Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Mady Durrer


Photo :
© Raymond Erbs

Mady Durrer

Luxembourg

Mady Durrer suit le cursus de l’enseignement primaire à Strassen, puis celui de l’enseignement secondaire à l’École privée Fieldgen. À partir de 1973, elle travaille comme institutrice suppléante au sein des écoles primaires de Strassen, Dudelange, Leudelange et Luxembourg. En 1975, elle accomplit une formation d’éducatrice au Lycée technique pour professions éducatives et sociales à Fentange. De 1975 à 1977, elle travaille comme éducatrice. Après avoir suivi une formation continue, elle passe son baccalauréat en 2000. De 2001 à 2010, elle exerce le métier d’éducatrice diplômée dans une crèche, puis, en 2010, prend sa retraite.

Parallèlement, Mady Durrer suit une formation artistique au Conservatoire de la Ville de Luxembourg. De 1972 à 1983, elle prend des cours de diction et d’art dramatique allemand et français, de chant et de ballet classique et moderne auprès des professeurs Ugen Heinen et Philippe Noesen, Suzette Engels, Georges Backes et Christiane Eiffes. En outre, elle apprend la danse jazz dans les écoles de danse de Li Marteling et d’Hélène Van de Kerckhove. De 1979 à 1986, elle donne des cours de musique et de rythmique à l’International Kindergarten et enseigne la danse classique au Conservatoire de la Ville de Luxembourg.

Mady Durrer est surtout connue au Luxembourg comme artiste de cabaret, actrice et chansonnière. Elle débute au Lëtzebuerger Theater sous la direction d’Ugen Heinen. Entre 1972 et 1983, elle endosse les rôles principaux de plusieurs comédies musicales, parmi lesquelles Hopp Marjän de Pol Pütz, Besuch um Wudderhaff de Tit Schroeder, De Gréngen de Fons Kontz, et des opérettes de Dicks De Scholtschäin et Mumm Séis. Elle participe par ailleurs à l’élaboration de certains programmes de la Revue, un cabaret annuel et satirique dans le cadre duquel elle monte aussi sur les planches. De 1983 à 1986, elle est chanteuse au sein de la troupe de jazz Saxy Four. Dans les années 1980 et 1990, elle élabore et présente des programmes de cabaret avec Jhemp Hoscheit et Jemp Schuster, cofondateur du Kabarä Mady Durrer & Jemp Schuster en 1988. En 1991, le prix Tun-Deutsch la consacre meilleure artiste de cabaret satirique au Luxembourg.

À partir de 2000, Mady Durrer est de plus en plus active en tant qu’actrice dans des pièces de théâtre allemandes et françaises, au Luxembourg et à l’étranger. Elle joue entre autres dans Columbus (1993) de Sven Grunert au Kleines Theater à Landshut, dans Fisch zu viert (1998) de Wolfgang Kohlhaase et Rita Zimmer au Théâtre des Casemates, dans Le premier mardi de chaque mois nous sommes tous heureux (2000) de Marie-Claire Juncker et dans Le Bourgeois gentilhomme (2003) de Molière au Théâtre du Centaure. Mady Durrer figure également dans des productions de la troupe de théâtre MASKéNADA, fondée en 1995 par Claude Mangen et Serge Tonnar, parmi lesquelles Alice under Ground (2002) ou Schlof Këndche schlof de Serge Tonnar. Depuis 2007, elle s’implique davantage dans le théâtre luxembourgeois grâce à des pièces comme Superstar (2007) de Serge Tonnar, Bauchdanz (2008) de Nico Helminger et Wat d’Mécken denken! (2011) de Jean-Paul Maes, sous la direction d’Eva Paulin.

Mady Durrer est en outre auteure et coauteure de textes de théâtre et de cabaret ainsi que de livres pour enfants. Ses textes satiriques et sociocritiques évoquent la politique locale et internationale et dénoncent l’esprit petit-bourgeois du Grand-Duché. En 2001, elle écrit et présente, en coopération avec la chanteuse et actrice Shlomit Butbul, le cabaret musical Mady & Shlomit: Viele, viele kleine Ich‘s. Dans cette pièce musicale, jouée à la brasserie L’Inouï à Redange-sur-Attert sous la direction de Claude Mangen et avec l’accompagnement musical du pianiste de jazz américain George Letellier, les deux femmes abordent leurs rêves et déceptions, leurs joies et craintes, les expériences de la vie qui les ont marquées et menées à la découverte de leur « moi » profond. Mady Durrer rédige également les textes des pièces Käerzewee. Legend vum Rank (2003) et De Mëssel mat der Léift (2005), présentée lors de la Journée internationale des femmes. En 2007, elle publie, avec l’illustratrice Sandy Goedert, le livre pour enfants Den Heppi Böersday No 4, dont l’action se déroule dans une pâtisserie. Mady Durrer y esquisse l’errance d’une bougie à la recherche du gâteau sur lequel elle doit prendre place pour fêter l’anniversaire d’un enfant. Avec Annick Sinner (illustrations), elle publie en 2015 le livre pour enfants De Flöck. Elle y raconte l’histoire de Flöck, un jeune chien se sentant malheureux à cause de ses longues oreilles qui le font trébucher. Il se résigne à vivre son destin que lorsqu’il les utilise pour peindre. Ainsi, il devient le premier chien au monde à peindre avec ses oreilles. Dans son livre, Mady Durrer transmet aussi aux enfants des aspects didactiques sur la peinture et la théorie des couleurs. En 2016, elle présente dans une production de MASKéNADA De Flöck au Festival des marionnettes à Tadler.

Cet article est signé Josiane Weber

Publications

Études critiques

Distinctions

Membre

  • MASKéNADA
Citation:
Josiane Weber, « Mady Durrer », sous : , mise à jour du 07.05.2021, consulté le .