Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Léopold Hoffmann


Photo :
© Wolfgang Osterheld/Collection CNL

Léopold Hoffmann

Clervaux Luxembourg

Pseudonymes : LH ; L.H.

Fils d’instituteur, Léopold Hoffmann est le mari de l’artiste peintre Germaine Hoffmann et le père du metteur en scène Frank Hoffmann. Il passe son enfance à Clervaux et accomplit ses études secondaires au Gymnase de Diekirch en 1935. Par la suite, il étudie les lettres allemandes et classiques, la philosophie et l’histoire à Luxembourg, Paris, Bonn et Louvain. En 1940, il entame son stage d’enseignant à l’Athénée de Luxembourg. Après trois mois, il est toutefois envoyé dans un camp de rééducation dans le Westerwald et peu de temps après muté par sanction à Düsseldorf et à Düren. Après avoir travaillé à Diekirch en 1943 et enseigné à Clervaux, il est réquisitionné à un poste de défense antiaérienne à Esch-sur-Alzette, où il rejoint le mouvement de résistance LPL, pour lequel il effectue des missions de coursier. En 1945, il est nommé au Lycée de garçons à Esch-sur-Alzette et fonde une troupe de théâtre scolaire, qui représente notamment D’Spill vun der Bidden de Marcel Reuland. En 1948, Léopold Hoffmann part suivre des études néerlandophones à l’université d’Amsterdam. Un an plus tard, il est nommé professeur à l’Athénée de Luxembourg, où il enseigne l’allemand jusqu’en 1979. À partir de 1954, il enseigne également la littérature allemande aux Cours supérieurs.

Dans un premier temps, Léopold Hoffmann se fait connaître comme critique littéraire et artistique. Il anime la rubrique Von Büchern und Menschen dans le Luxemburger Wort et publie des feuilletons, des critiques de théâtre et de littérature dans Warte-Perspectives et Nouvelle revue luxembourgeoise-Academia. Ses critiques sont principalement consacrées aux nouvelles parutions dans le domaine des littératures contemporaines allemande et luxembourgeoise, notamment aux ouvrages de Heinrich Böll, Hermann Kasack, Hermann Lenz, Marcel Reuland, Nikolaus Hein, Anise Koltz et Roger Manderscheid. Il fait partie des premiers à se livrer à l’analyse scientifique des textes d’Heinrich Böll. Par ailleurs, il s’intéresse à Ernst Koch, dont il réédite le roman Prinz Rosa Stramin.

Dans les années 1960, Léopold Hoffmann se tourne vers les formes littéraires épiques. Il est l’auteur de Die Geschichten des Dichters Andreas, qui cherchent à mettre au jour le manque d’amour d’un esthète imbu de sa personne, ainsi que de récits radiophoniques, interprétés sur les ondes de Radio Luxembourg par Tun Deutsch et Haidi Jacoby. Par la suite, Léopold Hoffmann choisit d’écrire principalement des aphorismes et des textes courts, qu’il qualifie lui-même de « microhistoires ». À leur point de départ, des définitions ou des paradoxes, des antithèses, des néologismes provocants, des rythmes staccato ou encore des substantivations qui servent à dénoncer des faiblesses humaines comme le carriérisme, l’opportunisme, la soif de pouvoir, le manque de discernement et autres tendances sociales inquiétantes. Ces microhistoires sont des concentrés narratifs et discursifs. À l’aide de paradoxes et d’exagérations, agrémentés d’une ironie à la fois acerbe et amusante, Léopold Hoffmann révèle son côté moralisateur et met à nu des défauts, tout en visant implicitement une valeur positive. Il se livre également à des réflexions sur l’écriture et la vie des écrivains. À partir des années 1980, il se tourne vers la poésie. Néanmoins, il continue à qualifier ses ouvrages de « textes ». Ces derniers se caractérisent par une structure épisodique reposant sur une mise en pages en vers et des enjambements. Les aphorismes, microhistoires et textes de Léopold Hoffmann paraissent d’abord dans nos cahiers, Les Cahiers luxembourgeois et Galerie. Plus tard, ils sont rassemblés en cycles et publiés sous forme de livres. Literatur im Spiegel. Säuerliche Aphorismen (1966), Reflexe und Reflexionen. Mikro-Geschichten (1968), Brenn- und Blendpunkte. Aphorismen und Mikro-Geschichten (1970), Stress und Stille. Aphorismen und Mikrogeschichten (1974), Schnappschlüsse. Aphorismen und Mikro-Geschichten (1978), Gegen die Tüchtigen ist kein Kraut gewachsen. Aphorismen und Mikrogeschichten (1979), Wer will schon wissen, wie spät es ist. Texte (1983), Meinetwegen sowas wie Liebe. Erzählungen, Satiren & Texte (1986), Gebrochener Zeitschein (1993), Der Pelz der Reißwölfe (1997), Vor offenem Feuer oder Das Schicksal der Wörter in sprachloser Zeit (1999) et Schlitter (2006). En 2020, le Centre national de littérature fait paraître sous la direction de Samuel Hamen un choix représentatif des textes de Léopold Hoffmann avec un complément de textes inédits dans la série Lëtzebuerger Bibliothéik.

Léopold Hoffmann a été membre du PEN-Zentrum Deutschland, de l’association d’écrivains européens Die Kogge ainsi que de l’Institut grand-ducal, section des arts et des lettres. En 1989, il est lauréat du Kulturpräis vum Cliärrwer Kanton (Prix culturel du canton de Clervaux). En 1993, il reçoit le prix Batty-Weber pour l’ensemble de son œuvre.

Le long poème autobiographique Damals in Clerf a été mis en musique par Camille Kerger.

Cet article est signé Germaine Goetzinger

Publications

Traductions

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Academia. Mitteilungen aus dem Luxemburger Katholischen Akademiker-Verein
    Noms utilisés
    Léopold Hoffmann
  • Titre des périodiques
    Arts et lettres. publication de la Section des arts et des lettres de l'Institut grand-ducal
    Noms utilisés
    Léopold Hoffmann
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Léopold Hoffmann
  • Titre des périodiques
    Galerie. Revue culturelle et pédagogique
    Noms utilisés
    Léopold Hoffmann
  • Titre des périodiques
    Hémecht (d') - La Patrie. Erausgi vun der Unio'n vun de Letzeburger Freihêtsorganisatio'nen
    Noms utilisés
    Léopold Hoffmann
  • Titre des périodiques
    Journal des professeurs
    Noms utilisés
    Léopold Hoffmann
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    Léopold Hoffmann
  • Titre des périodiques
    nos cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur
    Noms utilisés
    Léopold Hoffmann
  • Titre des périodiques
    Nouvelle Revue luxembourgeoise : Academia. éditée par l'Association luxembourgeoise des universitaires catholiques
    Noms utilisés
    Léopold Hoffmann
  • Titre des périodiques
    podium wien
    Noms utilisés
    Léopold Hoffmann
  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    L.H.
  • Titre des périodiques
    Warte (Die) = Perspectives. Supplément culturel du Wort
    Noms utilisés
    L.H.
    LH

Études critiques

Distinctions

Membre

  • Die Kogge. Europäische Autorenvereinigung e.V. (Minden)
  • Institut grand-ducal Section des arts et des lettres
  • PEN International. Zentrum Deutschland

Archives

Citation:
Germaine Goetzinger, « Léopold Hoffmann », sous : , mise à jour du 07.05.2021, consulté le .