Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Maria Luisa Caldognetto


Photo :
© Collection CNL

Maria Luisa Caldognetto

Terres ()

Après avoir fréquenté l’école primaire à Trente et le lycée à Rome, Maria Luisa Caldognetto étudie de 1965 à 1970 les lettres italiennes à l’université La Sapienza de Rome, la psychologie à Louvain ainsi que l’histoire à l’université de Bologne et à l’EHESS à Paris, pour poursuivre une carrière dans l’enseignement et la recherche. Depuis 1992, elle vit au Luxembourg. Professeur attachée au consulat d’Italie jusqu’en 1999, elle enseigne ensuite, de 2000 à 2005, les lettres italiennes à l’École européenne de Luxembourg, tout en étant chargée de cours à l’université de Trèves jusqu’en 2016. À partir de 2005, elle participe aussi au projet de recherche Présence, histoire, mémoires des Italiens au Luxembourg et dans la Grande Région de l’Université du Luxembourg.

Maria Luisa Caldognetto s’intéresse à la culture italo-luxembourgeoise sous ses aspects linguistiques, historiques et littéraires. Les résultats de ses recherches ont donné lieu à de nombreuses publications, comme les recueils Luxembourg-Italie (1999), Le Livre du centenaire de la Ville d’Esch-sur-Alzette (2006) et Traces de mémoire, mémoire des traces (2007). Parmi celles-ci figurent en outre le premier Lëtzebuergesch-italieneschen Dictionnaire, en collaboration avec Jos Boggiani (1996, édition augmentée en 2003) et la première étude sur la littérature italo-luxembourgeoise, Italienische Literatur in Luxemburg?, dans Über Grenzen (2004). Elle a également édité ou coédité un certain nombre d’ouvrages concernant les sujets privilégiés de ses recherches, notamment, en 2008, l’édition de l’œuvre autobiographique de l’émigré italien antifasciste Luigi Peruzzi, Le mie memorie e Diario di Berlino 1944-1945.

Membre fondatrice de l’association culturelle italo-luxembourgeoise Convivium, Maria Luisa Caldognetto en assume la première présidence en 1994. Elle est également vice-présidente du Centre de documentation sur les migrations humaines à Dudelange. Au sein de ces associations, elle organise des conférences, des colloques, des expositions et des échanges nationaux et internationaux. Elle a, entre autres, fait partie de l’équipe organisatrice des Journées littéraires de Mondorf en 1999, 2001 et 2003.

Maria Luisa Caldognetto est également traductrice littéraire d’auteurs luxembourgeois vers l’italien (Jean Portante, Anise Koltz, Georges Erasme Muller, Serge Basso de March, André Simoncini). En collaboration avec Jean Portante, elle traduit des textes de l’auteure italienne Maria Luisa Spaziani vers le français. En 2018, elle publie en outre une traduction française de poèmes italiens d’Elio Pecora.

Pour ses mérites dans la promotion et la valorisation de la culture italienne hors d’Italie, Maria Luisa Caldognetto a été décorée, en 2013, du titre de chevalière de l’Ordre de l’Étoile d’Italie.

Cet article est signé Sandra Schmit

Publications

Participations diverses

Études critiques

Membre

  • Convivium - Centre d'animation culturelle italo-luxembourgeois asbl
Citation:
Sandra Schmit, « Maria Luisa Caldognetto », sous : , mise à jour du 16.10.2020, consulté le .