Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Fons Kontz


Photo :
© Collection CNL

Fons Kontz

Schifflange Esch-sur-Alzette

Pseudonymes : Kof

Fons Kontz grandit à Esch-sur-Alzette, où il fréquente le Centre d’enseignement professionnel de l’État de 1956 à 1960. De 1962 à 1964, il travaille comme électrotechnicien à l’Arbed, puis, jusqu’en 1968, à la centrale électrique d’Esch-sur-Alzette. De 1969 à 1995, il est fonctionnaire communal dans cette même ville. Fons Kontz, qui a étudié le chant aux conservatoires de musique d’Esch-sur-Alzette (1960-1962), de Luxembourg (1963-1966) et de Vienne (1968), passe également deux ans comme basse à l’Opéra de Wurtzbourg, surtout dans des comédies musicales. De 1995 à 2003, il enseigne le chant dans la commune de Sanem.

Fons Kontz a été chanteur, acteur, metteur en scène et auteur de pièces de théâtre de divertissement. De 1963 à 1977, il fait partie de la troupe de théâtre Escher Liewensfro’. En 1978, il fonde la troupe Monnerecher Bounesäck, au sein de laquelle il assure aussi les mises en scène. Il a été membre de l’ensemble Lëtzebuerger Theater (Les Compagnons de la scène) et s’est produit comme chanteur et acteur dans les revues annuelles et dans de nombreuses pièces de théâtre. De plus, Kontz a mis en scène l’opérette D’Wonner vu Spéissbech de Batty Weber, les comédies De Ligebarong et Wéi d’Wurscht an der Haascht d’Alain Atten, ainsi que la pièce En Apel fir den Duuscht de Norbert Weber. Enfin, il a mis en scène le spectacle Dicksereien de Norbert Weber et l’opérette Ënner bloëm Himmel de Jean-Pierre Kemmer à Bettembourg.

Fons Kontz a été par ailleurs auteur de revues et de comédies. Sous le pseudonyme de Kof, il écrit les textes d’une série de revues à partir de 1983, en collaboration avec Pir Kremer, Pol Pütz, Norbert Weber et Josy Christen. Citons Et bottert (1983), Riäng ne va plü (1984), Wéi as et mam Geescht? (1985), Zupperdreckskëscht (1989), Maskebal (1993), Villdelakülltür (1995), Mir sin op Honnert (1996), Dwaldeslust (1997), Keng Panik op der Titanik (1998), Aner Emstänn (1999), Décke Buttek (2000), Afenzirkus (2001), Damp an der Kichen (2002) et Hannert de Kulissen (2003). En outre, il a traduit et adapté de l’anglais la comédie de boulevard Säitespronk d’Antony Marriot et Alistair Foot. En collaboration avec le musicien Albert Marinov, Fons Kontz a écrit une comédie musicale, De Grengen, inspirée de la farce Der Talisman de Johannes Nepomuk Nestroy. Cette œuvre est représentée à Bettembourg en 1996. Par ailleurs, il est l’auteur de plusieurs comédies, dont Eng Tréin am Knäpplach (1984), Fro däi Brudder (1990), Duerchzuch (1992), De Bop (1997), Lauter Mëller (1999), Déi beschte Medezin (1999) et Prënzereng Nummer 6 (2003). Enfin, il a écrit la comédie musicale Esch op Honnert, dont la musique est due à Erny Delosch, dans le cadre du centenaire de la ville d’Esch-sur-Alzette en 2006. À partir de 2002, Fons Kontz s’est également signalé comme sculpteur (Gesang am Eisen, 2008).

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Études critiques

Membre

  • Lëtzebuerger Theater
  • Liewensfrou Esch - Theaterverein
  • Revue (Theater)

Archives

Citation:
Claude D. Conter, « Fons Kontz », sous : , mise à jour du 10.05.2021, consulté le .