Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Pierre Roller


Photo :
© Wolfgang Osterheld/Collection CNL

Pierre Roller

Etterbeek () Luxembourg

Pseudonymes : délégué des Pages (Le)

Né à Bruxelles de parents luxembourgeois, Pierre Roller fréquente l’école primaire à Bruxelles et le lycée à Virton ainsi qu’à Godinne-sur-Meuse avant d’étudier l’histoire de l’art et l’archéologie à l’université de Liège. Parallèlement, il travaille comme journaliste et, en 1967, devient secrétaire d’une galerie d’art bruxelloise. De 1968 à 1995, il est bibliothécaire de la Cour grand-ducale au Luxembourg.

Pierre Roller a été critique littéraire et artistique, poète et traducteur. Il a consacré des articles à Julien Lefèvre ainsi qu’à Guido Oppenheim et a publié l’étude François Gillen (1978) en collaboration avec Pierre Courthion. Roller était également bibliophile et spécialiste des ex-libris, ce dont témoigne l’article Les ex-libris des écrivains luxembourgeois, qu’il a rédigé en collaboration avec Henri Hanlet. Par ailleurs, il a réalisé des entretiens avec des auteurs luxembourgeois comme Marcel Noppeney, Paul Palgen, Joseph Leydenbach et Willy Gilson, publiés dans Les Pages de la SELF, dans le cadre de la série Les interviews de Pierre Roller, à la fin des années 1950.

Pierre Roller a écrit des poèmes aphoristiques sur un ton tantôt ironique, tantôt cynique. Alternant l’amertume et le tragique, sa poésie se distingue par ses jeux de mots. Par ailleurs, il a publié des articles, des récits et des poèmes dans La Dryade, Arts et lettres, Warte-Perspectives et nos cahiers ainsi que dans différentes anthologies comme Dichters en dichtkunst Uit Europa 1950-1980 (Louvain, 1980) et Écho 1 (Metz, 1991). Roller a écrit également pour NEeuropa, dont il a fait partie du comité de rédaction. Le recueil Chants planétaires, augmenté considérablement, a été traduit en italien et en néerlandais et publié dans les éditions bilingues Pellegrino astrale et Zingen om de aarde. Quelques poèmes de l’auteur ont aussi été traduits en anglais, en chinois, en grec, en roumain et en tchèque.

Pierre Roller a transposé et adapté lui-même des ouvrages de Jenö Platthy, Yo-sup Kim et Aldo Gerbino. En 1972, il est le lauréat du Premier Prix de poésie française Silarus et, en 1989, du Prix international de poésie Raguse.

Cet article est signé Gast Mannes

Publications

Participations diverses

Traductions

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Arts et lettres. publication de la Section des arts et des lettres de l'Institut grand-ducal
    Noms utilisés
    Pierre Roller
  • Titre des périodiques
    Dryade (La). revue d'art et d'humanisme
    Noms utilisés
    Pierre Roller
  • Titre des périodiques
    nos cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur
    Noms utilisés
    Pierre Roller
  • Titre des périodiques
    Nuova Europa = Nouvelle Europe = NEeuropa. arts, letters, science
    Noms utilisés
    Pierre Roller
  • Titre des périodiques
    Pages de la SELF (Les)
    Noms utilisés
    délégué des Pages (Le)
    Pierre Roller
  • Titre des périodiques
    Voix des Jeunes (La) (Voix (La))
    Noms utilisés
    Pierre Roller
  • Titre des périodiques
    Warte (Die) = Perspectives. Supplément culturel du Wort
    Noms utilisés
    Pierre Roller

Études critiques

Membre

  • Cercle Pierre Roberti [amateurs de ex-libris]
  • SELF / S.E.L.F. - Société des écrivains luxembourgeois de langue française
Citation:
Gast Mannes, « Pierre Roller », sous : , mise à jour du 23.02.2021, consulté le .