Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Monique Philippart


Photo :
© Collection CNL

Monique Philippart

Monique Philippart-Schmitt ; Monique Schmitt [né(e)]
Esch-sur-Alzette

Monique Philippart fréquente l’école primaire et le Lycée de jeunes filles d’Esch-sur-Alzette. Après son baccalauréat en 1973, elle travaille pendant trois ans comme éducatrice avec des enfants malentendants. De 1977 à 1980, elle travaille dans un foyer de SOS Kinderdorf à São Paulo (Brésil), rentre ensuite au Luxembourg et suit, de 1984 à 1986, des cours par correspondance en théologie, proposés par l’université de Wurtzbourg. De 1986 à 2000, elle enseigne la doctrine chrétienne et l’allemand dans différentes écoles primaires d’Esch-sur-Alzette.

La vie et l’œuvre de Monique Philippart sont marquées par ses relations avec les enfants. Elle est mère de neuf enfants, dont six enfants adoptifs ou placés en famille d’accueil. Sabrina Gérard a grandi dans cette famille d’accueil. Dans ses livres pour enfants et adolescents, Monique Philippart aborde des sujets comme les conflits de générations, les dépressions, la violence familiale, les troubles du comportement, les maladies et la toxicomanie. Elle s’intéresse particulièrement aux relations entre mères et enfants. Les personnages de ses histoires pour adolescents sont marqués par des problèmes sociaux et le sentiment d’exclusion. Dans le recueil de récits ABC, l’auteure expose l’alphabet aux enfants de manière narrative. Des extraits de cet ouvrage ont paru dans Luxemburger Marienkalender. D’autres récits pour enfants de Monique Philippart sont publiés dans Lëtzebuerger Sonndesblad entre 1977 et 1984. En 2014 paraît Enfants du Luxembourg – Kinder in Luxemburg, dans lequel l’auteure et Simone Thill brossent le portrait d’enfants, âgés de quatre à seize ans, dans leurs contextes culturel, familial et socioéconomique. Dans les histoires d’animaux publiées sous le titre Anders! Na und...?, les notions traditionnelles d’appartenance sont remises en question et permettent d’aborder le thème de l’ouverture à l’altérité.

En 1998, le récit Christian vaut à Monique Philippart le prix littéraire Heilig Rock de l’épiscopat de Trèves. En 2002, elle est lauréate de l’Eberhard-Kinder- und Jugendliteraturpreis de l’arrondissement de Barnim (près de Berlin) avec le récit Prinzip Hoffnung. En 2010, le roman Gartenzwerge küsst man nicht sur un garçon pubertaire et souffrant d’être de petite taille lui vaut le Lëtzebuerger Buchpräis de la Fédération des éditeurs dans la catégorie de la littérature pour enfants et adolescents.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Sonndesblad / Luxemburger Sonntagsblatt / Luxemburger Sonntagsblättchen (Luxemburger Sonntags-Blättchen für Stadt und Land)
    Noms utilisés
    Monique Philippart
  • Titre des périodiques
    Marienkalender / Luxemburger Marienkalender / Lëtzebuerger Panorama
    Noms utilisés
    Monique Philippart-Schmitt

Études critiques

Distinctions

Membre

  • LSV - Lëtzebuerger Schrëftstellerverband [1986-2016]
Citation:
Claude D. Conter, « Monique Philippart », sous : , mise à jour du 10.05.2021, consulté le .