Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Max Duchscher


Photo :
© Collection CNL

Max Duchscher

Wecker Luxembourg

Pseudonymes : Äre le'wen Newi a Pätter vun der Syr ; Max D. ; Evakue'erte vun der Syr (En) ; Max von der Syr ; M.D. ; M. v d S ; Mx

Deuxième fils d’André Duchscher, né d’un deuxième mariage, Max Duchscher fréquente les écoles primaires de Wecker, Grevenmacher et Echternach ainsi que le Gymnase d’Echternach jusqu’en 1905. Ensuite, il suit des études d’ingénieur à la Technische Hochschule de Darmstadt et connaît ses premières expériences professionnelles à Duisbourg, Dortmund, Differdange et Dommeldange. En 1919, à la mort de son frère Maurice Duchscher, il prend la direction de l’entreprise familiale. Comme son père, Max Duchscher est engagé au sein du monde industriel et économique et est entre autres président de la Fédération des industriels luxembourgeois et membre de la Chambre de commerce, du Conseil économique et du Conseil d’administration des CFL ainsi que vice-président de la Sécurité sociale et du Comité consultatif de la Haute Autorité de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA). Il est aussi actif dans le domaine culturel. En tant que président de l’Union Grand-Duc Adolphe, il s’occupe de la promotion régionale des associations de musique et de chant. En 1954, la société musicale de son entreprise est intégrée à la fanfare de la commune de Biwer.

L’activité littéraire de Max Duchscher trouve en partie son origine dans sa vie familiale. Son livre de souvenirs Erénnerungen o'us dem Aendre'i Duchscher senge jonge Jahren, paru dans un premier temps sous forme d’extraits dans Jonghémecht, est une biographie de ses grands-parents et de son père. Il y rend hommage aux pièces populaires de son père, qu’il considère comme des réflexions sociales sur l’artisanat à Echternach. Dans L’Usine de Wecker au 75e anniversaire de sa fondation (1949), Max Duchscher entretient à nouveau le souvenir de l’héritage familial en présentant l’histoire de Duchscher & Spoo. Affichant de nombreux documents d’affaires et des données internes, le livre est un important témoignage sur l’histoire sociale et industrielle du Luxembourg. Dans la tradition de l’esprit littéraire et linguistique de son père, Max Duchscher, membre de l’Institut grand-ducal, section de linguistique, de folklore et de toponymie, recueille des extraits et des citations originaires de Wecker et des environs et les publie d’abord dans Vierteljahresblätter für Luxemburgische Sprachforschung (1935-1939), avant de les mettre à disposition du Luxemburger Wörterbuch (à partir de 1955).

Dans les années 1920 et 1930, Max Duchscher cherche à promouvoir une prise de conscience des particularismes du luxembourgeois à travers son activité littéraire et sa poésie en langue luxembourgeoise. Comme Batty Weber, Peter Faber ou encore Poutty Stein, il fait partie du mouvement de promotion des chants populaires. Il se livre à une analyse critique des chants populaires et de leurs représentants, fait l’éloge du mouvement Landwûol et recueille de nombreux chants de chasse, qu’il présente lors des rencontres du Schmiereclub autour de Poutty Stein. Les anthologies de chants populaires des années 1920 et 1930 établies par Max Duchscher sont diffusées sous forme de manuscrits entre amis. De nombreux poèmes ont été mis en musique par Albert Thorn, Pol Albrecht et Jean-Pierre Schmit.

Membre de l’association Manaca, au sein de laquelle il interprète des anecdotes humoristiques dans une ambiance conviviale, Max Duchscher reste fidèle au mouvement folklorique tout au long de sa vie. Il a écrit plus de quatre-vingts poèmes pour le recueil au titre autodérisoire Gesabbelt Wirker, réalisé en collaboration avec Sepp Thill et qui a connu une édition augmentée neuf ans plus tard. Les textes, des poèmes humoristiques et des farces, ont pour sujets la famille et la patrie. Auteur de revues et de farces, Max Duchscher a écrit également deux sketches, trois saynètes et deux monologues. Dès son adolescence, il a écrit et mis en musique des pièces de théâtre ; ces œuvres de jeunesse se sont toutefois égarées.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Chasse et pêche - Lëtzebuerger Juegd a Fëscherzeidong
    Noms utilisés
    Max D.
  • Titre des périodiques
    Eis Sprooch (Eis Sprooch). Veräinsblaat fir alles waat lëtzebuurgesch ass
    Noms utilisés
    Max Duchscher
    M.D.
  • Titre des périodiques
    Jonghémecht / Jong-Hémecht. Zeitschrift für heimatliches Theater, Schrift- und Volkstum
    Noms utilisés
    Max Duchscher
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Land (d') / d'Letzeburger Land / LL. unabhängige Wochenschrift für Politik, Wirtschaft und Kultur
    Noms utilisés
    M. v d S
    M.D.
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Volksblatt (1933-1941). Unabhängige Tageszeitung
    Noms utilisés
    Mx
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    Evakue'erte vun der Syr (En)
  • Titre des périodiques
    Obermosel-Zeitung / OMZ
    Noms utilisés
    Äre le'wen Newi a Pätter vun der Syr
  • Titre des périodiques
    Peck-villchen (De). sengt a peckt all Woch fir 2 Frang
    Noms utilisés
    Max Duchscher
  • Titre des périodiques
    Revue musicale. organe officiel de l'Union Grand-Duc Adolphe
    Noms utilisés
    Max Duchscher
  • Titre des périodiques
    Revue trimestrielle d'études linguistiques, folkloriques et toponymiques
    Noms utilisés
    Max Duchscher
  • Titre des périodiques
    Vierteljahresblätter für Sprachwissenschaft, Volks- und Ortsnamenkunde
    Noms utilisés
    Max Duchscher

Études critiques

Membre

  • Hémechtssprôch / Heemechtssprooch
  • Institut grand-ducal Section de linguistique, de folklore et de toponymie (1935-97)
  • Landwûol-Bewegung = Luxemburger Verein für ländliche Wohlfahrts- und Heimatpflege = [Société pour le] Retour à la Terre
  • Luxemburgische Sprachgesellschaft (1924-35)
  • MANACA - Manufacture Nationale de Cantates oder Kantatenfabrik Faberstein
  • Revue (Theater)
  • Schmiereclub

Archives

Citation:
Claude D. Conter, « Max Duchscher », sous : , mise à jour du 07.05.2021, consulté le .