième partie du recueil Une pure Parisienne. Gilson publie aussi des articles sur la littérature luxembourgeoise dans Arts et lettres et Les Cahiers luxembourgeois et alimente longtemps la chronique artistique du Luxemburger Zeitung et la chronique littéraire du Tageblatt.

Les cinq romans de Willy Gilson ont pour sujet le patriotisme luxembourgeois et affichent sa fascination idéaliste pour la culture française. Les personnages principaux de ses ouvrages sont des intellectuels romantiques confrontés à la guerre, aux déboires personnels ou à une mort prématurée. Gilson, qui a vécu les deux guerres mondiales, agrémente ses textes d’expériences personnelles. En 1936, il remporte le prix Marcel-Noppeney avec le roman Le Chevalier aux fleurs.

Cet article est signé Sandra Schmit

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    A-Z Luxemburger Illustrierte
    Noms utilisés
    Willy Gilson
  • Titre des périodiques
    Arts et lettres. publication de la Section des arts et des lettres de l'Institut grand-ducal
    Noms utilisés
    Willy Gilson
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Prodicos
    Glossomodo
    Willy Gilson
    Jean Lilot
  • Titre des périodiques
    Chasse et pêche - Lëtzebuerger Juegd a Fëscherzeidong
    Noms utilisés
    Willy Gilson
  • Titre des périodiques
    Grand-Ducal (Le). moniteur littéraire et politique du Luxembourg
    Noms utilisés
    W.G.
    Roger de Hautfort
  • Titre des périodiques
    Grive (La). Ardenne-Champagne-Wallonie
    Noms utilisés
    Willy Gilson
  • Titre des périodiques
    Hémecht (d') - La Patrie. Erausgi vun der Unio'n vun de Letzeburger Freihêtsorganisatio'nen
    Noms utilisés
    Willy Gilson
  • Titre des périodiques
    Indépendance luxembourgeoise (L')
    Noms utilisés
    Willy Gilson
    Jean Lilot
  • Titre des périodiques
    Intransigeant (L'). journal de Paris
    Noms utilisés
    Willy Gilson
  • Titre des périodiques
    Journal des professeurs
    Noms utilisés
    Willy Gilson
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Zeitung III [1868-1941] / LZ
    Noms utilisés
    Willy Gilson
  • Titre des périodiques
    Pages de la SELF (Les)
    Noms utilisés
    Willy Gilson
  • Titre des périodiques
    Phare (Le). Kulturelle Beilage - Point de vue culturel
    Noms utilisés
    Willy Gilson
  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    Willy Gilson
    Jean Lilot

Études critiques

Distinctions

Membre

  • Institut grand-ducal Section des arts et des lettres
  • RTL / Radio Luxemburg
  • SELF / S.E.L.F. - Société des écrivains luxembourgeois de langue française
  • Société des Gens de Lettres, Paris

Archives

  • - Archives communales Thionville; fonds Willy Gilson (27 Z).
Citation:
Sandra Schmit, « Willy Gilson », sous : , mise à jour du 20.11.2020, consulté le .