Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Christiane Kremer


Photo :
© Sven Becker

Christiane Kremer

Luxembourg

Pseudonymes : Chrik

Christiane Kremer fréquente l’école primaire à Kehlen, puis passe en 1980 son baccalauréat littéraire à l’École privée Fieldgen. Elle suit plusieurs formations dans le secteur des médias et des cours de diction en langues française et allemande au Conservatoire de la Ville de Luxembourg. De 1980 à 1981, elle est employée dans une librairie à Luxembourg, puis devient fonctionnaire à l’Administration des douanes. En 1985, elle entre comme journaliste free-lance chez RTL Radio et y anime entre autres l’émission pour enfants Kanneremissioun. En 1988, elle est engagée chez RTL comme présentatrice, puis comme chef de programmes à la radio, entre autres responsable des rubriques sport et culture (1997-2017). En 2017, elle est nommée à la tête du département culture de tous les médias de RTL Lëtzebuerg. De 1995 à 2007, elle anime l’émission culturelle de la télévision. À partir de 2003, elle présente à la radio des invités souvent issus de la culture dans les émissions comme Freides invité (2003-2018), Am Gespréich, RTL Weekend (2019-) ou encore Apropos (2008-). En outre, elle s’est fait un nom comme présentatrice et animatrice d’évènements culturels et sociaux, tant au Luxembourg qu’à l’étranger.

Christiane Kremer est active dans le domaine du cabaret et du théâtre. De 1986 à 2003, elle participe à Kehlen comme actrice et auteure à l’ensemble Kabarä Kielen, avant de devenir, en 1998, cofondatrice et présidente de l’association culturelle Op Schéimerech asbl. Elle écrit également des textes pour le moment inédits pour les ensembles Op Schéimerech, Makadammen, Bartrénger Kaméidi ou Beetebuerger Theaterfrënn et, sous le pseudonyme de Chrik, pour la Revue du Lëtzebuerger Theater. Elle écrit également des pièces de théâtre, textes inédits, portés sur scène la plupart du temps par le groupe de théâtre Op Schéimerech. Citons les dîners policiers Mort subite (2006, en collaboration avec Paul Pepin), Heemlech (2009) et sa version remaniée OnHeemlech (2016) ainsi que Mord op Ordonnance (2011), mais aussi De gëllene Fochs (2019, en collaboration avec Romain Kockelmann), ou des représentations satiriques de cérémonies de remise de prix, par exemple pour le cinéma. Sa traduction de la comédie grotesque sur deux critiques gastronomiques Gutt a genuch, une adaptation d’Indien d’Alfred Dorfer et Josef Hader, est représentée en 2013 au Théâtre des Capucins. En 2014 et 2016, Op Schéimerech organise à Kehlen les Kabaräsdeeg, un concours national pour textes de cabaret. En 2020, Christiane Kremer monte sur scène, entre autres avec Roland Gelhausen, pour la soirée hommage à Jay Schiltz, Äddi Jay, du waars net keen !, sous la direction de Claude Mangen.

Christiane Kremer est à la fois éditrice, auteure et traductrice. En 2013, elle fonde avec Viviane Leytem et Luc Marteling les éditions Kremart. En tant qu’auteure, elle écrit des récits pour adultes et des histoires pour enfants. Le récit court De Wierdermoler (2013), histoire d’amour en trois actes avec épilogue, relate le coup de cœur impromptu d’une joggeuse du dimanche et d’un homme qui, sur son ordinateur portable, peint des mots. Mammendag (2013) est l’histoire de Sarah, à la recherche d’une idée de cadeau qu’elle veut offrir pour la fête des Mères. Avec l’aide de Joey, son meilleur ami, qui habite avec ses deux pères, elle décide d’offrir du temps. Ce plaidoyer pour un monde plus tolérant est illustré par des dessins d’Anne Mélan. De Poli an d’Maisy (2015), illustré par Aline Forçain, raconte l’amitié qui lie un bouvreuil et une chauve-souris aux longues oreilles. Le jeune oiseau fait ses premières escapades en solitaire et est ramené chez lui par la chauve-souris. So mol, Lobo! (2018) parle d’un garçon avide de savoir qui ne cesse de poser des questions aux adultes. Face à l’énervement de ceux-ci, il décide de ne plus se manifester et de se taire, aubaine pour l’institutrice et d’autres personnes qui apprécient le calme. Le jeune Lobo fait la connaissance de Lola, sa nouvelle voisine, qui est malvoyante et le prend pour un muet. Dans la série « Buck tu gou » de Kremart, des récits très courts d’une durée de lecture de sept minutes, paraissent deux textes de Christiane Kremer. Accord(eon) (2019) a lieu pendant le temps de disette de l’après-guerre, lorsque la jeune Jacqueline arrive, grâce au soutien de son instituteur, à réaliser son rêve de suivre des cours de solfège et d’apprendre à jouer d’un instrument. An engem Zuch (2019) parle d’un voyageur attendant sur le quai, en présence de trois amies, un train surréaliste partant vers une destination inconnue. Après le départ du train, il y rencontre un passager inconnu et mystérieux.

Le premier roman de Christiane Kremer, De Bicherbus (2020), met en scène une jeune femme confrontée à des difficultés avec la réorganisation sa vie lorsqu‘elle décide de se sépararer de son mari, un avocat et député. Le bibliobus du titre sert de point de rencontre avec de nouvelles personnes et permet de renouer avec la littérature. L’histoire se déroule en 2013 et montre les implications croisées entre les bouleversements dans la vie privée de la narratrice et la crise politique au Grand-Duché due à l’affaire du Service de renseignement, qui amène des élections anticipées et fait perdre au parti chétien-social sa position historique au sein du gouvernement. André Kemmer a été melé à cette affaire et la reprend, à l’instar de Romain Hilgert, dans des textes.

Christiane Kremer traduit de nombreux livres pour enfants de l’anglais, du français, de l’italien et de l’allemand vers le luxembourgeois. Au centre de la série en plusieurs volumes Déi kleng Prinzessin (A Little Princess Story) de Tony Ross se trouve une petite princesse têtue, qui vit avec les mêmes désirs et peurs que d’autres enfants du préscolaire. Christiane Kremer adapte aussi des histoires qui racontent l’amitié entre un flocon de neige et et une goutte de peinture (D’Geschicht vun der Faarfdrëps an der Schnéiflack, 2015), des contes inhabituels pour s’endormir (Nach eng kleng Geschicht… an da séier an d’Bett !, 2018) ou la volonté d’une grenouille de faire du ballet en dépit de contraintes sociales (De Kuakerino. E Fräsch wëll an de Ballet, 2019). De Geescht Gubi (2020) présente un gentil petit fantôme rose, qui préfère son intérieur douillet. Christiane Kremer adapte aussi des livres illustrés pour les plus petits, comme Blosen, tréischten, Plooschter drop (2017), Potti-Musek (2018), Kuschel, Kussi a gutt Nuecht (2019), ou encore Dee klenge wäisse Fësch lauschtert Waassermusek (2019). En 2020, elle traduit en outre le livre d’explication pour enfants De Coronavirus. E Buch fir Kanner.

Cet article est signé Jacques Steffen et Nicole Sahl

Publications

Traductions

Études critiques

Distinctions

Membre

  • Revue (Theater)
Citation:
Jacques Steffen/Nicole Sahl, « Christiane Kremer », sous : , mise à jour du 18.05.2021, consulté le .