Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Jean-Baptiste Merkels


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Jean-Baptiste Merkels

John B. Merkels
Hollerich (alors commune de Hollerich) Chicago, IL ()

Pseudonymes : Germain ; J.B.M. ; Julius

Après avoir suivi les six premières années de l’enseignement secondaire à l’Athénée de Luxembourg, Jean-Baptiste Merkels travaille brièvement au parquet et pour différentes entreprises luxembourgeoises et étrangères. En 1889, il émigre aux États-Unis. Parti de Pittsburgh en 1890, il entreprend un voyage vers les côtes du Pacifique et passe six mois à San Francisco. Après son retour à Pittsburgh, il travaille pour le consulat de Belgique. Au printemps 1892, il revient passer quelques semaines au Luxembourg avant de repartir pour Chicago, où il travaille d’abord pour le comité d’organisation de l’exposition universelle. De 1894 à 1927, il est employé aux services postaux, où il termine sa carrière comme sous-préposé de bureau. Parallèlement, il occupe à partir de 1922 le poste de vice-consul du Luxembourg, poste également convoité par Nicolas Gonner. Par le biais de poèmes envoyés au gouvernement luxembourgeois, Jean-Baptiste Merkels avait demandé après la Première Guerre mondiale la création d’un tel poste afin de récompenser l’engagement patriotique des émigrés outre-Atlantique. Dans le cadre de ses fonctions, il s’engage en faveur d’une amélioration des conditions de vie de nombreux expatriés et est membre de la Chambre de commerce luxembourgeoise à Chicago.

Jean-Baptiste Merkels a été l’ami de Joseph Winandy, membre fondateur du club dramatique de la Luxembourg Brotherhood of America. Avec Nicholas Gonner, Nicolas-Édouard Becker et Jean-Baptiste Nau, il fait partie des écrivains luxembourgeois d’Amérique. Auparavant, il avait déjà publié des récits et des poèmes dans Luxemburger Post, dans Le Petit Messin en 1883 (sous le pseudonyme de Germain) et dans Escher Volks-Zeitung en 1885 (sous le pseudonyme de Julius). Aux États-Unis, il écrit des poèmes en luxembourgeois, en allemand et en anglais, publiés dans des journaux d’expatriés luxembourgeois comme Luxemburger News (Dubuque, IA), Francisco Abendpost, Luxemburger Post (Chicago) et Alleghenier Sonntagsbote. À l’instar de ses amis, Jean-Baptiste Merkels a appliqué l’orthographe étymologique de Peter Klein (Die Sprache der Luxemburger).

Lors de son voyage en Californie, il fait la connaissance de chercheurs d’or des années 1860. À son retour, en 1892, il publie Bunte Skizzen aus Californien, des reportages relatant la construction du chemin de fer et la soif de l’or, dans Luxemburger Zeitung et la rubrique Zick-Zack de la Freie Presse. Le principal ouvrage de Jean-Baptiste Merkels est le recueil de poésie Blummen aus Amerika, dont le titre se réfère à l’anthologie Prairieblummen de Nicholas Gonner. L’auteur a souligné l’importance de la langue luxembourgeoise, qui fait office de lien culturel entre la monarchie et le peuple et qui est à la base de l’identité nationale. Monarchiste, Jean-Baptiste Merkels a célébré la naissance du Grand-Duc héritier Jean comme un cadeau à la nation. Le sujet de ses poèmes, patriotiques selon ses propres dires et écrits entre 1895 et 1921, est l’indépendance du Grand-Duché, particulièrement en temps de crise comme la Première Guerre mondiale. À travers ses poèmes de littérature engagée, il a cherché à mobiliser les Luxembourgeois d’Amérique, mais aussi la population américaine, à l’attention de laquelle il a même écrit une vingtaine de poèmes en anglais afin d’expliquer la situation politique en Europe. Parmi ces poèmes se trouve le pastiche intitulé De Preiß huet Letzeburg gestuel, sur l’air de l’hymne national, qu’il a imprimé en cinq cents exemplaires pour le distribuer lors de fêtes foraines, notamment à la Schobermesse de Chicago. Jean-Baptiste Merkels est allé jusqu’à adresser le poème Uncle Sam, Free Little Luxembourg au président Wilson. Il y demande aux États-Unis une protection militaire et un protectorat de paix.

À la mort de son épouse, Jean-Baptiste Merkels lui dédie le recueil Aus dem Alltagsleben avec des poèmes de deuil, de souffrance et de souvenirs.

Jean-Baptiste Merkels, qui a opté pour la nationalité américaine, a été membre de la chorale luxembourgeoise Dicks-Männerchor à Chicago et de la Luxembourg Brotherhood of America. En 1905, ces deux associations fusionnent pour former la chorale Luxemburger Sängerbund von Chicago. En outre, Jean-Baptiste Merkels a été membre de la Letzeburger Nationalunio'n et s’est voulu un ambassadeur de la langue et de la littérature luxembourgeoises. Il a contribué régulièrement par des poèmes et des reportages à l’annuaire publié à l’occasion de la Schobermesse à Chicago et a organisé des soirées de chant et de théâtre, lors desquelles des chansons et des pièces luxembourgeoises étaient présentées. Ses séjours fréquents au Luxembourg lui ont permis de faire connaître la littérature des auteurs contemporains Dicks, N.S. Pierret, Josy Imdahl et André Duchscher dans sa nouvelle patrie. Quelques poèmes de Jean-Baptiste Merkels ont été mis en musique par Pol Albrecht, Jean Freilinger et Victor Goldschmit.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Alleghenier Sonntagsbote
    Noms utilisés
    Jean-Baptiste Merkels
  • Titre des périodiques
    Escher Volks-Zeitung
    Noms utilisés
    Jean-Baptiste Merkels
    Julius
  • Titre des périodiques
    Francisco Abendpost
    Noms utilisés
    Jean-Baptiste Merkels
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Freie Presse
    Noms utilisés
    Jean-Baptiste Merkels
  • Titre des périodiques
    Luxemburger News
    Noms utilisés
    Jean-Baptiste Merkels
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Post [Chicago]
    Noms utilisés
    Jean-Baptiste Merkels
    J.B.M.
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Zeitung III [1868-1941] / LZ
    Noms utilisés
    Jean-Baptiste Merkels
  • Titre des périodiques
    Petit Messin (Le). écho du pays lorrain
    Noms utilisés
    Germain
    Jean-Baptiste Merkels

Études critiques

Membre

  • Luxemburger Brotherhood of America
  • Nationalunio'n - Letzeburger Nationalunio'n

Archives

  • BNL Ms 615
Citation:
Claude D. Conter, « Jean-Baptiste Merkels », sous : , mise à jour du 10.05.2021, consulté le .